Notre cousin le poète

Publié le par Marylis Costevec

 

Jean Pierre Calloc'h.

 

Jean Pierre Calloch né à Groix le 21 juillet 1888 est mort le le 10 avril 1917 à Cerizy dans l'Aisne .

Sa mère (Marie Josèphe Le Glouahec) était native du village de Locmiquélic. C'était notre cousin ! Il était fils de pêcheur et la vie qu’il décrit était aussi celle de nos ancêtres. Sa mère cultivait un lopin de terre à Groix. Son père périt en mer alors qu’il avait 14 ans.

 

photo extraite du recueil de poèmes :

Ar en deulin ...

(source : gallica.bnf.fr)

 

Breton d'abord !

Jean Pierre Calloch avait obtenu le baccalauréat ès lettres en 1905 au séminaire de Vannes mais, en bon défenseur de l'identité bretonne, il avait choisi d’écrire dans sa langue maternelle répétant volontiers : « N’en don ket Gall evit ur blank. » (Je ne me sens pas français pour un sou.). Il mourut pourtant au champ d'honneur le 10 avril 1917, donnant sa vie pour la Patrie.

Nous vous proposons quelques strophes d'un poème écrit sur le front :

Me zo ar Gedour bras en a sav war ar c’hleuñ,

Goût a ran petra on ha me oar petra ran :

Ene Kornog, he douar, he merc’hed hag he bleuñ

Holl gened ar bed eo, an noz-maña viran.

 

Je suis le grand Veilleur debout sur la tranchée,

Je sais ce que je suis, je sais ce que je fais,

L’âme de l’Occident, sa terre, ses filles, ses fleurs

Toute la beauté du monde, je la garde cette nuit.

 

Voilà aussi les trois premières strophes de son poème le plus connu avec un essai de traduction qui respecte le rythme du texte breton.
 Jean Pierre Calloc'h, Ma zo ganet e-kreiz ar mor (traduit par Marylis Costevec)

Jean Pierre Calloc'h, Ma zo ganet e-kreiz ar mor (traduit par Marylis Costevec)

Le poème a été mis en musique.

Pour l'écouter interprété par Yann-Fanch Kemener, cliquez sur le lien :

Publié dans Personnages

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article