Le moulin à café

Publié le par Marylis Costevec

La bonne position

Après vous avoir vendu du café moulu sous vide pour vous permettre de gagner quelques minutes chaque matin, voilà qu’on redécouvre les vertus du café fraîchement moulu, histoire de vous faire acheter une machine sophistiquée qui effectuera l’opération automatiquement avant de vous délivrer une tasse dosée à votre convenance. L’avantage de cette dernière invention est de vous permettre de trouver en rayon, le café en grain qui l’avait déserté depuis quelques décennies.

C’est peut-être aussi pour vous l’occasion de sortir le moulin de votre grand-mère qui décore votre cuisine ou qui se cache quelque part à la cave ou au grenier. Si vous ne l’avez plus, vous pourrez certainement en dénicher un dans le prochain vide-grenier. Vous pouvez même en acheter un tout neuf si vous en avez les moyens. Vous voilà paré pour retrouver les gestes de votre enfance ou ceux de votre grand-mère. Voilà aussi une activité toute trouvée pour occuper vos enfants et petits-enfants par un après-midi pluvieux. Après un petit dépoussiérage, le voilà prêt à fonctionner !

Comment ça marche ?

Ouvrez le réservoir supérieur et remplissez-le de grains de café. Fermez avec le petit crochet. Asseyez-vous confortablement, les pieds bien calés au sol. Placez le moulin entre vos genoux en prenant bien soin de coincer le petit tiroir. Il serait dommage de retrouver la mouture sous vos pieds ou dans vos souliers. Tournez la manivelle en écoutant le café grincer et en respirant l’odeur caractéristique. S’il y a une résistance, c’est parce que vous manquez d’entraînement. L’appareil n’y est pour rien. Il a fait ses preuves ! Quand ça tourne dans le vide, c’est que le café est moulu. Vous pouvez recommencer mais pour les « bigorneaux* » d’aujourd’hui, ce sera suffisant. Vous pouvez remplir le filtre de votre bonne vieille cafetière électrique, votre cafetière à piston ou votre cafetière italienne.

C’est magique, écologique et finalement assez rapide ! Et bien plus économique que les machines que l’on veut vous vendre. Après quelques essais vous allez sûrement trouver le dosage qui vous convient ! Vous m’en direz des nouvelles !

*Ma grand-mère qualifiait de « bigorneaux » les tasses à moka qui vous délivrent deux gorgées de nectar.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article