Féministe, Philomène ?

Publié le par Marylis Costevec

 Philoména Georgeault-Jouan, une institutrice de Locmiquélic, lance en 1888 un véritable "coup de gueule". A la lecture du palmarès du concours de poésie auquel elle avait participé, elle semblait disposée à mener la Révolution contre les lois de son époque qui soumettaient les femmes au pouvoir des hommes.

Les sentiments qui l'agitaient cèdent peu à peu la place à une attitude beaucoup plus "réaliste", soufflée par la voix de la raison jusqu'à une conclusion pleine d'ironie !!!!

Le Code Civil en vigueur disait alors : "La femme doit obéissance à son mari" . Revendiquer une égalité dans la société semblait bien utopique.

Le texte nous permet de réfléchir au chemin parcouru depuis et aussi à celui qui reste à faire  ...

 

Voici maintenant le poème dans son intégralité :

Féministe, Philomène ?
Féministe, Philomène ?

A défaut de mener la bataille, elle signalait les inégalités dont elle se sentait victime.

Une prise de conscience non suivie d'effets ... Une analyse des "avantages" de la situation ...

Les raisins n'étaient pas mûrs ....

...............................................................

 

La femme doit obéissance à son mari. (Code civil illustré). Source gallica.BNF.fr

La femme doit obéissance à son mari. (Code civil illustré). Source gallica.BNF.fr

Pour avoir un aperçu de l'état d'esprit  de l'époque sur la question des droits des femmes, nous vous invitons à cliquer sur le lien suivant :

Publié dans Personnages, femmes, poésie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article