Hum'Heures

Publié le par Marylis Costevec

   Mal'heure !!!  

 

Petite histoire de l'heure d'été

 

Aujourd'hui, on a avancé les pendules

A 13 heures, c’est du moins ce que me disait la pendule de la cuisine, le poulet n’était pas au four. Mon estomac ne criait pas famine. D’ailleurs, l’horloge du salon indiquait midi, comme le réveil de la chambre qui n’avait pas sonné aux aurores puisque c’est mon horloge biologique qui me conseille d’ouvrir les yeux.

Le boulanger avait fermé boutique quand je me suis pointée devant chez lui.

La station météo est bien calée sur l’horloge de Francfort mais de temps à autres, elle avance ou recule d’une heure, on ne sait pas pourquoi … Habituellement, je traduis mais aujourd’hui, je ne sais dans quel sens faire la correction et même s'il y a lieu de la faire !.

Bref, je perds la boussole … J’avais déjà du mal à accorder mon rythme personnel au rythme de la société mais en ce dernier jour de mars, cela vire au cauchemar.

Pendant ce temps, la terre tourne imperturbablement. Le soleil se lève à l’est. Il se couche toujours à l’Ouest. D’accord ! Mais à quelle heure sera-t-il au zénith ? Une seule certitude : ce ne sera pas à midi !

 

Petit historique

 

J’en arrive à maudire cet André Honnorat qui proposa ce changement d’heure en 1916 et j’en viens à comprendre ceux qui, paraît-il, le menacèrent de mort. J’en veux tout autant aux 291 députés qui votèrent la loi le 19 mars 1917.

Le système fut abandonné en 1945. Ouf ! On n’a pas eu besoin de me tirer du lit une heure plus tôt dans mon enfance et j’ai eu la chance de ne pas avoir été couchée manu militari alors que je n’avais pas sommeil …

Hélas, l’idée ressurgit au moment du choc pétrolier de 1973 et je pus goûter aux joies de la journée de 23 heures à partir de 1976 !

Un temps nous avons cru que l'année 2019 serait la dernière où nous aurions à subir cette modification et nous rêvions déjà à cette perspective ... Hélas, je ne sais trop pourquoi, il faudra encore patienter !!!

Allez, sourions ! Dans quelques jours, tout ira mieux et j’apprécierai sans doute de profiter de longues soirées d’été !

En attendant, je vais éviter de prendre des rendez-vous ... J'ai horreur d'attendre !

                                                                                  

 

 

Publié dans Histoire Nationale.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article