Amour maternel

Publié le par Marylis Costevec

......Bonsoir.....

--------------------------------------------------

C’est bientôt la fête des mères ! Aujourd’hui, nous faisons appel à Philomène Georgeault-Jouan,  poète et institutrice qui enseignait à Locmiquélic à la fin du XIXème siècle.

Nous vous proposons un poème plein de tendresse, qui évoque l’amour maternel et les rites du coucher pour les tout petits.

 

                        LE SOMMEIL D’UN ANGE

Oh ! viens ma Virginie, les étoiles se lèvent.

Il faut aller dormir avant qu’il fasse noir.

Ecoute … dans les nids mille « cui-cui » s’élèvent.

Fais le tour, mon aimée, souhaite le bonsoir.

 

Pour rêver au beau ciel il faut, tendre mignonne,

S’endormir doucement avec l’astre du jour,

S’éveiller avec lui … Ta jeune âme est trop bonne

Pour croire aux sombres nuits. – Dors en paix, cher amour

 

Causons bas, mes amis, laissons-lui ce sourire.

En errant sur sa bouche il accroit sa beauté.

Sa joue rose s’enflamme et sur son front se mire

Un doux reflet du ciel : innocence, gaîté.

 

Age pur, âge heureux, âge d’insouciance.

Ah ! Coulez lentement pour ma fille chérie.

Qu’elle garde toujours le cœur de son enfance

Et ne s’éloigne pas de la route fleurie.

Publié dans Personnages

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article