La marchande de poisson et la belle dame à l'ombrelle sur le pont tournant....

Publié le par Marylis Costevec

----------------------------

Classes sociales et bilinguisme

à Lorient en 1917

-------------------------------

Dans le Nouvelliste du Morbihan du 18 octobre 1917, un chroniqueur raconte les problèmes posés par l'étroitesse des trottoirs du pont tournant où se rencontrent les bourgeoises lorientaises et les marchandes de poissons qui viennent de la criée alors située quai de Rohan à Lorient ( Le port de pêche ne sera construit qu'en 1927).

 

Le pont tournant à Lorient au début du XXème siècle. (carte postale ND PHOT. collection privée. DR)

 

Nous avons transcrit l'article, révélateur du fossé qui séparait les gens du peuple et ceux plus fortunés.

Ce texte nous apprend aussi qu'à l'époque, les personnes qui ne comprenaient pas le français n'étaient pas rares.

Lisez plutôt :

"Prenez la droite !

Malgré les deux tablettes placées aux deux bouts du pont tournant et conseillant aux passants de prendre leur droite, bon nombre de personnes n’y prennent garde. Aussi voyons-nous journellement se produire des scènes ridicules sur les trottoirs du pont : c’est, par exemple, une marchande de poisson qui, le panier sur la tête, se rencontre au milieu de l’insuffisante passerelle avec une belle dame maniant l’ombrelle. Situation difficile pour les deux personnes, surtout si le tramway occupe à ce moment la chaussée et qu’on n’y peut descendre et si la foule pousse des deux côtés.

Prenez donc tous votre droite quand vous mettez le pied sur cette passerelle.

Pourquoi d’ailleurs les inscriptions du pont ne sont-elles pas bilingue et ne portent-elles pas :

  • Prenez votre droite !
  • Kemeret ar tu deheu
  • En Angleterre et en Belgique, pays bilingues, il en serait ainsi."

 

Si le chroniqueur lit et écrit indifféremment en Français et en Breton, il nous semble peu vraisemblable qu'en 1917, soit quelques 35 ans après les grandes lois scolaires, il y ait eu beaucoup de personnes ne comprenant pas un traître mot de français qui ait appris à lire et dans ce cas, il est fort probable que la double signalétique lui soit inutile !

C'eut été, cependant, une reconnaissance de la langue maternelle en Basse-Bretagne, langue que l'école n'enseignait pas et avait plutôt pour mission de faire disparaître ...

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article