Conte de Noël

Publié le par Marylis Costevec

Nous vous proposons aujourd'hui un conte de Noël écrit en vers par Philoména Georgeault-Jouan, qui enseignait à Locmiquélic à la fin du XIXème siècle. A l'époque, le  village était peuplé essentiellement de pêcheurs. 

Elle était confrontée à la misère de ses petits élèves qui est souvent évoquée dans les délibérations du conseil municipal.

Elle avait dû aussi, trop souvent, accueillir la détresse des enfants dont le père était mort en mer.

C'est cette dure réalité qu'elle évoque dans cet émouvant poème plein d'amour et d'espoir  (médaille de bronze du "Luth Français") :

auteur inconnu (d.r.)

 

Conte de Noël

 

Il s’appelait Noël, le cher petit garçon,

Parce qu’il était né le vingt-quatre décembre,

Et que ses yeux d’azur et ses beaux cheveux d’ambre

Le faisaient ressembler à Jésus enfançon.

 

Le père était pêcheur. Un jour, date fatale,

La barque revint seule, à la dérive, au port :

Plus de doute permis, le marin était mort …

Emporté brusquement par un coup de rafale !

 

L’enfant ne sut jamais ce que versa de pleurs.

La mère qui pour lui savait chanter encore,

L’embrasser, lui sourire au réveil, dès l’aurore,

En couvrant son berceau de jouets et de fleurs.

 

La fête de Noël survint ; la pauvre femme

Jetait les yeux sur son dénûment absolu…

Comment se procurer un léger superflu

Lorsque la huche est vide et le foyer sans flamme ?

 

Pourtant l’enfant disait en langage naïf

« Maman, je vais dormir ; vois, dans la cheminée,

Mes deux petits sabots que, toute la journée,

J’ai ciré gentiment avec des feuilles d’if.

 

Demain ils seront plein de bonbons et d’oranges…

Et je t’en donnerai, ma mère et tu verras

Comme on fait dans le ciel de superbes nougats !

Mais, chut… fermons les yeux, j’entends chanter les anges …

 

La malheureuse veuve essaya de prier,

Elle invoqua le mort, lui conta ses souffrances,

S’oublia si longtemps en telles confidences

Qu’un bienfaisant sommeil lui fit tout oublier.

 

Quand elle ouvrit les yeux à la faible lumière

De l’aube, elle aperçut tout le foyer rempli

De mets et de bonbons ! À genoux, recueilli,

Le bon petit Noël souriait sur la pierre.

 

Ils ne surent jamais lequel combla leurs vœux,

De la Terre ou du Ciel. Quand les cloches sonnèrent

Le joyeux carillon… leurs deux voix résonnèrent

En un hymne d’amour pour les cœurs généreux.

Publié dans fêtes calendaires, poésie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

rougetet jeannine 31/12/2018 10:55

Très beau et émouvant poème. Merci.
Merci aussi pour les photos de la chorale.
Je pense bien à vous. Bisous Jeannine