Voyage virtuel ... sur un cargo !

Publié le par Marylis Costevec

Nous vous proposons aujourd'hui de commencer à suivre SCCE HE MEI, ce cargo vraquier de 229 mètres immatriculé à Hong Kong qui vient de quitter le port de commerce de Lorient ce 11 juin à 21 heures 34.

Pourquoi celui-là ? Sans doute en souvenir des bateaux de la Compagnie des Indes sur lesquels ont navigué nos ancêtres et qui partaient pour de longs mois en mer pour rapporter à Lorient des marchandises exotiques.

Nous avons une pensée particulière pour les marins chinois qui, durant 6 jours, ont vu nos côtes du pont de leur bateau sans avoir le droit d'en descendre en raison du COVID 19.

CSSE HE MEI à Kergroise, le 10 juin 2020 (Maruyl photos)

 

Combien de temps en mer ? Combien d'escales à bord ? Nous n'en saurons rien mais nous vous rappelons qu'actuellement il y a en mer quelques 150 000 marins de toutes nationalités qui se morfondent. Ils sont confinés sur leurs bateaux qui continuent à approvisionner les ports et certains ne savent pas quand ils pourront débarquer ( voir lien ci-dessous).

cf : https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/coronavirus-l-appel-a-l-aide-des-marins-confines-en-mer-et-interdits-de-debarquer_3995491.html

CSSE HE MEI était arrivé à Lorient le 5 juin pour décharger 30 000 tonnes de tourteaux de soja chargés à Paranagua (Brésil).

 

6 jours durant, ils ont eu les quais du port de commerce de Kergroise et Locmiquélic, dans leur champ de vision.

Voyage virtuel ... sur un cargo !
Voyage virtuel ... sur un cargo !
Voyage virtuel ... sur un cargo !

 

Le 11 juin 2020, CSSE HE MEI a largué les amarres et a quitté la rade,  assisté des remorqueurs du port (Bretagne et Scorff) et suivi par le bateau-pilote.

SCCE HE MEI quitte la rade de Lorient le 11 juin 2020.

 

Il est attendu à Tarragone, port espagnol de la Méditerranée (Sud de la Catalogne).

Il avance à la vitesse régulière de 12,50 noeuds (23,15 km-heure).

Le 12 juin vers 23 heures, il était au large de LA COROGNE (Espagne)

Le 13 juin à 22 h 30, il passe au large de LISBONNE (Portugal)

le 14 juin à 9 h, il se situe à hauteur de Sagres, à la pointe sud-Ouest du Portugal et se dirige vers le détroit de Gibraltar. Il file à un peu plus de 14 noeuds.

à 21 heures, il est à hauteur de Tanger et s'apprête à passer en Méditerranée.

Le détroit de Gibraltar :

Large de 14 kilomètres, c'est le seul passage maritime entre l'Océan Atlantique et la mer Méditerranée. Il est donc extrêmement fréquenté :

Plus de 100 000 bateaux le franchissent chaque année (plus de 300 par jour).

Par © Sémhur / Wikimedia Commons, Domaine public,

 

15 juin :

Il poursuit sa route en Méditerranée. A 9 h 30, il navigue au large d'Almeria (Sud de l'espagne). 17° sur le pont !

à Minuit, il pénètre dans la mer  des Baléares.

16 juin

 à 9 h 33, il s'est présenté à l'entrée du port de Tarragone où, il a été pris en charge par deux remorqueurs.  A 10 h 10, il était à quai dans un bassin déjà occupé par deux pétroliers.

à 11 heures, un cargo maltais de 187 mètres (ELISAR) en provenance du Maroc (SAFI) venait se ranger derrière lui.

Port de Tarragone : Bernard Gagnon / CC BY-SA (https://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0)

 

Tarragone :

Une ville avec des quartiers très anciens et des vestiges romains, des quartiers modernes aussi. Pas de visites pour les marins confinés à bord.

22 juin :

 21 heures 26 : SCCE HE MEI quitte Tarragone et fait route vers Gibraltar où il est attendu le 24 juin à 10 heures (7 jours et 6 nuits passés à Tarrago

24 juin :

C'est vers 11 heures 30 qu'il s'ancre dans la baie d'Algesiras (voir plus haut carte en relief) non loin de l'entrée du port de Gibraltar dans lequel il ne pénètrera pas..

Le port de GIBRALTAR :

Situé au pied du rocher du même nom qui culmine à 426 m., le port est en territoire britannique séparé de l'Espagne par une frontière de 1,2 km. Il ne fait plus partie de l'Union Européenne depuis janvier 2020 (brexit).

Adam Cli / CC BY-SA (https://creativecommons.org/licenses/by-sa/4.0)
Par Steve — Flickr: Gibraltar, CC BY-SA 2.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=22213859

 

Il a levé l'ancre ce même jour ( 24 juin) à 16 heures 48. Passage du détroit et Cap sur le Brésil ( Santarém) où il est attendu le 04 juillet au soir.

A la sortie du détroit de Gibraltar, il navigue parallèlement aux côtes marocaines. Le 25 juin à 14 heures, on le situe au large de Casablanca.

Le 26 juin à minuit, il passait entre Tenerife et la Grande Canarie.

Le 27 juin à 9 heures 30, les Canaries sont derrière SCCE HE MEI. A tribord, on voit encore les îles de La Gomera et d'El Hierro.

le 28 juin, il a franchi le tropique du cancer

Le 29 juin à 7 h, il navigue à hauteur du Nord de la Mauritanie mais s'écarte de plus en plus des côtes. Cap sur le Brésil, il file à 13,8 km/h. Il fait 23 ° sur le pont.

Le 30 juin, il était au milieu de l'Atlantique. Il semblerait qu'il ait alors arrêté d'émettre.

5 juillet dans l'embouchure de l'AMAZONE.

Il est arrivé dans la baie de Macapa où il s'est mis à l'ancre à 5 heures (heure locale),  Chez nous il était  9 heures. Ils ont traversé 4 fuseaux horaires et connu autant de journées de 25 heures.

Ils sont au niveau de l'équateur (latitude 0,06......, soit environ 6 km au nord de l'équateur). Il fait 26 °. La température montera jusqu'à 33 °

Macapa est une ville importante (environ 500 000 ha, agglomération de 621 000 ha).

Par Marquinho!!! (Marcus Paulo) — https://www.flickr.com/photos/marcus-paulo/3721330247/, CC BY-SA 2.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=12602473
Par Kmusser — Own work using Digital Chart of the World and GTOPO data., CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=4746516

Après quelques heures de pause, il repart et remonte le bras nord de l'Amazone.

le 5 juillet à 16 38 (19 h 38 chez nous) il a franchi l'équateur et navigue par - 0,73.......° de latitude suivi de près par JPO AQUARIUS (207 m, Portugal) qui fait route vers Manaus.

https://www.marinetraffic.com/en/ais/home/centerx:-51.7/centery:-0.7/zoom:10

Le 6 juillet en soirée, 14 jours et 3 heures après avoir quitté Tarragone, il est à SANTAREM sur le rio Tapajos

Il mouille juste avant le confluent avec l'Amazone : du pont du bateau, les marins ont vue sur la ligne de partage des eaux. Les eaux noires et les eaux claires des deux fleuves ne se mélangent pas.

Il serait bien étonnant que les marins de CSSC HE MEI aient le droit de quitter leur navire, compte tenu de la situation sanitaire du Brésil.

Nous nous contenterons des images sur le net :

Que va-t-il charger ?

Aucune certitude mais le port de Santarém a été créé tout spécialement pour l'exportation de graines de soja :

SANTAREM :

"Santarém, une ville historique de l´Amazonie brésilienne, qui a une localisation privilégié á la confluence des fleuves Tapajós et Amazone, et à l’extrémité Nord de la route BR-163, est sur le devant de la scène de toutes ces mutations récentes. C’est un centre urbain qui dirige un processus de changement régional défini par la reconversion et la spécialisation productive dans le milieu rural.

(...)

En avril 2003 a été inauguré à Santarem un port destiné à l’exportation de grains de soja.

(...)

Le port de Santarém permet de réduire significativement les distances et le temps de transport et donc le coût de transport du soja depuis les exploitations jusqu´aux quais où il est embarqué vers les ports étrangers.

Par rapport aux ports de Santos et Paranagua (respectivement dans les États de São Paulo et Paraná), Santarém est plus proche à la fois des centres producteurs (1.500 km en moins) et des pôles de consommation."

 

Source : Rubén Valbuena, Les dynamiques territoriales associées au soja et les changements fonctionnels en Amazonie. Le cas de la région de Santarém, Pará, Brésil,

 

https://journals.openedition.org/confins/5615

 

Depuis 2000, on assiste dans la région de Santarém à un extraordinaire processus d’expansion et de renforcement de la production de soja. Le tableau 5 montre l’aire plantée de riz et de soja pour la période 1998-2005 à Santarém et Belterra, où l’on constate la vertigineuse croissance de l’aire destinée à la culture de grains. Des cultures expérimentales ont été menées dans la région jusqu’en 2002 avec l’intention d’introduire les variétés les mieux adaptées aux caractéristiques édaphiques et climatiques de la région, avant de commencer la culture commerciale de soja.
(50 ha en 2000, 23 000 en 2005 .....)



Rubén Valbuena, Les dynamiques territoriales associées au soja et les changements fonctionnels en Amazonie. Le cas de la région de Santarém, Pará, Brésil,

Pour simplifier la lecture du carnet de voyage à la suite du cargo, nous ouvrirons une nouvelle page dès que le bateau quittera SANTAREM et nous mettrons ici un lien vers cette nouvelle page.

A bientôt !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article