Des vaches rue de l'église à Locmiquélic. C'était hier ...

Publié le par Marylis Costevec

Les Minahouets qui n’ont plus vingt ans depuis un certain temps se souviennent encore des vaches qui empruntaient la rue de l’église pour s’en aller pâturer dans les prés derrière le presbytère.

 

Certains vous diront même que Monsieur le recteur n’appréciait pas trop les cadeaux qu’elles lui laissaient en passant devant le porche de l’ancienne église.

 

la rue de verger (une ancienne étable)

C’était du temps où il y avait encore des fermes à Kerderff, du côté de la rue du verger.  Des fermes, il y en avait aussi, à la même époque, à Kervern et à Sterville, au Loch et du côté de Pen Borh (à Kervihan, ce village qui fut coupé en deux au moment de la scission). On y allait chercher son lait, son beurre et ses œufs tout frais pondus, sans la date dessus !

 

l'ancienne ferme du Loch

En octobre 1938*, c’est à Locmiquélic qu’eut lieu le comice agricole du canton de Port-Louis. Il fit un temps exécrable. « Beaucoup de  cultivateurs ne purent pas venir à cette exposition. Seuls les plus proches étaient présents et encore n’arrivèrent-ils que vers 11 heures. ». On vit cependant des paysans de Sainte Hélène et de Merlevenez. Des mordus de concours !

Le banquet  par souscription servi dans la salle de la coopérative « La Persévérante » rassembla tout de même une centaine de convives. À la table d’honneur avaient pris place les maires, le conseiller général et  le conseiller d’arrondissement ainsi que l’inspecteur du service agricole du département. On a même remarqué la présence de plusieurs dames !

Les fermiers d’ici furent nombreux à être primés :

Messieurs Padellec  Pierre et Jean de Sterville, Messieurs Le Maux de Kervern et de Sterville pour la bonne tenue de leurs fermes.

Le taureau de la ferme Le Dain de Kersabiec reçut une médaille d’argent.

en 2020 à Kervern

Paul Babin de Kerderff reçut un prix pour ses plantes et graines fourragères  mais aussi pour ses vaches laitières tandis que Monsieur  Cahérec du même village fut récompensé pour son cheval. Et c’est le poulain de M. Perron de Kervihan qui fut remarqué par le jury.

On apprend que, cette année-là, c’est le beurre de Padellec (Sterville) qui était le meilleur ainsi que son cidre. Celui de Perron fut aussi apprécié et c’est chez lui, à Kervihan, qu’il fallait acheter son eau de vie, indispensable dans le grog qu’on buvait pour chasser la grippe…

Aujourd’hui, plus de vaches, plus de pommiers à cidre et qui a encore sa bouteille de lagoutte ?… Si on a toujours le plaisir d’admirer les chevaux  du côté de Kervern et Sterville, ce sont surtout des chevaux de selle.  Mais on peut tout de même voir un bon cheval breton : nostalgie de l'éleveur ?

La roue tourne et le moteur à essence a remplacé « le moteur à crottin » comme disaient les anciens ! …

C’est le progrès … il paraît …

*Petit Lorientais (Le) du 16/10/1938

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Gaouyat 06/11/2020 19:04

Très intéressant

Hifi Mathis 21/10/2020 23:06

Jolie blog, au plaisir de vous voir sur mon blog. https://hifi-mathis.blogspot.com/