Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Belle journée d'automne en rade de Lorient...

Publié le par Marylis Costevec

Vendredi 29 novembre 2019

Une belle parenthèse dans cet automne pluvieux !

Belle journée d'automne en rade de Lorient...
Belle journée d'automne en rade de Lorient...
Belle journée d'automne en rade de Lorient...
Belle journée d'automne en rade de Lorient...
Belle journée d'automne en rade de Lorient...
Belle journée d'automne en rade de Lorient...
Belle journée d'automne en rade de Lorient...

Publié dans vie locale, album photo

Partager cet article

Repost0

Qu'est-ce qui faisait rire en novembre 1897 ?

Publié le par Marylis Costevec

Quelques blagues extraites du Nouvelliste du Morbihan 

(4 et 11 novembre 1897)

Qu'en pensez-vous ?

Mots de la fin

Calino voulait se débarrasser de 3 convives qui l’importunaient souvent : un chantre parce qu’il buvait trop, une femme parce qu’elle parlait constamment, un Allemand parce que comme patriote celui-ci lui gardait encore rancune à lui Français.

Il les invite à dîner : tous trois se hâtent d’accepter l’invitation. Au milieu du repas, Calino pose à chacun d’eux la question suivante :

« Que faut-il pour faire une bonne paire de souliers ?

Aucun des convives n’étant compétent dans la matière, tous répondirent évasivement.

Calino se lève et dit d’une voix grave :

Pour faire une bonne paire de souliers, il faut un gosier de chantre, ça ne prend jamais l’eau ; comme semelle une langue de femme, c’est inusable ; et comme talon, de la rancune d’Allemand ça dure toujours.

 

oooooooooooo

 

- Pourquoi toutes ces vieilles statues sont-elles nues ?

- Tu ne vois pas que depuis le temps leurs habits se sont usés ?

 

oooooooooooo

 

- Ta future a-t-elle des capitaux ?

- Hélas ! je crains qu’elle n’ait que les sept péchés !

 

oooooooooooo

 

Le petit Tommy est au jardin d’acclimatation avec sa mère : il regarde attentivement la girafe, réfléchit, puis :

- Maman, fait-il tout à coup, que je voudrais avoir le cou aussi long que ça !

- Pourquoi mon chéri ?

- Parce que quand je mangerais un bonbon je le sentirais descendre plus longtemps.

oooooooooooo

Nos enfants.

Le père – Rappelle-toi, mon fils, qu’il y a dans le monde des choses qui valent mieux que l’argent …

Le fils – Je sais bien … mais c’est avec l’argent qu’on les achète !...

oooooooooooo

 

Choses que l'on regrette d'avoir dites :

Elle – Quel effet cela vous a-t-il fait quand vous avez demandé ma main ?... Je me souviens que vous étiez très gêné.

Lui – Je vous crois ! J’avais plus de trente mille francs de dettes !...

 

source : BNF gallica (Le Rire : journal humoristique, 1897-11-20)

 

Partager cet article

Repost0

Le premier conseil municipal de Locmiquélic

Publié le par Marylis Costevec

Le 30 novembre 1919, les Français élisaient leurs nouveaux conseils municipaux d'après guerre.

A Locmiquélic, c'était un jour vraiment particulier : on élisait le tout premier conseil municipal, la commune venant tout juste d'être créée le 22 octobre par un décret du président Poincaré.

A notre grand regret, nous n'avons pas trouvé le procès verbal des élections. Nous ne savons donc pas combien d'électeurs se sont déplacés pour ce vote qui n'était que symbolique puisqu'il n'y avait qu'une seule liste* ! 

undefined
L'école de Locmiquélic au début du XXème siècle.

Nous supposons que le bureau de vote était installé à l'école des garçons comme pour le scrutin précédent (élections législatives du 16 novembre 1919)

Nous pouvons seulement vous donner le nom des membres du premier conseil municipal, dans l'ordre où ils apparaissent dans le procès-verbal de l'élection du maire et des adjoints qui eut lieu le 10 décembre suivant. Nous supposons que l'ordre tient compte du nombre de voix obtenues par chacun.

Nous ignorons l'âge et la profession de la plupart de ces hommes.

Qui sait ? un  de vos ancêtres en faisait peut-être partie et dans ce cas vous pourrez peut-être nous aider à mieux les connaître.

Les voici :

Jean-Louis DANIC, premier maître  en retraite, ancien conseiller municipal de la section

Georges SCOLAN

Albert GUYONVARCH

Joseph LUCAS

Joseph PERRONO, pilote

Onésime LUHO

Henri LE VEU, ouvrier au port

Pierre PADELLEC

Jean Marie RIO

Ludovic LUCAS

Joseph TREQUESSER

Julien RIO

Félix RIOCH

Paul GASSER

Joseph BOZEC

Jean Louis DREAN

Patern FRAPPER, second maître vétéran en retraite

Joseph GUENNEC, ouvrier au port

Amédée (?) JANNOT

Eugène ROPERT, ouvrier au port, ancien adjoint spécial

Maurice TONNERRE

Joseph JEHANNO

 

En gras, les anciens du conseil municipal de Riantec

__________________

Jean Louis Danic, seul candidat, sera élu maire à l'unanimité (un bulletin blanc).

Il faudra deux tours pour choisir le premier adjoint : Patern Frapper.

Le second adjoint sera Jean-Louis Dréan.

___________________

 

Le jour de cette élection, les nouveaux élus étaient bien loin de se douter que les élections allaient être invalidées le 22 décembre : on avait élu 2 conseillers de trop ! Après de nombreuses péripéties, le 12 février 1920, le préfet signa un arrêté autorisant 23 conseillers à siéger et le 23 février un nouvel arrêté déclare "bonnes et valables" les élections du 30 novembre 1919*.  On respirait !!

Il va cependant falloir élire un nouveau conseiller puis un nouveau maire car Jean-Louis Danic avait démissionné.

 

* une seule liste selon  L'AVENIR du MORBIHAN du  6 décembre 1919.

* Nous avons relaté ces débuts difficiles dans notre publication consacrée à Jean-Louis Danic (toujours disponible : nous contacter).

 

 

Publié dans histoire, Locmiquélic

Partager cet article

Repost0

La tour de la découverte vue de Locmiquélic : une histoire mouvementée !

Publié le par Marylis Costevec

 Ça bouge 

  au sommet de la tour de la découverte ! 

 

Pour les Minahouets, elle fait partie du paysage ! Qu’on se promène à Talhouant, au Bigo, à Pen Mané ou à Kervern, on la voit là, depuis 1786.

Il y en eut une autre à proximité que nos ancêtres ont vue s’élever progressivement entre 1737 et 1748). Cette première tour fut touchée par la foudre à plusieurs reprises (1751, 1782 et enfin 1784 où elle s’écroula en grande partie).

Le sommet de la deuxième tour destinée à surveiller la côte et la rade a changé plusieurs fois d’aspect.

Elle fut d’abord occupée par une guérite en bois munie de petites baies à hauteur des yeux et un mât de 9,75 mètres équipé d’une girouette et de deux paratonnerres.

En 1891, la guérite fut démolie et remplacée par une coupole à armature métallique et dotée d’une boule horaire. C’est celle que l’on voit sur les anciennes cartes postales.

La tour de la découverte et sa boule horaire (coll. privée)

 

En 1935, le mât de 1891 fut retiré puis réinstallé en 1936 mais à une hauteur légèrement moindre (13,50 m. au lieu de 16,91 m.).

En 1945, lorsque les Minahouets reviennent à Locmiquélic après l'évacuation, la tour est toujours là mais la coupole et le mât endommagés par les bombardements alliés ont disparu. Elle restera ainsi décoiffée jusqu’en 1949 où on vit construire une nouvelle coupole vitrée.  La boule horaire ne fut pas réinstallée.

 

la tour de la découverte en août 2017

Le 2 février 2018, la tour perd à nouveau la tête ! La coupole installée après la guerre devenait dangereuse. La structure métallique, corrodée, a été déposée et depuis, la tour fait un peu pitié. Elle ressemble  plus à une cheminée d’usine qu’à la tour des signaux qu’elle fut autrefois.

 

La tour de la découverte le 1er septembre 2018.

 

Elle devrait bientôt  retrouver l’aspect qu’elle avait entre 1891 et la seconde guerre mondiale.

Ici, à Locmiquélic, sans doute plus qu’à Lorient, on attend avec quelque impatience de voir installée la boule horaire qui donnait l’heure officielle à la fin du XIXème siècle. A midi précise, cette boule métallique d’un diamètre de 1,20 mètre tombait puis se relevait et tout le monde mettait ses pendules à l’heure. Tout le monde mais surtout la Marine Nationale car, c’est l’heure exacte qui permettait autrefois de calculer précisément  la longitude et ainsi de déterminer la position du bateau au milieu des océans.

La fin des travaux était prévue pour novembre 2019…

On s’active là-haut : échafaudages et garde-fous témoignent de l’avancée des travaux.

 

La tour de la découverte le 9 novembre 2019
La tour de la découverte le 18 novembre 2019.

Une affaire à suivre de près !

 

sources : https://patrimoine.lorient.bzh/tourdeladecouverte/

 

Publié dans patrimoine

Partager cet article

Repost0

Mais ... où sont passés les bateaux ???

Publié le par Marylis Costevec

Surprise, ce lundi 18 novembre ! Le port de Pen Mané est quasiment vide ! Presque tous les bateaux ont mis les voiles !

 

On le savait bien que la dragueuse* s'activait là depuis une dizaine de jours mais tout de même cela fait tout drôle ! Du coup, nous sommes montés sur le fort pour voir ça  de haut !

Pour une fois pas de problème pour voir le vieux "Kerzo" qui se repose.

Il paraît que les plaisanciers se désolaient de voir leurs bateaux sur la vase à marée basse de forts coefficients !

Alors tous en mer ?

* La dragueuse au travail le 7 novembre sous la pluie :

 

Publié dans vie locale

Partager cet article

Repost0

La cérémonie du 11 novembre 2019

Publié le par Marylis Costevec

 

Ce 11 novembre 2019, de simples citoyens, des anciens combattants  et une délégation de jeunes pompiers se sont recueillis devant le monument aux morts dans le cimetière de Locmiquélic.

Ils ont rendu hommage aux soldats qui ont donné leur vie pour la Patrie et  particulièrement à ceux qui sont tombés lors d'opérations extérieures récentes.

La cérémonie était conduite par Madame Nathalie Le Magueresse, maire et Alain Le Huec, président de la section des anciens combattants de la ville.

 

11 novembre 2019 : le défilé entre dans le cimetière.

 

Partager cet article

Repost0

Amélie à Sainte-Catherine

Publié le par Marylis Costevec

3 novembre 2019

 

  Amélie à Sainte-Catherine  

 

Elle hurle fort dans les mâtures

Et fait cliqueter les haubans.

L’eau noire s’ourle d’écume

 Devant  Kerzo.

Groix n'est plus là.

Les anciens se souviennent

Des angoisses d’autrefois

Et de ceux qui ne sont pas revenus.

C’est la Toussaint.

 

 

 

Publié dans vie locale

Partager cet article

Repost0

Une première fleur pour la ville !

Publié le par Marylis Costevec

Un pétale, 2 pétales, 3 puis 4 pétales !

Et pour ses 100 ans, Locmiquélic reçoit une première fleur ...

Belle reconnaissance d'un travail d'équipe nous dit la maire, Nathalie Le Magueresse (voir ci-dessous).

Cette récompense je la dédie aux équipes des agents espaces verts, environnement, services techniques et aux élus de la municipalité qui ont travaillé ensemble pour obtenir cette belle reconnaissance.
Un grand merci aussi aux Locmiquelicains qui par une action quotidienne d’embellissement et de fleurissement de leurs maisons et pieds de murs ont participé également à l’obtention de cette belle distinction.

Nathalie Le Magueresse

Un travail que le comité d'histoire de Locmiquélic a suivi de près !

Cette année, ce sont les ronds-points d'entrée de ville qui ont été particulièrement soignés après les plates-bandes puis les grandes jardinières qui ralentissent la circulation.

Un grand bravo !

Une petit  diaporama pour remettre en mémoire (photos du 25 juillet 2019) et éclairer les jours sombres ! :

 

Une première fleur pour la ville !
Une première fleur pour la ville !
Une première fleur pour la ville !
Une première fleur pour la ville !
Une première fleur pour la ville !
Une première fleur pour la ville !
Une première fleur pour la ville !

Publié dans vie locale, flore et faune

Partager cet article

Repost0

Les derniers jours d'une école : encore une semaine pour découvrir l'expo ...

Publié le par Marylis Costevec

Encore une semaine pour découvrir l'exposition de photos à la médiathèque* de Locmiquélic !

Des photos prises pendant la démolition du bâtiment construit sous la troisième république (en 1895 et 96). Des générations de Minahouets y ont appris à lire, écrire et compter !

 

Il nous rappelait le temps des leçons de morale, des plumes, des plumiers, de la craie et de l'encre violette, mais aussi le temps des fillettes en tablier, coiffe et sabots de bois, le temps des garçons qui jouaient aux billes ou à la mouche derrière le grand mur qui partageait la cour...

Découvrez aussi les photos de classe d'autrefois, les manuels anciens et quelques objets qui nous parlent d'une autre époque ...

 

 

Une page s'est tournée et les enfants d'aujourd'hui étudient dans une école toute neuve avec les technologies modernes ...

Il est encore temps de réserver l'album photo à tarif préférentiel (bon de souscription à la médiathèque ou à télécharger ci-dessous).

Nous serons à la médiathèque samedi 9 novembre à partir de 14 heures pour recueillir vos impressions, témoignages et vos commandes de tirages ...

* la médiathèque est ouverte le samedi de 10 h à  midi et de 14 h à 17 h

le mardi de 16 à 18 h

le mercredi de 10h à midi et de 14 h à 17 h 30

le vendredi de 10 h à midi et de 16 h à 18 h 30

Partager cet article

Repost0

C'est la saison des chrysanthèmes ...

Publié le par Marylis Costevec

Cette fleur nous fait penser à nos défunts et nous sommes nombreux à en avoir déposés sur les tombes. Les cimetières sont magnifiques en ce début de mois...

Dans le langage des fleurs, il dit tout simplement "je vous aime" et symbolise la fidélité, l'amitié : un joli message destiné à ceux que nous avons aimés et qui nous ont aimés.

BNF gallica : étude de chrysanthèmes par Lily Giry, extrait de "les fleurs de nos jardins" album à colorier (1920)
BNF gallica : étude de chrysanthèmes par Lily Giry

 

Au Japon, elle est la fleur des empereurs dont elle symbolise la puissance. Les japonais en cultiveraient 350 variétés sur les 20 000 qui existent dans le monde.

Il existe de nombreuses légendes autour du chrysanthème. Nous vous proposons de découvrir celle qui explique comment elle fut créée :

 



Le chrysanthème est, pour les Japonais, une fleur sacrée qui est source de rire et de joie.

Selon une vieille légende Japonaise, une jeune Fille voulait s’assurer de l’amour de son fiancé.

Un Dieu lui conseilla de choisir une fleur dans le jardin et il ajouta que son époux l’aimerait autant d’années que la fleur avait de pétales.

La jeune Fille choisit un œillet persan et commença à en séparer les pétales en plus de deux cents lanières avec une épingle à cheveux.

C’est ainsi qu’une nouvelle variété de Fleur était née : « Le Chrysanthème ».

http://brigitisis.centerblog.net/

Ses couleurs chaudes égaient aussi les lieux publics, les jardins et les balcons. Profitons-en par ces temps de grisaille ... Pompons, marguerites, anémones doubles ou simples, vous avez l'embarras du choix !

 

Partager cet article

Repost0