Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

le 11 novembre 1920 : Hommage à Marianne et aux poilus.

Publié le par Marylis Costevec

 

Le 11 novembre 1920, Les Minahouets étaient appelés au pied du Monument aux Morts pour la troisième fois en 18 jours.

Ces trois cérémonies n'étaient cependant pas identiques :

Le 24 octobre, on inaugurait le monument et le comité chargé de son érection le remettait solennellement aux Locmiquélicains représentés par le maire, Jules Le Bourdiec et les conseillers municipaux en présence des habitants, des enfants des écoles, et des personnalités civiles et religieuses : député, conseiller général, sous-préfet, le recteur et son vicaire,

Le second hommage, pour la fête des morts, était essentiellement religieux

 

Marianne, au centre de la Croix de guerre, bien visible sur le Monument aux Morts de Locmiquélic.

 

La cérémonie du 11 novembre se voulait avant tout patriotique : c'est d'abord la naissance de la République (la troisième) proclamée 50 ans plus tôt, le 4 novembre 1870, que le peuple était invité à commémorer.

BNF, gallica

La date choisie n'était pas anodine. C'est dans un moment très difficile de l'histoire du pays que la République avait été proclamée,

En 1920, le souvenir de la guerre de 1870 était encore vivace. On n'avait pas oublié que, cette année-là, le 10 juillet, Napoléon III avait déclaré la guerre au royaume de Prusse. On se souvenait aussi de la bataille de Sedan, le 2 septembre, où il avait dû capituler. On se souvenait de ce 4 septembre où les députés avaient prononcé la déchéance de l'empereur et ,proclamé le retour de la  République sous l'impulsion de Léon Gambetta et des Parisiens.

On se rappelait surtout, qu'on avait perdu la guerre, qu'on avait perdu l'Alsace et la Lorraine et qu'on ne l'avait jamais accepté.

"Pourtant là-bas est un point noir

Près de l'Alsace et de sa soeur ;

Oh ! là... Je ne veux plus rien voir :

C'est le terrier du ravisseur."

Ph. Georgeault-Jouan,18901

Ce 11 novembre 1920, on honorait donc avec la République, la mémoire des soldats de 1870 et celle des soldats de 14-18 qui nous avaient rendu l'Alsace et la Lorraine.

Le petit journal (7 nov. 1920), BNF Gallica

Ce jour-là, c'est le coeur de Gambetta, considéré comme "le véritable chef du gouvernement de la Défense nationale en 1870-71" et la dépouille du Soldat Inconnu, "symbole de la reconnaissance française envers 1 500 000 héros morts pendant la Grande Guerre"2 placés côte à côte sous l'Arc de Triomphe que l'on saluait.

Le coeur de Gambetta et le Soldat In connu sous l'arc de triomphe (agence Rol) BNF gallica
Cérémonie du 11 novembre 1920 à Paris (agence Rol) BNF Gallica

La presse locale de l'époque souligne bien le lien entre les deux guerres :

"La fête populaire a été splendide, joignant l'apothéose du patriotisme de 1870-1871 à celui (sic) du patriotisme de 1914-1918, dans l'apothéose générale de la France aimée de tous." (Le Nouvelliste du Morbihan, 13 novembre 1920).

Le coeur de Gambetta fut transporté au Panthéon dans la soirée tandis que le cercueil du Soldat fut installé dans la salle du premier étage transformée en chapelle ardente; en attendant son inhumation sous l'Arc de Triomphe, selon la volonté des associations d'anciens combattants.

1) La référence à la guerre de 1870 et la question de la Revanche est omniprésente dans l'oeuvre de Philoména Georgeault-Jouan, cette poétesse qui enseigna à Locmiquélic de 1880 à 1919. De nombreux poèmes de son recueil "l'écrin scolaire" destiné aux enfants de 8 à 13 ans en parlent aussi.

Les Locmiquélicains sont certainement impliqués dans cette commémoration. Aujourd'hui, en 2020,  Pierrette Horel (née en 1929) entonne encore des chansons évoquant la perte de l'Alsace et la Lorraine, des chansons que sa mère lui a apprises.

2) Le Nouvelliste du Morbihan, 13 nov 1920

Partager cet article

Repost0

La commémoration du 11 novembre en 2020 à Locmiquélic : un comité restreint.

Publié le par Marylis Costevec

Journée nationale de commémoration

de la Victoire et de la Paix,

Hommage à tous les "Morts pour la France" 

 

En raison de la crise sanitaire, le public n'était pas autorisé à participer aux cérémonies commémoratives. C'est donc en Comité restreint que s'est effectué le dépôt de gerbe au pied de la stèle rappelant le sacrifice des "Enfants de Locmiquélic" qui ont donné leur vie pour la Patrie : on notait , aux côtés de Philippe Berthault, maire, la présence de Didier Tanguy, maire adjoint, Madame Nahalie le Magueresse, ancien maire, élue d'opposition, Alain Le Huec, président de l'UFAC de Locmiquélic.

 

 

 

 

Le discours du maire

Jean Yves Le Gloahec, conseiller municipal a d'abord évoqué la naissance de la commune et l'érection du Monument aux Morts, inauguré le dimanche 24 octobre 1920.

Une plaque portant les noms de deux marins disparus lors de la Grande Guerre dont il a retrouvé la trace a été rajoutée à l'arrière du Monument. Il s'agit de Gildas Le Corre, né à Locmiquélic (commune de Riantec) le 30 janvier 1892, fusilier-marin disparu à Steenstracte (Belgique) le 17 décembre 1914 et de Charles-Marie Scolan, né à Locmiquélic (commune de Riantec) le 28 décembre 1882, matelot-charpentier disparu le 18 mars 1915 à bord du BOUVET, coulé après avoir été touché par une mine dans le détroit des Dardanelles.

Le discours de Geneviève DARRIEUSSECQ, ministre déléguée auprès de la ministre des Armées, chargée de la Mémoire et des Anciens Combattants, a été lu par le maire, Philippe Berthault :

 Il évoque la cérémonie de 1920. Ce jour-là, 'le peuple de France accompagne solennellement le cercueil du Soldat Inconnu sous les voûtes de l'Arc de Triomphe, saluant la mémoire de tous les soldats morts sous le drapeau tricolore."

En 2020, c'est Maurice Génevoix qui entre au Panthéon. "(...) Il y entre avec tous ses frères d'armes, ceux dont il a immortalisé le souvenir, l'héroïsme et les souffrances. (...) "

Pour lire le texte en entier, cliquer sur le lien ci-dessous.

Un jeune Locmiquélicain qui effectue son SNU (Service National Universel) a lu un texte de Maurice Génevoix qui est entré ce mercredi au Panthéon, ce texte qui se termine par la phrase d'anthologie :

« Ce que nous avons fait, c’est plus qu’on ne pouvait demander à des hommes. Et pourtant, nous l’avons fait »

Vous trouverez, plus bas un article sur Maurice Génevoix.

Discours de Geneviève DARRIEUSSECQ, ministre déléguée auprès de la ministre des Armées, chargée de la Mémoire et des Anciens Combattants, prononcé lors de la journée nationale de commémoration de la Victoire et de la Paix, Hommage à tous les "Morts pour la France"

Partager cet article

Repost0

En novembre 1920, aux USA, un nouveau président qui a le béguin pour la France...

Publié le par Marylis Costevec

En 1920, c'est dans le Nouvelliste du Morbihan que les Minahouets et les Morbihannais découvrent le nom du nouveau président des Etats-Unis : Warren Gamaliel Harding. :

 

"M. Harding va remplacer

M. Wilson comme

Président de la République

 

« Mardi 2 novembre a eu lieu l’élection des délégués chargés de nommer pour quatre ans le Président de la République qui doit remplacer M. Wilson à la Maison-Blanche.

source : BNF, gallica

 

Celui-ci avait été élu deux fois et ne se représentait pas : on sait que sans qu’aucun article n’ait été introduit dans la loi électorale des Etats-Unis, il est admis qu’aucun président ne se représente trois fois aux suffrages de ses concitoyens, en hommage à la mémoire de Washington qui ne voulut pas remplir les fonctions de président au-delà de huit ans.

Deux candidats étaient en présence : M. Harding, sénateur de l’Ohio, choisi par la convention républicaine de Chicago le 12 juin  et M. Cox, gouverneur de l’Ohio, choisi par la convention démocrate de San Francisco le 8 juillet.

Les deux candidats étaient l’un et l’autre peu connus avant leur désignation. Leur prestige personnel n’entrait donc pas en jeu et ce sont véritablement leurs deux partis qui se sont affrontés en eux.

Leurs programmes n’étaient pas d’ailleurs nettement opposés. Au point de vue extérieur. Harding se déclara, il est vrai opposé à la Ligue des Nations, qu défendit M. Cox. Mais celui-ci mettait des réserves au pacte et M. Harding annonçait qu’il est partisan d’une association internationale pour assurer la paix.

Au point de vue intérieur, M. Harding incline vers des idées d’autorité et de conservation sociale, tandis que M. Cox passe pour avoir, en matière de législation ouvrière, des idées plus hardies.

En ce qui touche la France, les deux candidats ont formellement exprimé la sympathie et l’admiration qu’ils éprouvent pour elle.

 

Mercredi matin, un télégramme de New-York nous apprenait que le parti républicain l’avait emporté aux élections des délégués.

C’est donc M. Harding qui sera président de la République des Etats-Unis. »

Le 5 novembre, les lecteurs ont eu des précisions sur la carrière politique du nouveau président de la République.

Ils apprennent aussi que :

« M. Harding est un journaliste  (..) Ancien propriétaire de journaux, il s’est toujours intéressé à la presse. Orateur de talent, il a à plusieurs reprises contribué à assurer l’élection de ses amis au Sénat  (…)

M. Harding est un homme vigoureux, grand, de belle apparence et de manières distinguées. Il est rasé et porte les cheveux coupés court. On s’accorde à lui trouver un  profil de romain. »

Hé oui, il y a rarement des photos dans le Nouvelliste !

Pour avoir une idée de l'aspect de Warren G. Harding, il fallait être abonné au petit journal  dont nous avons tiré toutes les illustrations de notre article ! Le petit journal décrit de manière détaillée le processus électoral américain et offre à ses lecteurs un portrait plus précis du nouvel élu ( lien ci-dessous)

source BNF gallica

 

Ce jeune président (55 ans)  n'exercera ses fonctions que deux ans. Ce sera un mandat marqué par de nombreux scandales qui s'achèvera par le décès de Harding le 2 août 1923, officiellement d'une pneumonie mais des rumeurs et des témoignages laissent penser qu'il aurait pu être empoisonné.

Le vice-président Calvin Coolidge lui succèdera.

Publié dans histoire

Partager cet article

Repost0

En 1920, pour la Toussaint, tous les Locmiquélicains unis autour du monument aux Morts ...

Publié le par Marylis Costevec

La cérémonie en l’honneur

des « Enfants de Locmiquélic Morts pour la France »

 

La loi du 25 octobre 1919 stipulait que,  tous les ans, le 1er ou le 2 novembre, une cérémonie serait consacrée dans chaque commune à la mémoire et à la glorification des héros Morts pour la Patrie. Elle devrait être organisée par la municipalité avec le concours des autorités civiles et militaires.

En 1920, cette cérémonie a pu se dérouler au pied du monument qui venait d’être inauguré 8 jours auparavant (le 24 octobre). Le comité chargé de son érection et présidé par Jean-Louis Danic[1] depuis avril 1919 avait « voulu qu’il soit placé à la place d’honneur au milieu de leurs chers morts parce que c’est l’endroit qui impose le plus de respect, le recueillement et la prière… »[2]

N’en doutons pas, ils étaient tous là, en tenue de deuil, les proches des 140 poilus dont les noms figurent sur le monument,  les veuves, les orphelins, les pères et mères, les frères et sœurs, les parents, les amis … regroupés devant l’édifice. Pas une famille n’avait été totalement épargnée.

Ils  avaient, presque tous, suivi les vêpres des morts, serrés dans la chapelle édifiée en 1970, une chapelle trop petite  qui n’avait sans doute pas pu les contenir tous. Ils avaient suivi les drapeaux portés par les anciens combattants, ceux qui étaient revenus et qui pouvaient témoigner des souffrances endurées.

Quelques-uns  avaient pu déposer des fleurs et se recueillir sur les tombes où reposaient ceux qui avaient expiré à Locmiquélic, des suites de leurs blessures ou d’une maladie contractée au service de la Nation.

Pour la plupart, le monument remplaçait la pierre tombale ou le tertre enclos d’une grille de fer forgé pour tous ceux qui n’étaient pas revenus, les marins engloutis avec leur bateau (le LEON GAMBETTA, L’AMIRAL CHARNER, le BOUVET, le  SUFFREN, le CASSINI…), ceux qu’on avait inhumé dans les cimetières du front en Picardie, en Champagne, ou dans l’Est, ceux qui reposaient si loin, en Turquie, en Grèce au Maghreb et ceux, trop nombreux, dont on n’avait pas retrouvé la dépouille, pulvérisée par les bombes ennemies.

coll. privée

Cent ans après, qui s’arrête devant le monument qu’on a fleuri à l’occasion de la Toussaint ?

Ils sont un peu plus nombreux, ceux qui participent aux cérémonies du 11 novembre, le jour dédié à la mémoire des poilus depuis le 24 octobre 1922. C’est un jour férié qui, depuis la loi du 20 février 2012, est devenu celui où l’on rend hommage à tous ceux qui ont donné leur vie pour la France.

Ne l’oublions pas. Ne les oublions pas.

 

[1] Jean-Louis Danic fut élu maire de la nouvelle commune de Locmiquélic le 10 décembre 1919. Il démissionna le 19 janvier 1920 avec tout le conseil municipal. Sa démission réitérée sera acceptée par le préfet en avril 1920. (Le conseil municipal avait été réintégré dans ses fonctions le 6 mars.)

[2] Extrait du discours écrit par Jean-Louis Danic pour l’inauguration du monument.

Partager cet article

Repost0

L’inauguration du Monument aux morts de Locmiquélic : un évènement fondateur de la commune ?

Publié le par Marylis Costevec

Le monument aux morts de la commune de Locmiquélic a tout juste 100 ans.

Jean-Luc BRUZULIER, docteur en histoire contemporaine, invité par le comité d'Histoire, devait nous expliquer en quoi l'inauguration de ce monument a été un évènement fondateur pour la commune (le 11 novembre 2020 à 16 h 30 dans la salle Artimon), .

Compte tenu de la fermeture de la salle ARTIMON, suite aux mesures anti-COVID19, la conférence est reportée à une date indéterminée. Nous vous tiendrons au courant...

 

Centenaire de l’inauguration

du Monument aux morts de Locmiquélic

 

 

L’inauguration du Monument aux morts de Locmiquélic :

un évènement fondateur de la commune ?

Le 24 octobre 1920, était inauguré en grande pompe le monument aux morts de la commune de Locmiquélic, soit moins de deux ans après la signature de l’armistice et un an après que ce quartier de Riantec ne soit devenu commune autonome. Cet édifice est l’un des 10 premiers à avoir été érigés dans le département.

Comment expliquer la célérité avec laquelle le comité va concevoir, construire leur monument en l’honneur de leurs morts pour la France ?

La conception originale du monument révèle les différentes significations que veulent donner les Minahouets de 1920 à leur mémorial qui n’est cependant pas le seul signe de leur reconnaissance envers le sacrifice des 140 enfants de Locmiquélic qu’ils veulent honorer. Néanmoins, cette histoire n’a pas été exempte de débats révélateurs d’une volonté de la société de sortir de cette longue guerre.

 

Par M. Bruzulier J.-L.

Chercheur associé au centre de recherche en Histoire TEMPORA, Université de Rennes 2

Professeur d’Histoire contemporaine en classe préparatoire

Actuellement travaillant à un ouvrage sur les Monuments aux morts et les politiques mémorielles dans les communes du Morbihan après la première guerre mondiale.

Partager cet article

Repost0

1er novembre 2020 : un temps de Toussaint...

Publié le par Marylis Costevec

Ils sont venus, les Minahouets, fleurir les tombes de leurs défunts.

Ils sont venus dès jeudi pour être sûrs que la sépulture des êtres chers ne semble pas abandonnée.

Ils sont venus samedi sous le soleil.

Ils sont venus dimanche sous les parapluies. Ils se sont inclinés, se sont remémorés les souvenirs heureux. Certains ont prié. Ils ont salué quelques personnes de leur connaissance, échangé quelques phrases en se tenant à bonne distance avant de rentrer.

Résignés, reconfinés,

tristes comme le temps...

1er novembre 2020 : un temps de Toussaint...
1er novembre 2020 : un temps de Toussaint...
1er novembre 2020 : un temps de Toussaint...

Partager cet article

Repost0