LOCMIQUELIC dans le viseur (page 1)...

Publié par Marylis Costevec

Où sommes-nous aujourd'hui ? ...

30 novembre 2016 :

Nous vous emmenons tout d'abord à Pen Mané Bihan et nous vous demandons de regarder au loin vers le Blavet en direction du Pont du Bonhomme. Vous avez sûrement remarqué les maisons de Sterville sur le haut de la falaise. Y aviez-vous déjà prêté attention ?

 

 

 

 

 

 

Maintenant, regardez au bord de l'eau au centre de l'image : vous voyez deux bâtiments. Celui de gauche est une habitation moderne (restauration ou reconstruction du bâtiment d'origine ?). Celui de droite est le moulin à marée de Sterbouest qui est là depuis ... longtemps* !

Pour mieux voir, il faut aller du côté de la zone artisanale de Kervern, prendre la petite route qui mène au Lannic et continuer jusqu'à la côte. Pour ne pas pénétrer sur les propriétés privées, il vous faudra descendre sur la grève à marée basse. Vous verrez alors le moulin et la digue et pourrez en approcher. Il n'a plus de roue et l'étang salé qui occupait le vallon jusqu'à l'ancienne route d'Hennebont est désormais très réduit. Qu'à cela ne tienne, vous faites un retour vers le passé. Imaginez les villageois transportant leurs sacs de grains dans un sens, de farine dans l'autre soit vers Kervern et les village de Riantec soit remontant le chemin vers Sterville derrière la maison d'habitation et s'en aller peut-être du côté de Kervignac et même Merlevenez.

* Si vous avez des informations sur l'histoire du moulin que l'on voit bien dessiné sur le cadastre de 1827, laissez-nous un message ou contactez nous. Merci.

Le moulin à marée de Sterbouest à LOCMIQUELIC et la digue qui retenait la réserve d'eau.
Le moulin à marée de Sterbouest à LOCMIQUELIC et la digue qui retenait la réserve d'eau.

Le moulin à marée de Sterbouest à LOCMIQUELIC et la digue qui retenait la réserve d'eau.

 

OOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOO

 

 

au LOCH

LOCMIQUELIC dans le viseur (page 1)...

Vous vous croyez sans doute en pleine campagne !

Illusion !

Ce chemin creux qui était déjà là il y a deux siècles au moins est un rescapé ! Les constructions neuves ne sont pas loin !

Au bout du chemin vous débouchez sur la grand-route de Port-Louis et derrière vous s'arrête la rue de la Saline. Sur la droite, vous verrez des bâtiments de ferme, exactement au même endroit que sur le cadastre de 1837. On imagine qu'ils ont subi quelques transformations ! ...

Vous apprécierez le mur de pierres sèches qui fait un angle. Le chemin menait sur la gauche vers l'ancien village de Locmiquélic ... mais là aussi, aujourd'hui, vous arrivez très vite dans la ville ...

Vous êtes au Loch ...

Bonne promenade !

Chemins creux au Loch  (Locmiquélic)
Chemins creux au Loch  (Locmiquélic)

Chemins creux au Loch (Locmiquélic)

SSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSS

SSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSS

... à Sterville

Vous n’y avez sans doute jamais mis les pieds ! On n’y passe pas ; on n’y va pas par hasard ! Des particuliers l’ont pourtant découvert ! Aux confins de Locmiquélic, ce village qui a bien failli rester rattaché à Riantec, a quelque peu perdu son caractère de ruralité pour devenir un quartier résidentiel. Les constructions neuves ont  poussé à grande vitesse.

Des vieux bâtiments semblent abandonnés, d'autres ont été restaurés. Certains sont encore « dans leur jus » et témoignent de la vie aux siècles derniers. Il n'y a plus d'agriculteurs au village et les terres aux alentours sont exploitées par des voisins de Kervassal en Riantec. Il faudra (il faut déjà ?) faire un effort pour imaginer l’activité qui y régnait autrefois.

 Si par hasard, il vous prenait l'envie d'explorer le village et ses vieilles bâtisses, n'hésitez pas à emprunter l'Impasse de la Rivière qui vous mènera au bord du Blavet. Pour descendre à la côte, il vaut mieux être jeune et leste ... mais avec de la volonté, on y arrive.

Et pour découvrir la fontaine, le vieux lavoir et ses trois bacs, il faut prendre un large chemin sur la gauche avant de vous engager dans l'impasse. Il descend vers le vallon (autrefois réserve d'eau du moulin à marée de Sterbouest).

Il vous faudra un peu d'imagination pour écarter les lentilles d'eau, voir et entendre les villageoises jouer du battoir agenouillées dans le "carrosse". Après avoir frotté, rincé et tordu le linge en se racontant les nouvelles rapportées du marché, elles  remontaient la pente en poussant la brouette.

 

Sterville, vues du village, du lavoir et du Blavet.
Sterville, vues du village, du lavoir et du Blavet.
Sterville, vues du village, du lavoir et du Blavet.

Sterville, vues du village, du lavoir et du Blavet.

STSTSTSTSTSTSTSTSTSTSTSTSTSTSTSTSTSTSTSTSTSTSTSTSTSTSTSTSTSTSTSTSTSTSTSTST

... rue Léon Blum

 

La rue Léon Blum (Locmiquélic)

La rue Léon Blum (Locmiquélic)

 

Vous voyez là un petit bout de rue qui peut vous sembler terriblement banal. Cette rue que vous êtes sans doute nombreux à emprunter pour la Toussaint, puisqu’elle mène au cimetière a pourtant une histoire particulière.

Pendant plusieurs années*, ce n’était qu’un très mauvais chemin qu’empruntaient les cortèges funèbres. A la mauvaise saison, il se transformait en un véritable bourbier où l’on s’enfonçait, paraît-il, jusqu’aux chevilles. Et c’est trop souvent les pieds crottés que l’on bénissait le cercueil avant la mise en terre.

La municipalité de Riantec voulait bien le faire empierrer mais il fallait aussi l’élargir et les propriétaires des terrains qui le bordaient refusaient catégoriquement de céder la bande de terre nécessaire. Il fut bien proposé à l’un d’eux une concession au cimetière en échange de quelques mètres carrés (sans doute pour lui faire entendre que les travaux lui serviraient un jour et qu’au bout du compte, deux mètres carrés lui suffiraient bien, comme à tout un chacun). Rien n’y fit. Il répondit qu’il n’était pas pressé ! *

Il ne fut pas possible d'obtenir un accord à l'amiable.

Pour que les familles puissent accompagner dignement leurs défunts à leur dernière demeure, il fallut faire appel à la justice qui procéda à l’expropriation des riverains récalcitrants.

Intérêt collectif et intérêts particuliers ne font pas toujours bon ménage, hélas !

*Le cimetière fut créé vers 1900. La commune de Locmiquélic fut créée en 1919.

·        *Sources consultées : presse et délibérations du Conseil Municipal de Riantec.

 

BBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBB

à la pointe du BIGO(T)

Si vous imaginez qu'il y eut là, il y a quelques siècles, un ermitage avec un saint homme en prière, vous faites certainement erreur. Pourtant, l'orthographe actuelle vous y incite fortement !

Au temps où tout le monde parlait breton à Locmiquélic, ce lieu était cultivé et s'appelait "ar Bego" (orthographe repérée dans un document de 1740) ou ar bigeux* (cadastre de 1837). Si vous consultez un dictionnaire "français-breton", vous trouvez beg (begou au pluriel) traduit par pointe(s) ou embouchure(s).

Même s'il faut rester très prudent en toponymie, il faut admettre qu'appeler une pointe, "la pointe" n'est pas totalement improbable !

Il y a déjà un certain temps qu'on dit et écrit "la pointe du Bigo(t)", sans doute depuis qu'on ne comprend plus guère le Breton dans notre commune !

Quant au "t" qui nous détourne à coup sûr du sens premier du mot, (qu'il s'agisse de "pointe" ou d'autre chose), nous ne saurions dire depuis quand il apparaît sur les plans et les cartes ! Si vous pouvez nous éclairer à ce sujet, nous vous serions fort reconnaissants.

On pourrait peut-être songer à l'ôter, ce "t". Qu'en pensez-vous ?

 

*prononcer "BIGUEUW"
La pointe du Bigo(t) à LOCMIQUELIC

La pointe du Bigo(t) à LOCMIQUELIC

BBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBB

 ... près du cimetière.

C' est la zone la plus élevée de Locmiquélic, entre 22 et 23 mètres d'altitude, bien plus haut que la montagne du fort (autour de 17 mètres). Il y aurait eu là, il y a fort longtemps un ou plusieurs moulins à vent. Autant dire que de là-haut on a une belle vue sur la rade et le Blavet, au-dessus des toits de Kerderff ... et c'est sûrement mieux vu des étages.

C'est là que se construit la résidence Abbé Tréhin ...

Publié dans lieux

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :