Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

informations légales

Publié le par Marylis Costevec

Vous disposez bien entendu d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent (art. 34 de la loi Informatique et Libertés du 6 janvier 1978 modifié par la loi du 6 août 2004).
Pour exercer vos droits, il vous suffit de nous contacter à l'aide du formulaire de contact

Partager cet article

Repost0

Ne pas confondre LOCMIQUELIC et LOCMIQUELIC !

Publié le par Marylis Costevec

être ou ne pas être à LOCMIQUELIC

Cette dénomination n'a pas toujours désigné le même territoire. Les limites actuelles de la commune ne datent que de 1959. Jusqu’en 1899, LOCMIQUELIC est un village de pêcheurs qui fait partie de la commune de Riantec comme Nézenel et Kerderff, situés eux aussi en bordure de la rade de Lorient. Ces villages voient leur population augmenter considérablement dans la seconde moitié du XIXème siècle. Il est décidé dès 1897 de créer une section électorale dotée d’un bureau d’état-civil qui élira ses propres conseillers municipaux. C’est entériné en 1899.

La section de LOCMIQUELIC, du nom du plus gros village, est délimitée par la route qui relie Port-Louis à Hennebont, des remparts extérieurs (encore visibles avenue de Kerzo à Port-Louis) jusqu'aux Quatre chemins.* A partir de 1905, cette section demande son indépendance. Elle ne l’obtient qu’en 1919 après de nombreuses péripéties*.

En 1919, la nouvelle commune de LOCMIQUELIC n’a pas les mêmes limites que la section de LOCMIQUELIC qui existait précédemment. Kervern et Sterville y ont été intégrés. En septembre 1959, un arrêté préfectoral rattache le village de Kerbel à la ville de Port-Louis après plusieurs années d'enquêtes, discussions et tractations.

Les habitants des plus petits villages de la section électorale puis de la nouvelle commune (Kerderff, Nézenel, etc…) continuent cependant à se différencier comme du temps où ils étaient Riantécois. Ils disent qu’ils vont à Locmiquélic à la messe, faire leurs courses ou visiter parents et amis et ceci de façon naturelle et courante jusque dans les années 60 et 70. Pour eux, Locmiquélic désigne toujours l'ancien village. Ils n’habitent pas à Locmiquélic mais à Pen Mané, Nézenel ou Kerderff d’autant plus que ces villages sont géographiquement séparés, distincts. Petit à petit, avec les nouvelles constructions, ils finiront par se rejoindre et le territoire appartenant aux villages originels deviendra difficile à appréhender. Aujourd’hui, la plupart des habitants admettent habiter à Locmiquélic mais on trouve encore quelques irréductibles qui refusent cette intégration en affirmant : « Pen Mané, ce n’est pas Locmiquélic ! »

Retour aux limites

de l'ancien régime... ?

Ce qui est surprenant, c'est qu'après toutes ces péripéties, le territoire de la commune actuelle recouvre presque intégralement le territoire de la frairie de Travelzec, l'une des 6 divisions de la paroisse de Riantec*, qui formait une communauté à caractère religieux !

Si l'on en croit l'article paru dans le bulletin municipal N° 16 de décembre 1990, la frairie de Travelzec  (Trevelzec, Trevellezec) regroupait les habitants des villages de Locmiquélic, Kerderff, Nézenel, Kersabiec, Kervern, Lannic, Sterville mais aussi Kerabonet et Kervenic qui font actuellement partie de Riantec.

La frairie se serait donc reconstituée inconsciemment.

Selon l'étude d'Henri François Buffet publiée en 1952 ( Annales de Bretagne et des pays de l'Ouest), tre signale un hameau tandis que le terme tref est plus récent et désigne une frairie. Il suggère que "la frairie de Trevelzec (XVIIème siècle) a gardé son nom sans que ce nom soit rattaché à un village déterminé."

En effet, les autres frairies portaient le nom d'un village toujours identifiable aujourd'hui : Locmalo (regroupé avec Gâvres et Stervins), le bourg, Kerner, Kervassal, Brambis.

Comment expliquer que celle de Travelzec ne porte pas le nom d'un village ?

...et à l'Antiquité ?

Le  bulletin municipal cité plus haut fait état d'une autre étude toponymique proposée par Hervé Henriot.

Nous vous la soumettons avec toutes les précautions qui s'imposent :

"Nous pourrions opter pour Treh er belleg, c'est-à-dire le passage (à gué) du prêtre", sachant qu'en breton, le B mute en V et que le Z ne se prononce généralement pas (Belleg devient alors vellezeg).

Si cette hypothèse est  fiable, nous voilà avec des interrogations supplémentaires : de quand daterait cette appellation et où aurait été situé ce gué, en sachant que certains toponymes sont très anciens et que le niveau de la mer a subi d'importantes variations au fil du temps ?

Nous ne sommes pas qualifiés pour  valider ou invalider cette hypothèse mais nous avouons qu'elle nous interpelle !

*d'après étude de la liste électorale de 1911 (ADM, 1M cir. 27). *Pour le déroulement complet des opérations de scission, voir C’était hier N°3 ou Hors série N° 2. (http://leminahouet.free.fr/)
* les six frairies de Riantec en  1682 de la plus peuplée à la moins peuplée : celle qui regroupait Locmalo, Gâvres et Stervins, celle deTravelzec, celle du bourg, celle de Kerner, celle de Kervassal,  et celle de Brambis (source, B.M. N° 16 de décembre 1990).

 

Les limites de Locmiquélic au fil du temps ( L = le village originel)

Les limites de Locmiquélic au fil du temps ( L = le village originel)

Publié dans Locmiquélic, histoire

Partager cet article

Repost0

En 1916, on attendait le facteur ...

Publié le par Marylis Costevec

En 1916, on attendait le facteur ...

Le facteur

Carte postale, signe de vie

Vous avez sans doute, comme Claudine, au fond d'une malle ou d'une armoire, une de ces cartes postales jaunies écrite pendant la Grande Guerre par quelqu'un dont vous ne savez rien ou pas grand chose.

Ce qui est écrit vous semble sans doute sans grand intérêt : quelques formules toutes faites qui disent qu'on est en bonne santé et qu'on espère que le destinataire l'est aussi.

Et pourtant, ces petits cartons étaient attendus avec angoisse par les familles car ils étaient la preuve que l'être cher était toujours vivant. Envoyés très régulièrement, ils étaient le lien en ces temps difficiles.

Les soldats ne devaient donner aucune indication sur les opérations militaires passées ou futures ou alors la carte n'était pas transmise par le vaguemestre qui filtrait, envoyait et distribuait le courrier des soldats.

Ernest Pérochon nous décrit l'attente d'un père dans un roman paru en 1922* :

" Seul, le vieux Bernou se tenait accolé à la muraille de son écurie, dans une petite encoignure.

Lui aussi attendait le facteur. Depuis deux mois son fils ne donnait pas de nouvelles ; personne n'espérait plus parmi les siens, ni sa femme, ni sa bru, ni ses filles ; mais lui, à cause d'un permissionnaire qui lui avait conté des choses surprenantes, il attendait toujours. Chaque matin,quand le facteur arrivait vers lui, il s'avançait un peu. L'autre disait simplement :

- Rien ! "

Une situation probablement plus fréquente qu'on ne le pense. Il n'était pas toujours possible d'identifier les soldats tués ni de savoir qui avait été fait prisonnier. Alors, tant que l'avis de disparition n'avait pas été suivi d'un avis de décès, on espérait un signe de vie ...

* PEROCHON, Ernest, La parcelle 32, ed. Plon, 1922.

Publié dans La Grande guerre

Partager cet article

Repost0

Alexandre ou Jean Marie Georgeault ?

Publié le par Marylis Costevec

A Locmiquélic, vous savez tous qui fut Jean Marie Georgeault. Il dirigea l’école publique de garçons jusqu’à sa mort à l’âge de 60 ans, le 29 novembre 1917. L’école porte son nom. Aussi, nos lecteurs ont-ils été fort surpris de le voir prénommé Alexandre dans la dernière publication du Comité d'Histoire de Locmiquélic. Il a en effet fait partie, avec Jean-Louis Danic de la commission syndicale de 1911 chargée de donner son avis sur le projet de scission après consultation de la population. Un examen attentif du document reproduit page 38 du hors -série N°2 montre que nous n’avons pas fait d’erreur.

Alors, Jean Marie ou Alexandre ? Eh bien, les deux, tout simplement ! Son acte de décès dans les registres d'Etat-Civil de Locmiquélic prouve qu’il s’appelait officiellement Jean Marie, Alexandre Georgeault. Mais de très nombreux documents (articles de presse, bulletins de vote, etc …) et l’annonce de ses funérailles nous prouvent qu’on l’appelait communément Alexandre.

Plus personne ne semble s’en souvenir.

Quant à savoir pourquoi on a choisi le prénom Jean Marie plutôt qu’Alexandre quand on a nommé l’école, c’est une autre histoire …

Vous pouvez vous procurer le hors -série N° 2 chez Hourdé- Bellour ou chez Eden Flor dans la Grand rue à Locmiquélic.

Publié dans Personnages

Partager cet article

Repost0

Aiguille à ramender

Publié le par Marylis Costevec

aiguille à ramender.

Rares sont les Minahouets qui ne connaissent pas ce petit outil que les pêcheurs utilisaient pour réparer leurs filets. Ce que l’on sait sans doute moins, c’est que c’était l’instrument de travail des ouvrières de la filature de Pen Mané, tout au moins des laceuses, celles qui confectionnaient les filets à l’étage du bâtiment. Ces filets étaient ensuite montés en chaluts. Le rez-de-chaussée était occupé par les fileuses qui faisaient fonctionner les machines. Les ficelles qu’elles fabriquaient à partir de fibres de diverses provenances, servaient bien sûr à la fabrication des chaluts.

La filature de Pen Mané créée vers 1930 à LOCMIQUELIC a fermé ses portes en 1966.

Toutes informations sur les machines à filer seraient bienvenues ainsi que tous les souvenirs que vous pouvez avoir à propos de ce bâtiment, que ce soit pendant son fonctionnement ou après, Ainsi que de sa destruction. Merci à vous.

http://leminahouet.free.fr/

 

Partager cet article

Repost0

Scissions hier, fusions aujourd'hui

Publié le par Marylis Costevec

au conseil municipal
au conseil municipal

Alors que la fusion de certaines communes fait la une des journaux et que cela donne des idées à certains, c’est peut-être le moment de se replonger au début du 20ème siècle et de retrouver l’ambiance des années qui ont précédé la naissance de la commune de Locmiquélic. En 1905, la séparation d’avec Riantec faisait l’unanimité au conseil municipal mais il a fallu attendre le 19 décembre 1912 pour qu’un accord soit trouvé sur la limite séparative. En 1911 et 1912, les séances du conseil ont été particulièrement houleuses. Jean-Louis Danic qui devint le premier maire de Locmiquélic en 1919 a été très actif à cette période. Le Comité d"Histoire de Locmiquélic a consacré plusieurs pages à ce sujet dans un numéro spécial qui raconte la vie du premier édile, éclairant d’un jour nouveau l’étude plus complète déjà publiée dans le N° 3 de leur publication périodique.

Pour en savoir plus sur la séparation des deux communes : Comité d'Histoire de Locmiquélic (CHL) , C'était hier ... N°3 et Hors série N° 2 (Jean-Louis Danic(1859-1936) premier maire de Locmiquélic): http://leminahouet.free.fr/

Publié dans Locmiquélic, histoire

Partager cet article

Repost0

Bonne Année

Publié le par Marylis Costevec

carte de voeux 1949

Un petit côté suranné ? Normal, c'est avec cette carte mignonnette écrite le 30 décembre 1949 que nous souhaitons que l'année qui commence soit pour vous tous une des meilleures et comble tous vos espoirs.

Alors que nous nous avons mobilisé nos pouces pour envoyer nos vœux par SMS et autres courriels, c’est le moment de se souvenir qu’avant le lancement du stylo Bic en 1950, on devait prendre la plume pour « souhaiter la bonne année » à tous ceux qui habitaient un peu loin.

Publié dans fêtes calendaires

Partager cet article

Repost0

Tirer les rois en Breton !

Publié le par Marylis Costevec

Gâteau breton .. tout chaud !

Pensez au gâteau breton pour tirer les rois si vous n'avez pas profité du nouvel an pour en offrir comme le faisaient nos arrière-grands-mères. Elles les cuisaient avant Noël pour qu’ils soient bien rassis, et paraît-il, bien meilleurs. Les personnes d’un « certain » âge se souviennent en avoir trempé dans le café offert quand ils allaient présenter leurs vœux à leurs proches ou voisins. Vous trouverez des anecdotes et des recettes à ce sujet dans le N° 6 de « C’était hier… ». Des recettes parce que, bien sûr, il y avait gâteau breton et gâteau breton, selon qu’on était riche ou pauvre, ou selon le boulanger chez qui on les achetait…etc …

Yveline se souvient d'avoir apporté les oeufs et le beurre chez le boulanger de Gâvres qui utilisait sa farine. Il avait aussi un secret de fabrication qui rendait sa pâtisserie unique. Alors ? bergamote? kirsch ? eau de vie de cidre, un parfum bien de chez nous ? Faites des essais, glissez-y une fève et régalez vos amis et votre famille ...

 

Publié dans Traditions culinaires

Partager cet article

Repost0

<< < 10 20 30 31 32 33 34