Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Faire sauter les crêpes comme autrefois...

Publié le par Marylis Costevec

 

On ne sait plus très bien pourquoi mais le 2 février, tout le monde ou presque fait sauter les crêpes !

Et cela depuis des temps immémoriaux ! Il paraît que cela apporte la prospérité au foyer.

Et comme cette année, c’est un dimanche, pas d’excuse : tout le monde va se  retrouver autour de la cuisinière avec une pièce de monnaie dans la main gauche. A défaut de prospérité à la clé, on se sera régalé et on aura bien rigolé.

Il y aura peut-être (qui sait ?) des nostalgiques qui les feront cuire dans la cheminée comme il y a bien longtemps.

Bien sûr, nous n’allons pas manquer cette occasion d’évoquer le temps passé et nous vous invitons à relire cet épisode de « Sans famille », ce roman écrit par Hector Malot (1830-1907),  paru en 1878, qui a ému des générations d’enfants :

 

« (…) Mère Barberin mit la poêle au feu, et ayant pris un morceau de beurre au bout de son couteau elle le fit glisser dans la poêle, où il fondit aussitôt.

– Ça sent bon, s’écria Mattia qui se tenait le nez au-dessus du feu sans peur de se brûler.

Le beurre commença à grésiller :

– Il chante, cria Mattia, oh ! il faut que je l’accompagne.

Pour Mattia tout devait se faire en musique ; il prit son violon et doucement en sourdine il se mit à plaquer des accords sur la chanson de la poêle, ce qui fit rire mère Barberin aux éclats.

Mais le moment était trop solennel pour s’abandonner à une gaieté intempestive, avec la cuiller à pot mère Barberin a plongé dans la terrine d’où elle retire la pâte qui coule en longs fils blancs ; elle verse la pâte dans la poêle, et le beurre qui se retire devant cette blanche inondation la frange d’un cercle roux.À mon tour, je me penche en avant : mère Barberin donne une tape sur la queue de la poêle, puis d’un coup de main elle fait sauter la crêpe au grand effroi de Mattia ; mais il n’y a rien à craindre ; après avoir été faire une courte promenade dans la cheminée, la crêpe retombe dans la poêle sens dessus dessous, montrant sa face rissolée.

 

BNF, gallica, floréal, 1922

 

Je n’ai que le temps de prendre une assiette et la crêpe glisse dedans.

Elle est pour Mattia qui se brûle les doigts, les lèvres, la langue et le gosier ; mais qu’importe, il ne pense pas à sa brûlure.

– Ah ! que c’est bon ! dit-il la bouche pleine.

C’est à mon tour de tendre mon assiette et de me brûler ; mais, pas plus que Mattia je ne pense à la brûlure.

La troisième crêpe est rissolée, et Mattia avance la main, mais Capi pousse un formidable jappement ; il réclame son tour, et, comme c’est justice, Mattia lui offre la crêpe, au grand scandale de mère Barberin, qui a pour les bêtes l'indifférence des gens de la campagne, et qui ne comprend pas qu'on donne à un chien « un manger de chrétien. » Pour la calmer, je lui explique que Capi est un savant, et que d'ailleurs il a gagné une part de la vache ; et puis, c’est notre camarade, il doit donc manger comme nous, avec nous, puisqu’elle a déclaré qu’elle ne toucherait pas aux crêpes avant que notre terrible faim ne soit calmée.

Il fallut longtemps avant que cette faim et surtout notre gourmandise fussent satisfaites ; cependant il arriva un moment où nous déclarâmes, d'un commun accord, que nous ne mangerions plus une seule crêpe avant que mère Barberin en eût mangé quelques-unes.

Et alors, ce fut à notre tour de vouloir faire les crêpes nous-mêmes, au mien d'abord, à celui de Mattia ensuite. Mettre le beurre, verser la pâte était assez facile, mais ce que nous n'avions pas, c’était le coup demain pour faire sauter la crêpe ; j'en mis une dans les cendres, et Mattia en reçut une autre toute brûlante sur la main.

(…)

Hector Malot

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k97632083.texteImage

Un épisode qui a marqué la mémoire des plus gourmands. Et vous de quelle scène vous souvenez-vous ?

Partager cet article

Repost0

Mésaventure au marché de Lorient ...

Publié le par Marylis Costevec

Une petite anecdote, histoire de remonter le temps et de faire un tour au marché de Lorient.

C'était il y a 100 ans, un samedi de janvier 1920...

................................

Place Alsace-Lorraine à Lorient (début du XXème siècle)

 

"L'habit ne fait pas le moine" dit le proverbe !

C'est ce qu'a pu remarquer la dame Danigo de Pen Mané, victime d'une picpocket fort bien vêtue qui tentait de lui faire les poches ce samedi de janvier 1920 au marché de Lorient.  

 

Nous vous invitons à lire l'article paru dans l'avenir du Morbihan le 24 janvier 1920 :

"Les picpockets ont fait leur apparition sur les marchés de notre place Alsace-Lorraine et cours de la Bôve, samedi dernier, plusieurs paysannes ont été victimes des filous, notamment Mme veuve Q… de Kerentrech, marchande de légumes ; Melle Kerneur de Plouhinec.

Une dame Danigo, de Pen Mané, l’a échappé belle. Elle s’est retournée au moment même où une femme bien vêtue lui fouillait la poche. Celle-ci a pu filer.

(...)"

 

Le cours de la Bôve un jour de marché (début du XXème siècle)

 

Partager cet article

Repost0

ça s'arrose !

Publié le par Marylis Costevec

   Ça s’arrose !  

 

Notre blog a trouvé son rythme de croisière et le jeudi 30 janvier 2020, il a franchi le cap symbolique des 100 000 visites. Si vous avez cliqué sur un de nos liens ce jour-là, vous êtes peut-être notre 100 000ème visiteur.

Nous vous remercions de l’intérêt que vous portez à l’histoire de notre tout petit coin de terre (3,58 km2 ; ca 4000 ha). Cela nous encourage à continuer nos petites chroniques qui parlent de la vie des Minahouets* d’hier et d’aujourd’hui.

Notre dernière publication rencontre aussi un joli succès avec des articles plus complets et plus longs dont vous trouvez parfois un avant-goût sur ce blog.

Alors bien sûr, nous allons trinquer ! 

Nous avons bien pensé au « Picherel » dont nous vous parlé dans notre dernière publication  mais nous n’en avons plus dans nos buffets et plus personne n’en fabrique ! Un peu de lagout’chistr  peut-être ? Une larmichette alors, après le café, dans le verre tiède, comme autrefois ! Il faut savoir garder les idées claires.

Finalement, il nous semble bien plus raisonnable d’opter pour un petit verre de cidre « pur jus » bien pétillant  avec un morceau de goastell (gâteau breton). Nous allons le confectionner en suivant la recette que nous avait donnée Simone Hubert et que nous avions publiée dans le numéro 6 de « C’était hier... ». Nous le dégusterons en pensant à vous.

« Gres Mad ! »* comme disaient nos ancêtres, une expression dont peu de monde semble se souvenir mais que l’on retrouve bien dans la presse ancienne…

La preuve ! :

 

publicité parue dans Le Nouvelliste en 1920. A consommer avec modération !

* Minahouets : surnom collectif appliqué aux habitants de la commune de Locmiquélic.


* On prononçait : "gresse mat" qui se traduirait littéralement par "bonne grâce". Le dictionnaire de breton contemporain de Favereau traduit "grâce" par "grass".

On peut donc comprendre l'expression comme un remerciement à Dieu.

 

Partager cet article

Repost0

Surprise ! La grande aigrette est au marais de Pen Mané... Bienvenue !

Publié le par Marylis Costevec

Vous êtes tellement habitués à voir l'élégante aigrette garzette évoluer et se nourrir au marais de Pen Mané à Locmiquélic que vous n'avez peut-être pas pris garde à une nouvelle venue : la grande aigrette !

grande aigrette et aigrette garzette (marais de Pen Mané, 22 janvier 2020)

 

Apparition récente en Bretagne :

On l'a vue apparaître brusquement en 1994 au lac de Grand-lieu où elle arrivait entre janvier et avril pour nicher, alors qu'auparavant, elle ne fréquentait plus guère que l'Europe de l'Est (Russie, Ukraine, Autriche, Hongrie, Balkans).

Les jeunes nées au lac de Grand-lieu ont longtemps pris leur envol vers le nord de la France et parfois la Camargue ou les Dombes. Si on la voyait parfois au nord de la Bretagne, elle  dédaignait l'Ouest, allez savoir pourquoi ! *

 

Cette hiver, elle est à Pen Mané !

Il n'est pas impossible que de grandes aigrettes  aient déjà séjourné à Locmiquélic sans nous prévenir ! En tout cas, nous avons été très agréablement surpris d'en apercevoir un spécimen ce lundi 22 janvier 2020, en compagnie d'un héron cendré et d'un aigrette garzette.

Grande aigrette, aigrette garzette et héron cendré au marais de Pen Mané (22 janvier 2020)

 

En attendant un portrait plus précis et une comparaison de ces deux aigrettes que nous ne manquerons pas de vous proposer, nous vous donnons un indice : la grande aigrette est plus grande (Si ! Si !) et elle a le bec jaune (pas toujours mais en période inter-nuptiale comme en ce moment !).

A vos jumelles !

Grand soleil sur le marais de Pen mané (22 janvier 2020)

 

* d'après Loïc Marion in Atlas des oiseaux nicheurs de Bretagne, groupe ornithologique breton, Delachaux et Niestlé, p. 98

Publié dans flore et faune

Partager cet article

Repost0

22 janvier 2020 : nouvel épisode de curage au port de Pen Mané ...

Publié le par Marylis Costevec

La drague, Fort Boyard, au travail dans le port de Pen Mané à Locmiquélic

Marée haute et ciel parfaitement bleu :

22 janvier 2020 : nouvel épisode de curage au port de Pen Mané ...
22 janvier 2020 : nouvel épisode de curage au port de Pen Mané ...
22 janvier 2020 : nouvel épisode de curage au port de Pen Mané ...
22 janvier 2020 : nouvel épisode de curage au port de Pen Mané ...
22 janvier 2020 : nouvel épisode de curage au port de Pen Mané ...

Pour l'historique et les épisodes précédents, cliquez sur le lien :

Publié dans vie locale

Partager cet article

Repost1

Un prêtre Minahouet, l'Abbé Georges Rio

Publié le par Marylis Costevec

La biographie

de l'Abbé Georges Rio

-----------

 L'Abbé Georges Rio a quitté ce monde le 21 janvier 2019.

Ce Minahouet bien connu a participé aux premiers travaux du Comité d'Histoire de Locmiquélic.

Né en 1926 dans une famille très pratiquante, il fut ordonné prêtre en 1951.

Il dirigea alors l'école Saint Pierre de Port-Louis jusqu'en 1966 où il fut nommé à Vannes à la Direction des Vocations avant d'exercer dans différentes paroisses.

Retiré en 2003, il continua à exercer son sacerdoce comme auxiliaire à Locmiquélic notamment.

Pendant 5 années, il a résidé à la maison de retraite des prêtres (Saint Joachim) à Sainte-Anne d'Auray.

Il y est décédé le 21 janvier 2019, ses obsèques ont été célébrées le 23 janvier 2019 à la basilique de Sainte-Anne d'Auray. Il a été inhumé au cimetière de la maison Saint-Joachim.

 

NB :  Grâce à vos différentes contributions, nous avons pu écrire sa biographie. Elle est parue dans le N° 10 de notre publication : "C'était hier...."

Publié dans Personnages

Partager cet article

Repost0

De Salvador de Bahia à Lorient

Publié le par Marylis Costevec

Cette fois, ce n'est pas du soja mais des voiliers en provenance du Brésil qui seront débarqués à Lorient.

Tasmanic Winter arrivé à Lorient Kergroise le 18 janvier 2020. A bord, les voiliers de la Transat Jacques Vabre : retour deouis Salvador de Bahia.
Tasmanic Winter décharge les voiliers en provenance se Salvador de Bahia à Lorient Kergroise ( 19 janvier 2020)

 

Tasmanic Winter (166 mètres, pavillon du Libéria) a accosté à Lorient Kergroise, ce samedi 18 janvier 2020 à 10 heures 46 après une escale à Renteria sur la côte basque espagnole.

Dès dimanche matin, il va décharger des voiliers embarqués à Salvador de Bahia (Brésil) qu'il a quitté le 16 décembre.

Ce sont les voiliers qui ont traversé l'Atlantique à la voile lors de la transat Jacques Vabre.  C'est ainsi que les multi 50  Primonial de Sébastien Rogue et Mille et un sourires de Gilles Lamiré  (et bien d'autres que vous ne manquerez pas de nous signaler) vont rejoindre Lorient La Base.

Crédit photos : Joël Guillemoto

De Salvador de Bahia à Lorient
De Salvador de Bahia à Lorient
De Salvador de Bahia à Lorient
De Salvador de Bahia à Lorient

Publié dans vie locale

Partager cet article

Repost0

Les derniers voeux de la mandature...

Publié le par Marylis Costevec

Une assistance nombreuse se pressait dans la salle de l'Artimon pour écouter Nathalie Le Magueresse présenter ses voeux à la population de Locmiquélic : élus, responsables économiques et associatifs, agents de la collectivité.

 

Elle les a remerciés pour leurs "talents, idées, engagements, dévouement et désintéressement." elle a insisté sur l'importance du lien social et de la solidarité avant d'emmener les auditeurs dans "une balade en images dans les quartiers de Locmiquélic pour raconter l'histoire de quelques réussites de l'année 2019" :

- Les manifestations du centenaire

- La nouvelle école Jean-Marie Georgeault et la nouvelle restauration scolaire.

- La nouvelle chaufferie (économique et écologique) qui est l'objet de nombreuses visites d'élus et de professionnels.

Elle a évoqué la poursuite du programme "COEUR DE VILLE"  et les 36 logements qui vont être construits, avec des réalisations innovantes : pièce mutualisable, serre commune... et le petit verger public qui est en cours de réalisation devant l'école et la salle Artimon.

Ce fut l'occasion de rappeler la distinction obtenue au concours des "villes et villages fleuris" et de remercier les agents municipaux, les élus et les habitants qui ont contribué au fleurissement de la commune.

Nathalie Le Magueresse a ensuite parlé de l'aménagement du parc de Pen Mané et de l'inauguration de "cette bulle de verdure qui  est devenu le lieu prisé des festivités de plein air."

Et puis, elle a rappelé le succès des fêtes traditionnelles, la fête du port et la 85ème fête  des Langoustines,

Elle a salué la richesse de la vie culturelle de la commune et mise en place du portail "Médiarade, né de la mutualisation des médiathèques des communes de Locmiquélic, Port-Louis et Riantec".

 

Une mention spéciale pour la culture bretonne : la ville a reçu le "label de niveau 1 de la charte "Ya d'ar Brezonneg" et s'est engagée pour le niveau 2 de cette charte, commencée avec la création d'une classe bilingue. qui rencontre un bel accueil.

2020 devrait voir l'achèvement de la salle multi-activités tant attendue par les associations.Elle sera disponible en février.

 

 

La cérémonie s'est terminée avec la remise de la médaille du Centenaire de la ville à André Le Roux "pour tout ce qu'il a donné à Locmiquélic en tant que maire".

Les voeux du maire sont aussi l'occasion de rencontres entre les acteurs de la vie locale qui ont pu échanger longuement autour du buffet campagnard qui clôturait l'événement.

 

 

Crédit photos : Joël Guillemoto (Comité d'Histoire de Locmiquélic)

Publié dans vie locale

Partager cet article

Repost0

C'était hier... Le N° 10 est paru

Publié le par Marylis Costevec

 

Vous pouvez vous le procurer dès aujourd'hui  chez

Rémy Ropert, 17 rue Henri Sellier, tel   06 64 72 67 28

 Joël Guillemoto, 7, rue des lavoirs, tel 06 63 46 22 91

Coccimarket, grande rue,

Coiffeurs :

Bruno Quéré

ESPRIT coiff. (Nicolas Péron)

 

Une présentation et une permanence en médiathèque

le 14 janvier (16 h ) et le 17 janvier (15 h).

Publié dans vie de l'association

Partager cet article

Repost0

Voyage, voyage...

Publié le par Marylis Costevec

  Vie de marins... 

 

Ils ne font que passer !...

On les voit arriver… Ils déchargent leur cargaison de tourteaux de céréales qui vont nourrir nos bestiaux, des tonnes d’hydrocarbures pour nos voitures et nos chaudières, un peu de ciment, des granulats marins…

Ils emportent nos vieux pneus et nos déchets de bois vers les cimenteries marocaines ou ailleurs…

Ils viennent du Brésil, d’Ukraine ou de la mer du Nord…

Les marins cambodgiens de THEODORE JR et les Ukrainiens de LA SAUTERNAIS ont passé Noël à Lorient, partagé leurs spécialités avec les Bretons, écouté la messe à l’église Notre-Dame de Victoire et puis ils sont repartis. Sous d’autres cieux.

THEODORE H vogue vers Corpus Christi, un port texan, quatrième port américain en tonnage, qui exporte  du pétrole brut : des tuyaux larges, des raffineries fumantes et d’énormes cuves de stockage de liquides*. Parti de Lorient le 28 décembre, il devrait y accoster le 14 janvier.  Que va-t-il y charger ? Mystère…

 

 

LA SAUTERNAIS est à l’ancre au large de SAFI (Sud du Maroc) après avoir fait escale à GIJON (Espagne) qu’il a quitté

le 30 décembre .

 

A Kergroise , le 31 décembre, on a vu arriver MG HAMMOND, 229 mètres, battant pavillon panaméen.

Réveillon à bord peut-être ?

MG HAMMOND à Kergroise (port de Lorient)

Il décharge actuellement 65 000 tonnes de soja brésilien, le record pour Lorient, dit-on ; du soja qui a été chargé à Paranagua d’où il est parti le 9 décembre. Son départ de Lorient était prévu le13 janvier*… Plus d'un mois pour une seule cargaison !

* Il n'a levé l'ancre que le 18 janvier à 22 h 22.

 

*https://www.la-croix.com/Economie/A-Corpus-Christi-Texas-robinet-petrole-americain-fait-peau-neuve-2019-03-24-1301010989

Publié dans vie locale

Partager cet article

Repost0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 > >>