Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Marylis Costevec

Il est loin le temps où les corsaires ramenaient leurs prises à Port-Louis et Lorient.

La présence de L'ETOILE DU ROY à Keroman (mars 2022) est l'occasion de rappeler cette période de notre histoire.

  L'ETOILE DU ROY 

Etoile du Roy est la réplique d’une frégate Corsaire britannique du XVIIIème siècle, le HMS BLANFORD, un trois-mâts carré de 46 mètres. Il était armé de 20 canons et accueillait 236 hommes d’équipage à son bord.
 
L'Etoile du Roy en escale technique à Lorient Keroman (17 mars 2022)

 

Construit en 1996 en Turquie pour les besoins du cinéma, l'ETOILE DU ROY fut alors baptisé GRAND TURK

Depuis 2010, il appartient à "ETOILE MARINE croisières" qui l'a rebaptisé. Des réceptions y sont organisées et le bateau sert aussi régulièrement de cadre pour le cinéma.

Le 7 mars 2022, il quitte Saint-Malo son port d'attache et s'arrête à Lorient pour une escale technique d'une semaine avant de rallier la Méditerranée pour le tournage d'un film.

A sec sur le chantier de Keroman le 17 mars 2022 (Photo D. SCHMITT)

Après une semaine passée sur le slipway de Kéroman, il a repris contact avec l'eau de mer le 18 mars et à quitté la rade le 19 mars au matin. Le 26 mars, il arrive à Cadix.

l'Etoile du Roy, navire corsaire, à Lorient-Kéroman le 9 mars 2022

 

Cette présence à Lorient de la réplique d'un corsaire britannique est pour nous l'occasion de rappeler le temps où l'Anglais était l'ennemi et où nos corsaires arrivaient en rade avec des bateaux marchands ou les frégates ennemies qu'ils avaient capturées.

 

LORIENT, port corsaire ? 

 
Un corsaire n'est pas un pirate !

Le pirate (ou le forban) est un hors-la-loi qui écume les mers, arraisonne des bateaux marchands (de préférence) et les pille pour son propre compte.

Le corsaire pratique la guerre de course pour le compte des gouvernements. Le but est d'affaiblir l'économie des pays ennemis en s'attaquant aux bateaux de commerce.  C'est une activité légale (nuance !).

 
 
Corsaires
en rade de Lorient ?

Si les armateurs port-louisiens ou lorientais n'ont pas beaucoup armé à la course, la rade a tout de même accueilli de nombreux vaisseaux corsaires qui venaient y ramener leurs prises pendant les guerres du XVIIIème siècle :

 

- guerre de succession d'Autriche (1744-1748)

Seize corsaires y ramenèrent leurs 25 prises. Ils étaient armés à Grandville, Saint Malo, Nantes mais aussi Bayonne, Bordeaux et Saint-Sébastien.

On y a vu aussi des vaisseaux du roi (11 frégates pour 16 prises).

- guerre de sept ans (1756-1763)

22 prises effectuées par 11 vaisseaux armés dans les ports extérieurs (Saint-Malo majoritairement mais aussi Brest, Nantes, La Rochelle, Bordeaux) ont été ramenées en rade.

Par ailleurs, 16 frégates du roi ont dirigé leurs prises sur Port-Louis.

- guerre d'indépendance américaine (1778-1783)

C'est la période où l'activité a été la plus intense.

Les corsaires locaux ont été plus nombreux et plus efficaces mais la plupart des prises y ont cependant  été amenées par des vaisseaux armés à Dunkerque, Granville, Le Havre, Saint Malo et Morlaix. On a aussi vu des bateaux armés à Boston, Philadelphie et Baltimore. Les frégates du roi et celles de l'armée américaine y ont aussi joué un grand rôle

Pendant ce confit, les vaisseaux français ont escorté 96 prises et les vaisseaux américains 26.

 

MERCi à l'ETOILE du ROY

de nous rappeler ces pages de notre histoire

L'Etoile du Roy à Kéroman le 9 mars 2022
L'Etoile du Roy sous voiles, le 30 mai 2019 à Baden (semaine du golfe)

 

Sources :

P. Thomas-Lacroix,

https://www.shabretagne.com/document/article/2563/La-guerre-de-course-dans-les-ports-des-amirautes-de-Vannes-et-de-Lorient-1744-1783

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article