Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Locmiquélic, une ville en fleurs - 2019

Publié le par Marylis Costevec

............

   Floraison hivernale  

.................................

  11 mars 2019 

On est encore en hiver

Hé oui ! encore 10 jours nous dit le calendrier. Et la météo nous le rappelle ! Après de belles journées printanières, il faut bien "capeler" entre les ondées pour résister au vent glacial et aux températures de saison !

Qu'à cela ne tienne ! L'épine noire a fleuri, plus ou moins selon l'exposition mais à Locmiquélic, c'est presque partout qu'on profite de ses haies blanches qui abritent oiseaux et insectes et nous promettent une belle récolte de guerines (prunelles) cet automne.

 

Locmiquélic, une ville en fleurs - 2019
Locmiquélic, une ville en fleurs - 2019
Locmiquélic, une ville en fleurs - 2019

OOOOOOOOOOOOO

 

 

25 février 2019 

 

 Les magnolias sont en fleurs 

 

3 jours de températures printanières suffisent pour que les fleurs de magnolias s'épanouissent et c'est parti pour 3 semaines de floraison....

Profitons-en !

 

Les cerisiers aussi

nous font profiter de leurs petites fleurs blanches :

 

 

Et les petites pâquerettes sont bien là !

Partout !

 

OOOOOOOOOOOOOO

 

 11 février 2019 

Nous sommes

au cœur de l'hiver.

 

cognassier du japon

cognassier du japon

Les gelées matinales nous le rappellent mais le printemps s'annonce : les narcisses et les jonquilles s'ouvrent dans les espaces publics et dans les jardins. Les fleurs roses du cognassier du Japon sont en avance et devraient nous réjouir jusqu'au mois d'avril.

Le mercure monte, monte en journée sous un soleil radieux ...

Les jardiniers de la ville nous offrent de vrais tableaux le long de la salle Artimon. Nous attendons impatiemment les nouveaux décors dans les autres conteneurs installés partout ...

 

Locmiquélic, une ville en fleurs - 2019
Locmiquélic, une ville en fleurs - 2019

  29 janvier 2019  

Les pâquerettes impatientes sont déjà là tandis que le jasmin d'hiver et le dimorphotéca rampant bravent le froid.

 

  Bravant le froid,

  les pâquerettes sont déjà là !

  ça sent le printemps !!!

 

 

   JASMIN d'HIVER  

 

Jardin Minahouet : Jasmin d'hiver.

Le jasmin d’hiver s’accommode de tous les sols et de toutes les expositions même s'il préfère une bonne terre et le soleil (pas trop vif quand même !). Il est très rustique et le froid ne lui fait pas peur. Il fleurit dès décembre ... Dommage qu'il ne soit pas parfumé comme le jasmin blanc !

 

  DIMORPHOTECA RAMPANT 

Comme beaucoup de méditerranéennes, cette marguerite du Cap se plaît bien à Locmiquélic.

Excellent couvre-sol, elle fleurit quasiment toute l'année dans notre ville. Il faut vraiment qu'il gèle fort pour qu'elle disparaisse momentanément pour repartir de plus belle au printemps où elle offre sa plus belle floraison...

8888888888888888888

................

    lundi 14 janvier 2019 .....  

___________

Mimosa et camélia

______________

Cela fleure bon dans Locmiquélic.

Le mimosa illumine le gris du ciel.

Dans les jardins, les camélias rouges ou roses ouvrent leurs premiers boutons alors que les blancs commencent déjà à rouiller ...

Locmiquélic, une ville en fleurs - 2019
Locmiquélic, une ville en fleurs - 2019
Locmiquélic, une ville en fleurs - 2019
Locmiquélic, une ville en fleurs - 2019
Locmiquélic, une ville en fleurs - 2019

En route pour la 1ère fleur ?

Après le quatrième pétale obtenu au concours des villes et villages fleuris, la ville de Locmiquélic espère obtenir cette année sa première fleur et nous savons que les jardiniers de la ville cogitent fort et imaginent les décors pour 2019. Ils se projettent dans le futur, selon leur expression !

Pour vous mettre dans l'ambiance revoyez les images de 2018 en cliquant sur le lien ci-dessous :

Partager cet article

Repost0

Une bien belle soirée en hommage à Philoména Georgeault-Jouan....

Publié le par Marylis Costevec

Quel plaisir d’entendre «  Les flâneuses » lire les poèmes de Philoména Georgeault-Jouan !

Philoména, une institutrice qui enseigna à Locmiquélic entre 1880 et 1919, une femme engagée qui nous offre un regard critique ou ému sur son époque : elle dépeint avec malice les commères et les «estivants » de Port-Louis,  fustige les injustices dont sont victimes les femmes, réfléchit au rôle d’une mère, engage les enfants à respecter la nature ou la parole donnée...

Une vraie découverte pour un public curieux et attentif qui a salué la « modernité » de son propos.

Des textes vivants que Patricia, Annick, Monique et Jeanine, accompagnées par Bohdan à la flûte et au uileann pipe, ont su mettre en valeur.

 

Nous les remercions …

Une bien belle soirée en hommage à Philoména Georgeault-Jouan....Une bien belle soirée en hommage à Philoména Georgeault-Jouan....
Une bien belle soirée en hommage à Philoména Georgeault-Jouan....Une bien belle soirée en hommage à Philoména Georgeault-Jouan....

Le comité d'Histoire de Locmiquélic a réédité un ouvrage de Philoméma Georgeault-Jouan :

Publié dans Personnages, femmes, poésie

Partager cet article

Repost0

Féministe, Philomène ?

Publié le par Marylis Costevec

 Philoména Georgeault-Jouan, une institutrice de Locmiquélic, lance en 1888 un véritable "coup de gueule". A la lecture du palmarès du concours de poésie auquel elle avait participé, elle semblait disposée à mener la Révolution contre les lois de son époque qui soumettaient les femmes au pouvoir des hommes.

Les sentiments qui l'agitaient cèdent peu à peu la place à une attitude beaucoup plus "réaliste", soufflée par la voix de la raison jusqu'à une conclusion pleine d'ironie !!!!

Le Code Civil en vigueur disait alors : "La femme doit obéissance à son mari" . Revendiquer une égalité dans la société semblait bien utopique.

Le texte nous permet de réfléchir au chemin parcouru depuis et aussi à celui qui reste à faire  ...

 

Voici maintenant le poème dans son intégralité :

Féministe, Philomène ?
Féministe, Philomène ?

A défaut de mener la bataille, elle signalait les inégalités dont elle se sentait victime.

Une prise de conscience non suivie d'effets ... Une analyse des "avantages" de la situation ...

Les raisins n'étaient pas mûrs ....

...............................................................

 

La femme doit obéissance à son mari. (Code civil illustré). Source gallica.BNF.fr

La femme doit obéissance à son mari. (Code civil illustré). Source gallica.BNF.fr

Pour avoir un aperçu de l'état d'esprit  de l'époque sur la question des droits des femmes, nous vous invitons à cliquer sur le lien suivant :

Publié dans Personnages, femmes, poésie

Partager cet article

Repost0

Harpe ancienne, accordéon diatonique et chant traditionnels

Publié le par Marylis Costevec

 Musique et chant traditionnels 

 

C'était le 3 mars 2019 ! Une de ces rencontres organisées par l'association VENT DU LARGE rue de Kerderff à Locmiquélic.

Joël et Marie avaient invité David (harpe ancienne), Yann Fanch et Iona (accordéon et chant traditionnels) pour le plaisir des spectateurs qui ont, comme chaque fois, été touchés par la prestation des artistes.

Harpe ancienne, accordéon diatonique et chant traditionnels
Harpe ancienne, accordéon diatonique et chant traditionnels
Harpe ancienne, accordéon diatonique et chant traditionnels
Harpe ancienne, accordéon diatonique et chant traditionnels
Harpe ancienne, accordéon diatonique et chant traditionnels
Harpe ancienne, accordéon diatonique et chant traditionnels

Prochaine veillée le 17 mars 2019

(réservations : 02 97 85 07 53)

 

Partager cet article

Repost0

Rêves, Sourires & Larmes par PH. Georgeault-Jouan

Publié le par Marylis Costevec

 Il est paru !

..........................

Il est tout chaud !

Le Comité d'Histoire a procédé à la réédition du premier recueil de poèmes de Mme Philoména Georgeault-Jouan (1861-1937).

Il a été proposé le 8 mars 2019 à la médiathèque de Locmiquélic à l'occasion de la soirée poétique proposée par

 

Les Flâneurs

Compagnons en poésie.

Annick, Jeanine, Monique et Patricia

accompagnées par Borhan à la flûte et au uilleann pipe

vous liront des textes choisis

parmi les 50 poèmes du recueil.

 

Une belle occasion de découvrir une personnalité qui a marqué plusieurs générations de Minahouettes.

Une femme de son temps qui se révèle aussi porteuse de valeurs qui sont toujours d'actualité (amour, écologie, féminisme)...

 

 

n'hésitez pas à en réserver un exemplaire

en cliquant sur le lien ci-dessous :

Partager cet article

Repost0

Des Minahouets venus d'ailleurs

Publié le par Marylis Costevec

Minahouette

d'adoption

Locmiquélic, comme chacun sait, est le pays des Minahouets, des « vrais », des « purs », des plus que vrais, des presque vrais, des vrais de vrais … mais il n’y a pas besoin de remonter bien loin dans la généalogie de chacun pour trouver un « étranger » ou une « étrangère » que je qualifierai de « Minahouet(te) par alliance ».

Ma grand-mère, Henriette, en était une pour avoir épousé en 1919 un pêcheur dont la famille était implantée à Nézenel depuis le XVIIème siècle au moins. Originaire du pays d’Auray, cette « immigrée » en porta fièrement la coiffe jusqu’à son décès en 1971. Pour les grandes occasions, comme le mariage de ses petites-filles, elle arborait le costume complet.

Si certains habitants venaient de plus loin encore, ils étaient nombreux à être nés dans les communes voisines, Riantec, bien sûr mais aussi Groix, Kervignac, Plouhinec, Gâvres, Languidic ou Merlevenez ... Les femmes portaient alors le costume de Lorient. Seul un œil averti pouvait savoir d’où elles étaient à la façon dont elles arrangeaient leur coiffe. Si les femmes du cru étaient connues sous leur nom de jeune fille, celles qui l’étaient devenues en épousant un Minahouet étaient appelées « la femme Untel » …

NB : le terme « étranger » est employé sur les listes de recensement de la fin du XIXème siècle et du début du XXème siècle à propos de ceux qui ne sont pas originaires de la commune même s’ils sont très proches voisins.

Partager cet article

Repost0

Un pétrolier entre en rade de Lorient ...

Publié le par Marylis Costevec

15 février2019

 

 L'arrivée du pétrolier 

 

Le spectacle est familier, les pétroliers accostent régulièrement à Kergroise pour livrer les carburants dont nous avons besoin.

Ce vendredi 15 février, vers 13 heures, c'est HAFNIA SUNDA, tanker de 184 mètres sur 28 de maître-bau, battant pavillon de Singapour que nous avons vu disparaître derrière l'île Saint-Michel ! Quelques instants plus tard, sa proue apparaissait devant Keroman.

 

Il était assisté des deux remorqueurs du port, le pilote-lamaneur était certainement à la barre :

 

Il s'est rangé très lentement le long du quai :

 

Bientôt, le sablier ANDRE L.,  bien connu dans la rade est passé devant HAFNIA SANDA, après avoir déchargé sa cargaison de granulats marins au Rohu :

 

Et puis,  le courrier de Groix, BREIZH NEVEZ, revenant de Lorient à longé le pétrolier :

 

De Normandèze, on peut mieux apprécier la longueur de la "bête" :

HAFNIA SUNDA arrivait de Vysotsk (Russie)qu'il avait quitté le 8 février avec près de 33000 tonnes d'hydrocarbures.

Partager cet article

Repost0

Une gourmandise d’hier à redécouvrir : le lampion …

Publié le par Marylis Costevec

Connaissez-vous  le lampion ?

Une gourmandise d’hier à redécouvrir …

 

S’il ressemble au  pastéis de nata, ce petit gâteau portugais qui  est aujourd’hui à la mode, le lampion est plus généreux et sa garniture est quelque peu différente.

Vous pouvez trouver encore assez facilement chez les boulangers du coin, cette gourmandise qu’on mange chez nous au moins depuis le début du XXème siècle. Le lampion figure, en effet, avec le pommé et le far, dans la liste des pâtisseries que Henri-François Buffet (1907-1973) dégustait dans son enfance*.  Dans les années 50, on pouvait s’en procurer dans les boulangeries de la Grande Rue à Locmiquélic.

Depuis quelques temps, nous en recherchions vainement  la recette … Alors quand

le service du patrimoine de Lorient a proposé une animation sur ce gâteau dans le cadre des deiziou , nous n’avons pas hésité !

Bien sûr, nous partageons avec vous les informations que les animateurs nous ont apportées.

 

L’origine du lampion

Son origine reste assez mystérieuse. Sa présence est attestée tout autour de Lorient mais aussi à Pluvigner, Vannes et Pontivy. Il semblerait qu’un de ses cousins aurait été dégusté dans la région de Douarnenez sous l’appellation de polig amann (petit Pol de beurre), ce qui le relierait à la tradition des mardis-gras ( Polig est  le surnom qu’on donne là-bas au diable et ce jour-là, on  y enterre son effigie) …

Son appellation pourrait être rattachée à une tradition festive : sa forme rappelle celle d’un demi-lampion, ces lanternes qui éclairaient les retraites aux flambeaux lors des fêtes d’autrefois.

 

Les lampions de Lorient

Le boulanger de la rue de Merville appelle lampions des petits fars aux raisins secs qu’il fait cuire dans des moules à brioche. Pas de secret, ça, on sait le faire !

Mais s’il simplifie au maximum, ce boulanger est peut-être celui qui est le plus près du lampion de notre enfance ! Une amie interrogée s’était exclamée : « Ma mère en rapportait toujours quand elle allait à Lorient : c’est du far qu’il y avait dedans ! »

 

La dégustation

Ce dimanche, nous avons eu le plaisir de déguster les productions de deux autres boulangers lorientais, qui ressemblaient bien à ceux que l’on connaît de ce côté de la rade, deux gâteaux assez proches mais pas identiques. Les uns étaient cuits dans des moules à muffins et s’éloignaient donc un peu de la tradition locale.  Les autres étaient bien cuits dans des moules à brioche et la pâte feuilletée était garnie d’une crème qui s’apparentait au flan pâtissier.

On a pu juger de l’équilibre entre le croustillant du feuilletage et le moelleux de la garniture :

les avis des testeurs étaient partagés, bien entendu !  A chacun sa recette et à chacun ses goûts !

 

La recette ! La recette ! La recette !

Tout de même, nous attendions cela ! La voilà (enfin voilà une recette) !

Il ne reste plus qu’à s’y mettre :

Les ingrédients  pour 6 lampions :

- Pâte à brick ( euh ? nos ancêtres connaissaient ?) ou pâte feuilletée (là, OK !)

- 50 grammes de beurre

- 50 grammes de sucre

- 2 g de sel (ou alors du beurre salé ?)

- 125 grammes d’œufs entiers (2 ou 3 selon la taille)

- 50 grammes de farine

- 10 grammes de cardamone

- 4 centilitres de rhum brun

- 10 centilitres de crème fleurette

- 25 cl de lait entier

Préchauffer le four à 165°

Beurrer les moules, étaler la pâte feuilletée très finement ( 2 à 4 mm d’épaisseur), la découper et la disposer dedans.

Mélanger le sucre, le sel et les œufs, ajouter la farine, la cardamone, le rhum et fouetter jusqu’à ce que la pâte soit lisse. Délayer avec la crème puis le lait.

Verser le mélange sur la pâte feuilletée jusqu’à 1 cm du bord. Faire cuire 30 minutes.

Saupoudrer de sucre glace ou bien garnir de citrons confits. Il a aussi été suggéré d'ajouter des raisins secs : dans la pâte alors ?

Même si nous ne procédons pas ainsi pour faire le far, cela paraît effectivement assez proche, avec beaucoup d'oeufs quand même.  Et de nos jours, on met souvent moins de sucre ...

 

 

Allez, au travail, régalez famille et amis et donnez-nous des nouvelles.

Bon appétit …

 

* Buffet Henri-François Buffet ,  En relisant leurs lettres , éditions Bahon- Rault , Rennes, p.147.

 

Une autre recette ....

pour un lampion géant à partager

Cliquez sur le lien :

Partager cet article

Repost0

L'accueil des poilus en gare de Lorient ...

Publié le par Marylis Costevec

  Le retour des poilus 

 

 

C’est à la fin du mois de janvier 1919 qu’arrivent en gare de Lorient de gros contingents de soldats démobilisés. L’accueil se fait de plus en plus chaleureux au fil de jours :

Voilà plus d’une semaine qu’il ne se passe pas de jour qu’il ne nous arrive en gare des détachements de soldats du front (…) ramenés à leurs dépôts lorientais pour y être déshabillés et démobilisés.

À chaque fois, notre excellente musique du 62ème sous la direction de son dévoué chef, M. le tambour-major Jollois, s’en va les prendre à la gare, d’où ils sont dirigés en général sur la caserne Bisson.

Les sympathies se manifestent à chaque fois plus chaleureuses à chacune de ces arrivées, et les ovations que recueillent nos poilus de la Grande Guerre enfin rendus à leur foyer vont toujours crescendo… et à très juste titre.

Aujourd’hui, nous est arrivé un nouveau détachement du 88ème territorial. Il a été reçu avec le même cérémonial. Mais il a semblé à beaucoup de bons esprits, inspirés du plus pur sentiment patriotique, que ce n’est pas encore de cette façon, vraiment trop discrète et effacée, que l’on devrait recevoir nos vainqueurs.

À la vérité, l’on commence à dresser sur le parcours de nos « victorieux » des mâts de fête auxquels sont hérissés des drapeaux et des oriflammes tricolores.

Mais ce ne sont là que des témoignages muets, abstraits. Ne pourrait-on les rendre plus concrets, plus « saute aux yeux » en convoquant (…) nos sociétés de tir, notre jeunesse des écoles (…) qui, jointes à des piquets de troupes en armes rendraient les honneurs à tous ces braves gens qui (…) s’en retournent à la vie civile dans laquelle au moins momentanément, beaucoup appréhendent de ne plus retrouver la situation qu’ils occupaient au moment où la mobilisation les a appelés aux frontières.

Le nouvelliste du Morbihan, 1er février 1919

L'accueil des poilus en gare de Lorient ...

Publié dans La Grande guerre

Partager cet article

Repost0

En hiver au marais de Pen Mané.

Publié le par Marylis Costevec

De passage ou comme toujours :

vanneaux huppés, cygnes, foulques macroules, spatules blanches, bernaches ...

---------------------

21 janvier 2019

  Les vanneaux huppés

sont là ! 

beaucoup plus nombreux qu'en début de mois.

Signe de froid ! Ils arrivent de l'est de l'Europe pour hiverner chez nous !

Vanneaux huppés au marais de Pen Mané (Locmiquélic) 21 janvier 2019
vanneaux huppés

 

 les foulques macroules ! 

 

 

Fidèles au poste,

en groupe serrés,

 

Des spatules blanches

dans l'or du soleil couchant :

En hiver au marais de Pen Mané.
En hiver au marais de Pen Mané.
En hiver au marais de Pen Mané.
En hiver au marais de Pen Mané.

Un couple de cygnes :

En hiver au marais de Pen Mané.
En hiver au marais de Pen Mané.

 

Bruyantes,

les bernaches ...

ça cacarde et ça criaille au marais de Pen Mané mais aussi dans l'anse de Normandèze. Les bernaches pâturent.

On les voit depuis le mois de novembre.

une troupe de bernaches au marais de Pen Mané.

 

Pour en savoir plus sur ces différents oiseaux, cliquez sur le lien ci-dessous :

Partager cet article

Repost0

<< < 10 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 > >>