Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Locmiquélic écologique.

Publié le par Marylis Costevec

Partager cet article

Repost 0

Histoire d'amour en temps de guerre

Publié le par Marylis Costevec

Le 8 septembre 1917, une belle déclaration d'amour en réponse à une lettre de sa femme que l'on devine tout aussi chaleureuse.

Les lettres des époux deviennent de plus en plus explicites et intimes.  Avec cette guerre qui n'en finit pas et le danger qui s'est rapproché, on sent le besoin d'exprimer des sentiments profonds.

888888888888888

Nous suivons régulièrement la correspondance de Louis LAHOREAU, artilleur au 3è Rég. d'Art. à Pied puis au 7è RAP. Il est originaire de Poncé sur le Loir dans le département de la Sarthe. Ses courriers offrent une information sur la vie pendant la Grande Guerre d'un soldat qui après avoir longtemps servi loin des lignes ennemies s'en rapproche vers le milieu de 1917.

Il vous offre aussi des informations sur la vie dans un village sarthois de l'époque.

Nous vous proposerons parfois le lien vers une lettre où il exprime des sentiments d'une manière particulière.

Le 8 septembre 1917, une belle déclaration d'amour en réponse à une lettre de sa femme que l'on devine tout aussi chaleureuse.

Les lettres des époux deviennent de plus en plus explicites et intimes.  Avec cette guerre qui n'en finit pas et le danger qui s'est rapproché, on sent le besoin d'exprimer des sentiments profonds.

Nous remercions chaleureusement ses descendants qui ont conservé ces lettres et qui nous les mettent à disposition.

IIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII

IIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII

Partager cet article

Repost 0

Pour une vaisselle nickel : "Tawashi" ou "bouchon schwelleuw" ?

Publié le par Marylis Costevec

tawashi

Tawashi ou « bouchon schwelleuw » ?

 

Vous avez certainement remarqué que, développement durable oblige, on redécouvre aujourd’hui, les objets dont se servaient habituellement nos grands-mères ou arrière-grands-mères.

Une revue vendue en kiosque en ce mois de septembre 2017*, vous propose, dans un article intitulé « Ma maison au naturel », un « tuto » pour fabriquer des tawashi  .

Comme vous ne le saviez sans doute pas, il s’agit d’éponges que les japonaises (et les japonais ?) fabriquent à partir de vêtements usagés. Elles découpent les vieilles chaussettes ou les vieux tee-shirts en lanières et les tissent . C’est joli et cela permet de remplacer de manière économique et écologique les 9 éponges synthétiques que, paraît-il, nous utilisons annuellement.

Autrefois, en Terre Sainte* et bien au-delà, on appelait cela un « bouchon schwelleuw » (orthographe correcte : skudellou !), qu'on peut traduire par "chiffon à écuelles". On ne s’embarrassait pas à les tisser soigneusement et à assortir les couleurs ! On déchirait un morceau dans une vieille chemise ou dans le tricot molletonné du grand-père et on s’en servait pour faire la vaisselle ou essuyer la table.

Tous les vieux chiffons avaient une utilité et, finalement, il n'en restait pas beaucoup pour le pilhotour*.

Vous nous direz peut-être que le tawashi n’est pas très pratique pour les plats qui ont « attaché ». Bien entendu, l’auteure du tutoriel a une solution : elle préconise l’utilisation de coquilles d’œufs pilés que vous saupoudrez sur votre éponge-maison.

Pour cela aussi, nos aïeules avaient une technique éprouvée : avec un peu de sable ou un peu de boue elles astiquaient efficacement le fond des marmites ou le cul des casseroles noircies par les flammes de la cheminée ou du fourneau. Il suffisait de se mettre devant la porte et de frotter avec le « bouchon schwelleuw ». A l’époque, pas de bitume ! La matière première était à portée de main !

Vous vous souvenez peut-être aussi de les avoir vues frotter les casseroles noircies au gaz avec de la cendre ... C'était très efficace.

Si l’envie vous prend de revenir à des techniques écologiques vous pouvez acquérir le livre de Marie-France Ferré : « Labo zéro conso » ou vous connecter à son blog : www.savethegreen.fr.

Une autre adresse ?

https://terre-agir.com/

*Esprit d'ici, N° 34


*Terre Sainte : Rive gauche de la rade de Lorient : Locmiquélic, Port-Louis, Riantec ...

*pilhotour :  voir l'article en cliquant sur le lien :

 

Partager cet article

Repost 0

Le grand ouragan de 1780

Publié le par Marylis Costevec

 

C'était pendant la guerre d'Indépendance américaine :

40 ( 50 ?) bateaux français chavirent aux abords de la Martinique. 4000 (5000 ?) soldats périrent. 9 000 personnes sont tuées sur l'île ...

"1780, le Grand Ouragan
Le 11 octobre, après avoir dévasté  la Barbade, et causé plus de 6000 morts à Sainte-Lucie, le plus ravageur des cyclones ayant jamais touché la Martinique dévaste l'île laissant derrière lui près de 9000 victimes. La cathédrale de Fort de France est renversée ainsi que l'hôpital (500 malades sont ensevelis), 7 églises et 1400 maisons, mais c'est la ville de Saint-Pierre qui est touchée de plein fouet. On y dénombrera plus de 1000 morts et la destruction de près de 150 habitations rayées de la carte par un puissant raz de marée dont la hauteur fut estimée à 8 mètres. Le fort s'effondre également sous l'impact de la vague, tandis que dans la rade c'est la débâcle.  Des dizaines de bateaux de toutes tailles coulent avec leurs équipages. Dans les environs, les bourgs du Prêcheur et du Carbet sont également dévastés par le raz de marée. En mer un convoi d'une cinquantaine de navires de guerre français disparaît avec 5000 hommes de troupe. Quittant la Martinique le cyclone poursuit sa route meurtrière vers le nord des Caraïbes et dévaste la Dominique, Saint-Eustache et Puerto-Rico..."

(source : http://www.zananas-martinique.com/meteo/1-histoire-cyclones-martinique.html)

 

Voir plus :

 

"Si l'ouragan d'octobre 1780 ne fait pas les Unes de la presse française malgré son extraordinaire violence (22 000 morts déclarés, des vents jusqu'à 320 km/h), c'est qu'il s'inscrit à l'époque dans le récit presque quotidien des catastrophes et autres tempêtes qui perturbent régulièrement les opérations militaires et commerciales outre-Atlantique. "

d'après Julie Duruflé 

voir l'article entier ci-dessous :

Partager cet article

Repost 0

Locmiquélic - fête des langoustines 2017 - le défilé

Publié le par Marylis Costevec

Un défilé haut en couleurs

à la fête des Langoustines 2017

à Locmiquélic.

 

Nous vous proposerons le reportage du défilé en plusieurs épisodes en commençant par la fanfare des Guelloh-Guel suivie du char des Majestés, reines d'une belle édition de la fête ...

 

LANGOUSTINES2017LANGOUSTINES

La fanfare des Guelloh Guel.

Les Guelloh-guel, les habitués de la fête des Langoustines.

Nos voisins de Riantec sont les grands habitués de la Fête des Langoustines. Pas besoin de drapeau ! Ici, tout le monde connaît leur tee-shirt vert !

La fanfare des Guelloh-Guel précède le char des Majestés.
La fanfare des Guelloh-Guel précède le char des Majestés.
La fanfare des Guelloh-Guel précède le char des Majestés.
La fanfare des Guelloh-Guel précède le char des Majestés.
La fanfare des Guelloh-Guel précède le char des Majestés.

La fanfare des Guelloh-Guel précède le char des Majestés.

Cette année, c'est à Venise que les Majestés ont choisi de nous emmener :

Ambiance carnaval, masques, gondoles et gondoliers ...

et le sourire de Coline, Ilona et Inès pour clore le défilé en beauté !

 Carnaval et gondoliers ... décor vénitien pour les Majestés  !
 Carnaval et gondoliers ... décor vénitien pour les Majestés  !
 Carnaval et gondoliers ... décor vénitien pour les Majestés  !
 Carnaval et gondoliers ... décor vénitien pour les Majestés  !
 Carnaval et gondoliers ... décor vénitien pour les Majestés  !
 Carnaval et gondoliers ... décor vénitien pour les Majestés  !
 Carnaval et gondoliers ... décor vénitien pour les Majestés  !
 Carnaval et gondoliers ... décor vénitien pour les Majestés  !
 Carnaval et gondoliers ... décor vénitien pour les Majestés  !
 Carnaval et gondoliers ... décor vénitien pour les Majestés  !

Carnaval et gondoliers ... décor vénitien pour les Majestés !

LANGOUSTINES2017LANGOUSTINES

 

Les services techniques ferment la marche !

Applaudissez, s'il vous plaît : ils ont bien travaillé !

 

Les servises techniques ferment la marche (fête des Langoustines 2017 à Locmiquélic).

 

Partager cet article

Repost 0

Philomène, les touristes et les ragots ...

Publié le par Marylis Costevec

 

dessin de Benjamin Rabier - source BNF- Gallica

A l'heure où les touristes désertent Port-Louis, nous vous proposons de découvrir la vie port-louisienne en été avant 1890 sous un angle original grâce aux vers publiés par Philoména Georgeault-Jouan.

Elle vous rapporte les propos des gens du peuple sur  les touristes de la haute société en vous menant dans l'atelier du peintre ou au lavoir.

Elle vous présente le cuisinier du marquis qui ne saurait fréquenter le casino pour ne pas "se réunir aux gens de rien" !

Une galerie de portraits et un  florilège de médisances qui vous amuseront comme ils amusèrent la très sérieuse et  romantique jeune femme qui se laisse aller ici à une fantaisie un peu inhabituelle !

*Philomène était institutrice et poète ... Elle enseignait à Locmiquélic à la fin du XIXème siècle. Sa mère et son frère habitaient Port-Louis. 

           Aux Baigneurs de Port-Louis

 

Notre charmant pays se remplit chaque été

De mille visiteurs, amis de leur santé.

 

Et nos désertes rues, grâce à leur air salin,

Voient fouler leurs pavés par plus d’un citadin.

 

Normands, Méridionaux, Anglais et Parisiens

Arrivent à l’envi chez ces bons Port-Louisiens.

 

Ceux-ci, rusés Bretons, tout en gobant leurs sous,

Se réservent le droit de juger en-dessous.

 

Monsieur Un Tel est fier, Madame X… est coquette ;

Quant au comte Machin, mon Dieu, qu’il a l’air bête !

 

Vous connaissez aussi Mademoiselle Chose ;

Elle doit se farder pour avoir ce teint rose.

 

Jeanne a juré hier soir et en plein atelier

Que cette grande Anglaise a tout un râtelier.

 

Je m’explique à présent ce qui la rend mordante.

Après cela poser encor pour l’élégante.

 

Et ce beau précepteur (ce n’est plus un mystère,

On en parle au lavoir) a les deux yeux en verre.

 

Même on a prétendu qu’il boiterait bien fort

Si son bottier n’était un homme si retors.

 

D’autres disent tout bas – mais j’ai peine à les croire –

Qu’il serait affligé d’un palais en ivoire.

 

Ces pauvres instructeurs : il leur faut tant causer,

Je comprends qu’à la fin la bouche peut s’user.

 

Mais quand on est cossu l’on ne s’en soucie guère.

Pour rebâtir quelqu’un, l’on sait mainte manière.

 

Ainsi la marquise L… - Oh ! C’est trop fort du coup –

Figurez-vous un peu qu’elle est en caoutchouc !

 

Pas toute … mais au moins un bras et une jambe.

Qui s’en serait douté ? C’est qu’elle a l’air ingambe.

 

Eh bien ! son mari donc : s’il ne portait perruque

Serait comme un genou très poli de la nuque.

 

On ne l’aurait point su, ces gens sont si discrets.

C’est de leur cuisinier que je tiens ces secrets.

 

Il est bien ce garçon ; faut voir comme il babille.

Je crois – n’en soufflez mot – qu’il fait l’œil à ma fille.

 

Il vaut mieux que son maître et a le cœur plus tendre.

Mon homme est très flatté d’y entrevoir un gendre.

 

Il n’est point de ces fats qui ne sortent qu’en gants

Pourtant il est instruit s’il croit aux korigants.

 

C’est qu’il a ses raisons : un soir, l’année dernière,

N’en a –t-il pas vu cinq gémir sur une bière.

 

Vous pensez que cela dut lui faire un effet.

Ses cheveux ont blanchi pour attester le fait.

 

Quel luron ! S’il allait danser au casino,

Ah ! je crois qu’il faudrait de bons doigts au piano.

 

Mais il ne voudrait pas comme il le dit si bien,

Aller se réunir à tous ces gens de rien.

 

Si vous voulez le voir ne le cherchez pas là.

Baptiste (c’est son nom) est trop fin pour cela.

 

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

 

Les cancans vont leur train en grossissant toujours,

Et nos baigneurs ravis quittent aux mauvais jours.

 

L’été prochain ils reviendront, s’il plaît au ciel,

Et nous leur referons un corps artificiel.

                       ---------------------------

 

Allez  ! Port-Louis a bien changé ! Les touristes aussi !

Que diraient aujourd'hui les commères ?

 

 

Partager cet article

Repost 0

Les 13èmes foulées des Langoustines ... et avant !!!

Publié le par Marylis Costevec

Les 13èmes foulées des Langoustines se sont déroulées dimanche 13 août 2017. Nous vous proposons un compte rendu (parcours, engagés, arrivée ...)

Ces foulées sont un moment fort d'une fête qui, dès l'origine, a proposé des animations sportives : retour sur la première fête ...

Un peu d'histoire :

 

Vous le savez sans doute, la première fête des Langoustines fut créée en 1934 à Locmiquélic. Elle se déroulait déjà sur trois jours avec de nombreuses animations et un défilé de chars.

Cette année-là, plusieurs épreuves sportives étaient au programme: un concours de boules, des courses de bicyclette, de la natation, des régates et des épreuves pédestres.

Une épreuve de marche cantonale sur une distance de 12 km a eu lieu le dimanche matin (départ : 7 heures !). Comme on était très chauvin, on avait prévu des prix spéciaux pour les jeunes participants de la commune et, pour animer la course, des primes étaient offertes.

Il y eut aussi une course à pied  ... communale avec deux épreuves :

- 400 mètres pour les moins de 16 ans

- 1000 mètres pour les plus de 16 ans.

source : Le Nouvelliste du Morbihan (23 août 1934)

 

Et en 2017 ?

Il faut bien le dire : le sport est bien moins présent qu'autrefois. Il reste la pétanque et ...  la course à pied !

"Les Foulées des Langoustines", une épreuve de running inscrite au calendrier de Bretagne se déroule sur un circuit de 14,208 km

Le départ des foulées était prévu à 9 heures 30 mais la remise des dossards, les dernières inscriptions et les échauffements ont commencé bien avant .

Près de 350 engagés, licenciés ou non, se sont élancés sur le parcours, des athlètes venus de toute la Bretagne et d'ailleurs, quelques Minahouets aussi. La course s'est fait un nom dans le milieu de l'athlétisme.

Le circuit des foulées des Langoustines 2017 à Locmiquélic.

Des hommes, des femmes (64 à l'arrivée soit 20%), des jeunes et des vétérans ont couru sur les chemins (30%) et les routes (70%) de la commune. Le premier a bouclé le circuit en 50 mn 36 s tandis qu'il a fallu 1 h 43 mn 26 s au 327ème et dernier à franchir la ligne d'arrivée, sous les applaudissements.

Les foulées des Langoustines 2017
Les foulées des Langoustines 2017Les foulées des Langoustines 2017

Les foulées des Langoustines 2017

Chacun a eu le temps de se restaurer (eau, sucre, raisins secs et quartiers d'orange) et de se reposer en profitant de la marée haute avant la remise des prix.

Ravitaillement et repos après l'arrivée des Foulées des Langoustines 2017 à Locmiquélic).Ravitaillement et repos après l'arrivée des Foulées des Langoustines 2017 à Locmiquélic).
Ravitaillement et repos après l'arrivée des Foulées des Langoustines 2017 à Locmiquélic).Ravitaillement et repos après l'arrivée des Foulées des Langoustines 2017 à Locmiquélic).

Ravitaillement et repos après l'arrivée des Foulées des Langoustines 2017 à Locmiquélic).

La présidente du comité des fêtes, la maire et l'adjointe aux sports ont remis les prix aux vainqueurs. La fanfare des Bourguignons de Palinges, très présents tout au long de la fête (on en a même vu certains courir !) ont animé la cérémonie protocolaire.

Le podium des filles : Perrine ROSALA- HUMEAU (54 mn 47s), Mylène BACON (54 mn 38 s), Patricia COHONER (1 h 1 mn 49 s)
Le podium des garçons : Gaëtan Le NEZET (51mn 02 s), Christophe LE LUHERNE (50 mn 36 s), Romain LE BOURDIEC (51 mn 43 s)

 

 

La fanfare de Palinges à Locmiquélic (foulées des Langoustines 2017)

 

Un belle épreuve sportive qui contribue à la renommée de la commune !

 

La fête des Langoustines à Locmiquélic, c'est aussi des soirées festives, une fête foraine, un troc et puces, de la pétanque ...

et ...  un défilé de chars fleuris.

Pour voir les images, cliquez sur le lien :

Partager cet article

Repost 0

La fête des Langoustines en 2017

Publié le par Marylis Costevec

Aujourd'hui,

C'est fini ! Images du défilé

-----------------------------------------------------

 Le temps fort de la fête est un corso fleuri ! Une animation très en vogue en Bretagne et ailleurs au XXème siècle et qui a peu à peu cédé la place à divers festivals.

A Locmiquélic, après un fléchissement, on trouve encore des groupes de bénévoles qui s'investissent dans la conception et la réalisation de chars fleuris qui défilent le dimanche après-midi.  Des jeunes  reprennent le flambeau avec une belle énergie !

Depuis 1934, la fête dure 3 jours en août. En 2017,  troc et puces, concours de pétanque, course pédestre, repas conviviaux et soirées dansantes ont été au menu ainsi qu'un grand feu d'artifice ... et une fête foraine bien sûr !

Aujourd'hui,

images du défilé

et toujours

Zoom sur les cuivres palingeois

des images de la soirée du samedi

Le tournoi de pétanque

et le troc et puces

 

 

UN DEFILE ANIME :

 

Chaque char est accompagné  d'un groupe qui le complète.

Avec les fanfares et les cercles celtiques,

ils assurent un vrai spectacle tout au long du trajet.

-----------

Aujourd'hui, nous proposons une sélection d'images

qui rendent compte de l'ambiance.

(NB : Nous publierons par ailleurs un article spécial défilé

avec un maximum de photos)

 La fête des Langoustines en 2017
 La fête des Langoustines en 2017
 La fête des Langoustines en 2017
 La fête des Langoustines en 2017
 La fête des Langoustines en 2017
 La fête des Langoustines en 2017
 La fête des Langoustines en 2017
 La fête des Langoustines en 2017
 La fête des Langoustines en 2017
 La fête des Langoustines en 2017
 La fête des Langoustines en 2017
 La fête des Langoustines en 2017
 La fête des Langoustines en 2017
 La fête des Langoustines en 2017
 La fête des Langoustines en 2017
 La fête des Langoustines en 2017
 La fête des Langoustines en 2017
La fanfare de Palinges à Locmiquélic

 

DES CUIVRES RUTILANTS

Bien présente tout au long de la fête, la fanfare de Palinges, invitée d'honneur de la fête des Langoustines de Locmiquélic, a animé avec brio les temps forts de la manifestation.

"Faut qu'ça brille" est sûrement le mot d'ordre de la formation. Ils ne lésinent pas sur l'huile de coude et les trompettes, saxos, cors et autre cuivres sont de vrais miroirs que nous avons eu plaisir à photographier ...

 

 La fête des Langoustines en 2017
 La fête des Langoustines en 2017
 La fête des Langoustines en 2017
 La fête des Langoustines en 2017
 La fête des Langoustines en 2017
 La fête des Langoustines en 2017
 La fête des Langoustines en 2017
 La fête des Langoustines en 2017
 La fête des Langoustines en 2017
 La fête des Langoustines en 2017

La fièvre du samedi soir ...

avec rechutes dimanche et lundi

 

On a mangé des langoustines, des moules, des frites ou de l'andouille.

La cotriade, c'était lundi

On a dansé l'an dro, le kas abarh, le paso doble, le madison et la macarena.

On est parti "à l'heure" avec la chenille ...

Beaucoup d'ambiance !

 La fête des Langoustines en 2017
 La fête des Langoustines en 2017
 La fête des Langoustines en 2017
 La fête des Langoustines en 2017
 La fête des Langoustines en 2017

 

Une IRRUPTION sous le chapiteau :

le défilé humoristique des fanfares 

des Guelloh Guel et de Palinges !

 

 La fête des Langoustines en 2017
 La fête des Langoustines en 2017
 La fête des Langoustines en 2017
 La fête des Langoustines en 2017
 La fête des Langoustines en 2017

Un petit tour de manège ! Quelques frissons avant de se trouver une place de choix pour admirer le feu d'artifice ...

 La fête des Langoustines en 2017
 La fête des Langoustines en 2017
 La fête des Langoustines en 2017
 La fête des Langoustines en 2017
 La fête des Langoustines en 2017

Le feu d'artifice fait la joie des petits et des grands

petit diaporama :

devenez artificier en cliquant sur une image  :

 La fête des Langoustines en 2017
 La fête des Langoustines en 2017
 La fête des Langoustines en 2017
 La fête des Langoustines en 2017
 La fête des Langoustines en 2017
 La fête des Langoustines en 2017
 La fête des Langoustines en 2017
 La fête des Langoustines en 2017
 La fête des Langoustines en 2017
 La fête des Langoustines en 2017
 La fête des Langoustines en 2017

Un grand tournoi de pétanque ...

On a tiré, pointé, trinqué à Locmiquélic, ce samedi 12 août 2017.

Les triplettes (équipes de 3 joueurs disposant de deux boules chacun) se sont affrontées avec sérieux et bonne humeur sur le terrain de Normandèze.

Nous avons bien aperçu quelques femmes mais, il faut bien le dire, la pétanque, c'est une affaire d'hommes !

Mais comment tiennent-ils les boules ?

Petit diaporama :

Petit diaporama à visionner à votre rythme en cliquant sur une image pour commencer.

 

Ah ! les boules !!! On les tient bien !
Ah ! les boules !!! On les tient bien !
Ah ! les boules !!! On les tient bien !
Ah ! les boules !!! On les tient bien !
Ah ! les boules !!! On les tient bien !
Ah ! les boules !!! On les tient bien !
Ah ! les boules !!! On les tient bien !
Ah ! les boules !!! On les tient bien !
Ah ! les boules !!! On les tient bien !
Ah ! les boules !!! On les tient bien !
Ah ! les boules !!! On les tient bien !
Ah ! les boules !!! On les tient bien !
Ah ! les boules !!! On les tient bien !
Ah ! les boules !!! On les tient bien !
Ah ! les boules !!! On les tient bien !
Ah ! les boules !!! On les tient bien !
Ah ! les boules !!! On les tient bien !
Ah ! les boules !!! On les tient bien !
Ah ! les boules !!! On les tient bien !
Ah ! les boules !!! On les tient bien !

Ah ! les boules !!! On les tient bien !

Images d'un Troc et Puces où le soleil fut en retard ...

Un bien joli crachin ce samedi matin qui incitait à rester sous la couette.! Ce n 'est que vers 10 heures qu'on s'est risqué à déballer les merveilles sorties des placards, des caves et des greniers.

Bonne idée ! Le soleil a fini par chasser les nuages et les chineurs les plus aventureux ont pu s'adonner à leur marotte.

Chacun a pu dénicher l'objet qu'il ne cherchait pas à défaut de trouver ce qu'il cherchait.

Nous avons fait une petite moisson d'images entre deux conversations avec les amateurs d'histoire locale !

Petit diaporama à visionner à votre rythme en cliquant sur une image pour commencer.

Images du Troc et Puces des Langoustines à Locmiquélic (12 août 2017)
Images du Troc et Puces des Langoustines à Locmiquélic (12 août 2017)
Images du Troc et Puces des Langoustines à Locmiquélic (12 août 2017)
Images du Troc et Puces des Langoustines à Locmiquélic (12 août 2017)
Images du Troc et Puces des Langoustines à Locmiquélic (12 août 2017)
Images du Troc et Puces des Langoustines à Locmiquélic (12 août 2017)
Images du Troc et Puces des Langoustines à Locmiquélic (12 août 2017)
Images du Troc et Puces des Langoustines à Locmiquélic (12 août 2017)
Images du Troc et Puces des Langoustines à Locmiquélic (12 août 2017)
Images du Troc et Puces des Langoustines à Locmiquélic (12 août 2017)

Images du Troc et Puces des Langoustines à Locmiquélic (12 août 2017)

Images de la course pédestre :

Cliquez sur le lien

Partager cet article

Repost 0

Demandez cacahuètes ! ...

Publié le par Marylis Costevec

Quelles images, quels sons vous viennent à l'esprit quand vous entendez ou lisez "fête des Langoustines" ?

Une multitude sans doute, du sourire des reines aux sifflement de la chenille en passant par les cris d'encouragement aux coureurs cyclistes  : "Vas-y Bobet ! "

Vous vous souvenez peut-être encore des marchands de cacahuètes avec leur corbeille suspendues à leur cou comme les ouvreuses au cinéma ? Ils se frayaient un passage parmi les spectateurs agglutinés tout au long du défilé ou autour du circuit de la course cycliste.

"Cacahuètes, demandez cacahuètes ! Cacahuètes grillées,

100 F les 3 paquets ! Demandez ..."

Les chars prenaient leur temps. On les attendaient en partageant le contenu des paquets. Le lundi, les cacahuètes permettaient aussi de patienter entre deux passages de coureurs.

Ecraser la cosse, frotter les graines entre les doigts

pour retirer la pellicule brun violacé avant de les croquer.

Recommencer ...

Souvenirs ! Souvenirs que n'auront pas les plus jeunes Minahouets ! Il n'y a plus de marchands sur le parcours. Désormais les cacahuètes se grignotent salées à l'apéro et vous n'avez plus guère le plaisir de décortiquer ce que les flibustiers appelaient "pistaches des îles" quand ils faisaient escale aux Antilles au XVIIème siècle !

Les premiers plants furent découverts à Haïti par Christophe Colomb mais les arachides que les Aztèques appelaient tlal cacakuatl poussaient à l'origine en Amérique centrale et en Amérique du Sud. Mangées crues, elles ont mauvais goût et sont indigestes mais rôties dans leurs cosses, leur consistance et leur saveur se rapprochent de celles des amandes et les flibustiers les utiliseront dans leur cuisine .

Les Espagnols puis les Portugais en rapporteront en Europe et dans les colonies d'Afrique de L'Ouest. Les Africains les feront rôtir dans le sable avant de la broyer pour en faire une pâte qu'ils utiliseront pour épaissir les soupes et les ragoûts. Les premiers esclaves noirs rapporteront leur recette au Brésil d'où elle gagnera les Caraïbes ...*

Mais nous voilà bien loin de Locmiquélic ... comme nos ancêtres qui ont foulé le sol des Antilles au temps des flibustiers et bien après ... Ne les oublions pas !

D'après Mélani Le Bris, La cuisine des Flibustiers, éd. libretto, 2011, p. 54 à 56.
Demandez, cacahuètes !!!

Demandez, cacahuètes !!!

Partager cet article

Repost 0

Les noms de lieux nous informent sur le passé !

Publié le par Marylis Costevec

Le Trer

_________________________________

Qui va encore à la côte du "Trer"?


Il est de ces noms de lieux qui sont en voie de disparition. La faute à l’évolution de la société et, dans le cas qui nous préoccupe, à l’urbanisation.
La côte du "Trer", c’est là qu’autrefois on voyait les femmes pêcher les coquillages, chaussées des sabots à planche qui leur permettait de glisser sur la vasière sans s’enfoncer.

Sur le cadastre de 1837, on lit : anse de Lézenelle. Aujourd’hui, c’est l’anse de Normandèze (plan officiel de 2014) ou l’anse de Nézenel (plan 2015-2017).


La pêche à pied y a été interdite en 1942. Alors, les pêcheuses ont abandonné les lieux la mort dans l’âme. On a juste continué à ramasser en catimini les bigorneaux qui se cachaient dans le goémon sur la grève.

La côte du Trer vers 1960 (carte postale Lapie : coll. privée, D. R.)

 

Les habitants du quartier de Nézenel ont tout de même continué à emprunter la rue du Rivage qui s’arrêtait alors à la côte où ils déversaient leurs eaux usées, le contenu de leurs seaux hygiéniques et de leurs tinettes … à la nuit tombante de préférence. Ils y déposaient aussi tout ce qui les encombrait et que l'on brûlait allègrement à la Saint Jean ... Et ceci jusque vers 1960.

Le Trer : entre la rue du rivage et la rue J. Macé.

Et puis, on a interdit les dépôts sauvages, on a installé le tout à l’égout, on a construit une rue gagnée sur la mer. La rue du rivage a été prolongée jusqu’à la rue de la douane ...
Petit à petit, beaucoup de gens ont oublié " le Trer".


Le "Trer", c’était les champs, les prés situés entre la petite rue du rivage et Normandèze. Maintenant, vous y voyez des maisons, un rue et une promenade, des jeux pour enfants ... L’école Ty Douar y a été construite, vraiment les pieds dans l’eau, à l’origine en 1958.

 

La côte du Trer: la promenade et la rue ont été gagnées sur la mer.

 

Le Trer, le Trec'h, le Treizh ou le Traezh?

 

C’est toujours avec précautions que nous tentons une approche toponymique. Le Trer est l'orthographe utilisée dans la matrice cadastrale de 1837 et ne correspond pas à une orthographe bretonne.

Le trec'h, mot breton de prononciation voisine est traduit par "reflux" dans le dictionnaire breton/français de Favereau. Vu la façon dont les lieux se découvrent à marée basse, l'hypothèse est séduisante.

Le Treizh pourrait signifier le passage, C’est une proposition que nous avons eu l'occasion de rencontrer. Le sens ne manque pas de poser question : le passage ? Quel passage ?
Peut-être celui qui permettait de relier le village de Nézenel, à celui de Kerderff, le passage entre les actuelles rues du rivage et Jean Macé qui correspondent aux seuls vrais chemins desservant le village de Nézenel dessinés sur le cadastre de 1837 et sur les cartes anciennes.
En suivant la côte, on pouvait sans doute rejoindre Locmiquélic en passant par Normandèze. Le Trer (trec'h ou treizh), quelle que soit l'origine du mot, fut sans doute longtemps, pour les habitants de Lézenelle, la seule solution pour rejoindre le bourg de Riantec où se trouvait la mairie, l’église, le cimetière …

On nous souffle que cela pourrait être tout simplement TRÈH (orthographe moderne : TRAEZH) qui veut tout simplement dire "sable" et désigne donc en toponymie une grève sableuse (une plage, quoi !). Vraisemblable, c'est sûr ! C'est aussi le mot dont la prononciation est la plus proche de celle utilisée au milieu du XXème siècle. (traeh-x en alphabet phonétique international. le symbole x correspondant à la jota en espagnol ou au ch allemand : un raclement de gorge proche du "r".)

Il y a bien une plage au lieu-dit "la côte du TRER"

Il y a bien une plage au lieu-dit "la côte du TRER"

Si vous avez une autre proposition, n'hésitez pas à nous la communiquer.

Si vous avez ses documents (actes notariés) qui mentionnent ces noms de lieux, faites-nous en part. Cela pourrait nous aider. Merci !

http://recherche.archives.morbihan.fr/ark://15049/vta523d21f755da5/dao/0/layout:linear/idsearch:RECH_bd03e761d987ff3ba548b578a1bcb093#id:1800320315?gallery=true&brightness=100.00&contrast=100.00&center=5484.115952338212,-3984.74234624494&zoom=20

IIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII

IIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII

Normandèze

--------------------------------------------------------------------------------

Il y a, à Locmiquélic, un lieu appelé Normandèze … et aussi une rue de Normandèze qui y mène.

Pour le Minahouet d’aujourd’hui, Normandèze, c’est l’aboutissement de la promenade Rallier du Baty, et le bas de la rue des lavoirs. C’est le terrain de boules. C’est la place où on dresse les chapiteaux et le podium pour la fête des Langoustines ...

Une grande partie de cet espace a été gagnée sur la mer. Cependant, les terres en retrait sont appelées « Park Normandez » sur le cadastre napoléonien (1837). A l'époque, c'était des prés et des champs.

On y appelait aussi Normandès les terres situées à droite de la partie pentue de la rue de la Résistance, celle qui va de la côte à l’embranchement avec la rue de … Normandèze qu’elle prolongeait autrefois. Là aussi, on voyait des prés au bord du chemin, plus loin un champ cultivé et une lande au-delà.

 

Normandèze !

 

Quand on essaie de trouver l’origine du nom, on prend mille précautions. On imagine une famille de Normands qui s’y serait installée au début du XVème siècle à moins qu’un ancien propriétaire ne lui ait laissé son nom. Un propriétaire ou une propriétaire ? Normandez signifierait "la Normande"  mais pourrait aussi être une déformation de Normandiz et dans ce cas, le mot serait masculin et signifierait Normands.

On évoque, bien sûr, les invasions des vikings aux 9ème et 10ème siècles mais allez savoir pourquoi, on n’ose pas trop l’affirmer ! C’est si loin, tout ça !

Pourtant, les vikings sont sûrement passés par là ! Ils ont séjourné à Groix. Les historiens pensent qu’ils y étaient bien implantés (un de leurs chefs y a été enterré dans une sépulture caractéristique en forme de bateau qui a été fouillée en 1906).

Selon les médiévistes, l'île était une des bases à partir desquelles les hommes du nord pénétraient à l’intérieur du pays en empruntant les rias et les rivières. Ils rançonnaient les populations et détruisaient les lieux de culte après les avoir pillés.

Comment imaginer qu’ils aient fait l’impasse sur notre rade ?

Qui sait ? Les vikings sont peut-être responsables de la destruction du sanctuaire qu’il y eut au Gelin à une époque indéterminée. Son existence est attestée par la toponymie. On a relevé dans le cadastre de 1837 une terre nommée Park dran er verette, soit en français «le champ derrière le cimetière», un cimetière qui entourait certainement une église (On a trouvé récemment dans le vieux quartier des ossements qui n’ont pas été datés).

En 911, on a appelé Normandie la province cédée au chef viking Rollon, par le roi Charles le simple. Les Bretons ont tout à fait pu appeler Normandiz un coin de terre où serait passé et aurait peut-être séjourné un groupe de vikings. L’endroit dont nous parlons était bien propice à l’échouage des embarcations.

Toute cette zone est maintenant occupée par des habitations ...

 

Hélas, les élites et les moines qui faisaient office de chroniqueurs avaient fui ! Nous manquons donc cruellement de documents à propos des incursions des hommes du Nord entre l’an 836 et l’an 937. Nous ne pouvons donc qu’émettre des hypothèses !

Aucune certitude ! On n’a pas, à notre connaissance, trouvé ici d’objet caractéristique comme à Groix.

Un jour, peut-être, dans un jardin ? Ouvrons l'œil ...

88888888888888888888888888888888

88888888888888

 La pointe du BIGO(T)

 

 

 

 

 

 

 

 

Si vous imaginez qu'il y eut là, il y a quelques siècles, un ermitage avec un saint homme en prière, vous faites certainement erreur. Pourtant, l'orthographe actuelle vous y incite fortement !

Au temps où tout le monde parlait breton à Locmiquélic, ce lieu était cultivé et s'appelait "ar Bego" (orthographe repérée dans un document de 1740) ou ar bigeux* (cadastre de 1837). Si vous consultez un dictionnaire "français-breton", vous trouvez beg (begou au pluriel) traduit par pointe(s) ou embouchure(s).

Même s'il faut rester très prudent en toponymie, il faut admettre qu'appeler une pointe, "la pointe" n'est pas totalement improbable !

Il y a déjà un certain temps qu'on parle de "la pointe du Bigo(t)", sans doute depuis qu'on ne comprend plus guère le Breton dans notre commune !

Quant au "t" à la fin du mot qui nous détourne à coup sûr du sens premier du mot, (qu'il s'agisse de "pointe" ou d'autre chose), nous ne saurions dire depuis quand il apparaît sur les plans et les cartes ! Ceux qui l'y ont mis ignoraient sans doute qu'en Bretagne on fait sonner le "t" à la fin des mots : canot se prononce "canotte", , un minahouet, minahouette , un douet "douette" ...etc...

On pourrait peut-être songer à l'ôter, ce "t". Qu'en pensez-vous ?

 

*prononcer "BIGUEUW"

 

Publié dans lieux

Partager cet article

Repost 0

1 2 3 4 5 6 7 8 > >>