Comment souhaitait-on la BONNE ANNEE en 1900 ?

Publié le par Marylis Costevec

On vous a souhaité une bonne année et même une belle année (c'est nouveau).

On a peut-être ajouté : " SURTOUT une bonne santé !" en croisant les doigts .

On vous a souhaité le bonheur et la prospérité !

Et cette année, seuls les très proches vous ont embrassé !

Mais en 1900, que souhaitait-on ?

Source BNF-gallica

 

Nous avons trouvé une petite chronique* (qui se voulait humoristique) qui lève un peu le voile sur les rapports sociaux de l'époque.

On vous laisse découvrir :

"[...] des passants s'accostent, se donnent force baisers, se font force souhaits.

Dans le monde pieux : " Bonne année, le paradis à la fin de vos jours !"

Dans le grand monde : "Mes meilleurs voeux pour la nouvelle année !"

Dans le petit monde : "On t'la souhaite, la bonne année, la goutte au nez, la (c'est suffisant, n'est-ce pas ?)."

Et ainsi tout le long de la journée, cela ne coûte rien.

(...)

(...) je souhaite de tout mon coeur, à mes gracieuses lectrices et mes aimables lecteurs, une année couverte d'or et surtout de bonheur.

Je serais un piètre chroniqueur si je ne souhaitais pas :

Aux jeunes filles : un mari très doux, très affectueux, qui conduise son épouse à la messe et, encore mieux, au bal.

A celles qui ont coiffé Sainte-Catherine : un joyeux célibat au milieu des enfants des autres.

Aux jeunes mariés : un bébé joufflu.

Aux vieux mariés : un gendre.

Aux coquettes : des cheveux rouges.

Aux écoliers : de la moustache.

Aux candidats au mariage : une belle dot avec une jolie femme.

Aux gendres : une belle-mère absente.

Aux hommes politiques : un chèque et l'assiette au beurre.

Aux militaires : une grosse nounou.

Au présent journal : cent mille lecteurs.

Si ces souhaits se réalisent, je serai le plus heureux des mortels.

signé : Henri Bleu"

 

Autres temps, autres moeurs ?

Ce qui ne nous empêche pas de souhaiter, nous aussi, cent mille lecteurs à ce blog !

Et pour vous ?... tout ce que vous désirez !

  Bonne Année  

 

* Le nouvelliste du Morbihan, 4 janvier 1900

Publié dans fêtes calendaires

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article