humour

Publié le 2 Avril 2022

Les  temps changent.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Si certains se sont fait piéger par de fausses nouvelles et des annonces incroyables, qui reçoit encore des cartes postales où un poisson d'avril envoie des messages d'amour ?

En 2022, les internautes s'en sont donné à coeur joie sur les réseaux sociaux. On a pu déguster plein de poissons, de très fins et de très gros :

On a pu voir un orque dans la rade de Lorient, on a annoncé un projet de tramway dans les rues de Port-Louis...

Certains ont peut-être "goûté" le gâteau breton à la crème de sardine ? En Bretagne, on adore le sucré/salé, c'est bien connu !

crédit : biscuiterie de la citadelle

Le phare de Kerbel  a  pris des allures de tour de Pise, sans oublier notre petit clin d'oeil : une sirène au port de pêche.

Voilà donc une toute petite sélection des plaisanteries de 2022 !

Mais nous avons pour vocation de chercher ce qui se faisait autrefois :

Alors nous avons trouvé un article dans le journal du Morbihan du 5 avril 1876  :

 

 

Si vous n'avez pas vu notre sirène, cliquez sur le lien ci-dessous  et rendez-vous l'année prochaine !

Voir les commentaires

Rédigé par Marylis Costevec

Publié dans #fêtes calendaires, #humour

Repost0

Publié le 10 Décembre 2021

  Rire à Noël ! 

 

Quelques blagues au parfum d'antan !

trouvées dans le petit journal illustré

début du XXème siècle

 

source ; BNF gallica

 

 

 

source BNF gallica

 

 

source : BNF gallica

 

Pas très féministe, tout ça !

Qu'en pensez-vous ?

Voir les commentaires

Rédigé par Marylis Costevec

Publié dans #humour, #fêtes calendaires

Repost0

Publié le 22 Novembre 2021

Un aperçu des blagues publiées dans la presse de la fin du XIX ème siècle qui permet de se faire une idée de la société de l'époque et de la façon dont les auteurs percevaient l'autre ( l'enfant, la femme, l'étranger, les petites gens, etc   ).

« Il y a de l’esprit dans nos livres, dans nos journaux, dans nos brochures, dans nos conversations, nous mangeons , nous dormons bercés par les mots de la fin. »

Patriote breton (Le) du 24/11/1889

 

 

Si l’on en croit cet article lu dans "le patriote breton", les histoires drôles qui paraissaient dans les journaux de la fin du XIXème siècle sous le titre de « mots de la fin » étaient appréciées mais qu’est-ce qui faisaient rire les lecteurs de cette époque ?

Petit aperçu

Les mots d’enfants :

 

« Dis, papa, pourquoi l’éléphant a-t-il une trompe ?

-C’est pour saisir ses aliments.

-Alors, pourquoi tu n’en as pas ? »

Progrès du Morbihan (Le) du 07/11/1894

Notre ami L… travaille dans son cabinet
Auprès de lui, son fils, bambin de 4 ans joue avec ses soldats de plomb.
Soudain, la femme de chambre vient apporter la carte d'un visiteur.
« Quel raseur ! s’écrie L…, qui, néanmoins donne l’ordre d’introduire.
Alors, l’enfant au moment où le visiteur entre dans le cabinet :
-Bonjour, raseur ! »

Nouvelliste du Morbihan (Le) du 17/11/1898

Les femmes et leurs défauts :

« Ta future a-t-elle des capitaux ?
-Hélas, je crains qu’elle n’ait que les sept péchés ! »

Nouvelliste du Morbihan (Le) du 11/11/1897

Monsieur se plaint amèrement de la coquetterie de madame.
Il la surprend en train de soigner particulièrement son corset.
-Sapristi ! s’écria-t-il, à quoi bon tout cela si personne ne doit le voir ?
- Est-ce qu’on sait maintenant, répond tranquillement madame, avec ces terribles rayons X »

Nouvelliste du Morbihan (Le) du 28/11/1897

Au restaurant :

On est en hiver

« Garçon, qu’est-ce que vous avez de froid ?

-Les pieds, M’ssieur."

Ploërmelais (Le) du 21/11/1897

Un couple britannique s’installe et commande deux ailes de volaillle
Le garçon revient au bout d’un instant
-Il n’en reste plus qu’une
- Aoh ! fait l’anglais songeur, que va manger mon fâme ? »

Phare de Port-Louis (Le) du 29/11/1896

Au tribunal

Un fidèle récidiviste passe en police correctionnelle dans une petite ville de province et s’entend condamner à une peine qu’il s’attendait à voir beaucoup plus forte :

-Ils ne sont pas méchants à ce tribunal, dit-il au gendarme, j’y reviendrai !

Progrès du Morbihan (Le) du 07/11/1894


-Qu'est-ce que le prévenu avait à la main quand il a frappé le plaignant ? demandait le juge à l’agent Latronche ?
- Je ne lui ai rien vu à la main que son poing, monsieur le président. »



Nouvelliste du Morbihan (Le) du 04/11/1897

Nous terminerons ce petit aperçu par un "comble" et une histoire de différences, à la sauce d'autrefois ...

Le comble de l’habileté pour un jardinier : déraciner un préjugé.

Nouvelliste du Morbihan (Le) du 13/11/1898

Je suis persuadé que vous ne savez pas quelle différence il y a entre une puce et un gilet de flanelle.
La différence est énorme pourtant car, si une puce peut sauter, un gilet de flanelle ne doit jamais « s’ôter » lui !

Progrès du Morbihan (Le) du 07/11/1894

...et par une blague illustrée

le marin et le soldat (de base) sont souvent la cible des humoristes !

 

Avenir illustré du Morbihan (L') du 10/11/1889

Sur un transport :

-Nous allons prendre un ris, v-là le temps qui s'embarbouille...

-Du riz, bonne affaire, ça va nous changer des fayots !

L'occasion de réfléchir (un peu) à ce qui nous amuse aujourd'hui, peut-être ?

A bientôt pour une autre salve ?

Voir les commentaires

Rédigé par Marylis Costevec

Publié dans #humour

Repost0