Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Marylis Costevec

  Des lettres au Père Noël  

C'est avec beaucoup d'intérêt que nous avons lu et relu les lettres au Père Noël que les habitants de Locmiquélic ont déposé dans la boîte aux lettres du relais postal au rad'N Rol. Elles sont le reflet des sentiments et espoirs des Minahouets d'aujourd'hui et nous disent comment on vit ici cette période si particulière.

Vous pouvez bien sûr aller les consulter tranquillement sur place pendant le mois de février mais nous avons eu envie qu'un plus grand nombre puisse y avoir accès.

Et pour que vous puissiez en profiter pleinement et partager les rêves des participants, nous avons décidé de vous les présenter petit à petit. Nous vous le répétons, c'est en les relisant qu'on en extrait toute la saveur et les émotions.

Nous remercions Dominique Vignaud, initiatrice de l'événement qui nous a autorisés à les publier avec l'accord des auteurs.

Aujourd'hui nous vous proposons la lettre qui a obtenu le premier prix :

  Le cri du coeur de Sophie  

 

Cher Père Noël,

Quand je t’ai encore raté l’année dernière alors que je m’étais planquée sous le canapé, je ne me sentais pas aussi à l’étroit que maintenant , en dehors de ma planque.

À l’étroit, ouais, coincée, empêchée, figure – toi. Drôles de figures en ce moment qu’on se paie avec nos bandeaux.

Père Noël il me faut de l’air !!! Du bon air !! Cet air qui me fait respirer, postillonner, chanter, susurrer aux oreilles indiscrètes … Une bonbonne d’air aux airs sucrés … s’il te plaît … ou un courant d’air qui viendrait me faire danser et m’emporterait de bras en bras, de creux de cous à creux de bouches. S’il te plaît, Père Noël. Un air si mélodieux que nous pourrions voyager en ferment nos yeux.

Père Noël, ils manquent pas d’air de s’en cogner de cet oxygène si précieux …  Ceux-là même qui nous imposent l’apnée interminable. Ça sent la tempête, les vents contraires, les bourrasques.

Père Noël, quand tu viendras cette année, ne cherche pas ma planque, je serai partie faire un tour sur cet t’air.

 

 

C'est ce que nous avons tous plus ou moins ressenti, non ?
Merci Sophie !

 

Un membre du jury lit la lettre de Sophie.
 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article