la guerre 39-45

Publié le 10 Juin 2022

Cet article est reposté depuis Penhars Infos Quimper.

Roger Dréanno né à Locmiquélic en 1911 faisait partie d'un des trois groupes de résistants de la région de Quimper. Il a été exécuté par les Allemands le 28 juin 1944 à la ferme de Kergrenn en Ergué-Armel.
Suite à des contacts avec des membres de sa famille, nous nous sommes mis à la recherche d'informations sur son parcours.
L'article ci-dessous donne des informations sur les actions des Résistants de ce secteur. Une information intéressante même s'il est peu probable qu'Alain Bodivit ait connu notre compatriote; Vous y avez accès en cliquant sur le lien ci-dessous.
Si vous en savez plus sur le parcours de Roger Dréanno, merci de prendre contact avec nous.

Voir les commentaires

Rédigé par Penhars Infos

Publié dans #La guerre 39-45

Repost1

Publié le 20 Mai 2022

"On était jeunes, on était amoureux" disait-elle.

Ils se sont aimés. Ils se sont mariés le 14 avril 1941 à Locmiquélic. Elle était réfugiée. Il était Minahouet et habitait "les trois couleurs" (Quel symbole !)

Marie-Jeanne nous a quittés il y a 3 ans. Elle nous avait confié ses mémoires et nous les évoquerons ce dimanche 22 mai lors de l'événement que nous avons programmé dans le cadre du "printemps des cimetières" dont le thème est cette année

"Mémoires de guerre au cimetière"

En achevant la préparation de cette animation, après nous être intéressés à l'histoire de Marie-Jeanne et Maurice, à celle  d'Emile et Aline, de Joseph, d'Adolphe, de Marguerite, de Louis, de Roger ... ces hommes et ces femmes qui se sont battus à leur façon pendant la seconde guerre mondiale ... nous retenons

une formidable leçon de vie et d'espoir.

"Le Comité d'Histoire" et "les Flâneurs, compagnons en poésie" vous attendent

 dimanche 22 mai 2022 à 16 h. N'oubliez pas de réserver :

06 77 40 89 33

Voir les commentaires

Rédigé par Marylis Costevec

Publié dans #La guerre 39-45, #Personnages

Repost0

Publié le 17 Mai 2022

"L'Homme Intègre" pour ses collègues, "La Pipe" pour ses élèves, son nom de naissance parle aux passagers du bateau-bus de Pen-Mané et à beaucoup de Minahouets nés pendant la seconde guerre mondiale et avant.

Né en 1906 à Lorient, il a vécu à Locmiquélic de 1929 à 1952 avec une longue interruption entre 1939 et 1945.

Nous vous raconterons son histoire (nous la tenons de sa fille avec laquelle nous avons longuement correspondu), l'histoire des prisonniers de guerre et quelques autres, des destins qui nous permettront d'évoquer la seconde guerre mondiale, une période bien compliquée.

Les FLÂNEURS, compagnons en poésie nous offriront quelques intermèdes poétiques.

Rendez-vous le dimanche 22 mai 2022 à 16 h sur le parking près du cimetière.

Réservation 06 77 40 89 33

 

Voir les commentaires

Rédigé par Marylis Costevec

Publié dans #La guerre 39-45, #Personnages

Repost0

Publié le 8 Mai 2022

Nous commémorons aujourd'hui, 8  mai 2022, le 77ème anniversaire de la reddition de l'Allemagne nazie et la libération de la poche de Lorient.

Le 22 mai prochain, le Comité d'Histoire racontera quelques épisodes impliquant des Minahouets dans le cadre de l'événement national :

"Mémoires de guerre au cimetière"

avec la participation de nos amis

  Les Flâneurs, compagnons en poésie

Rendez-vous à 16 heures sur le parking rue du général   Moller

(Jauge limitée pour respecter le lieu,

réservation :  06 77 40 89 33)

 

Voir les commentaires

Rédigé par Marylis Costevec

Publié dans #Histoire Nationale., #La guerre 39-45, #La Grande guerre

Repost0

Publié le 8 Mai 2020

Un 8 mai historique

 

La cérémonie de commémoration du 75ème anniversaire de la victoire du 8 mai 1945 s'est tenue au monument aux morts de Locmiquélic dans une atmosphère toute particulière.

En raison de l'épidémie de COVID 19 et des mesures de confinement en vigueur, cette cérémonie s'est déroulée sans public. Seules 5 personnes accompagnaient Nathalie Le Magueresse, maire de la commune.

Après le traditionnel dépôt de gerbe, elle a lu le message du président de la République avant d'évoquer la signature de la reddition des forces allemandes, annonçant la libération de la poche de Lorient.  qui eut lieu à Etel le 7 mai 1945.

Elle a aussi tenu à célébrer  la mémoire des femmes et des hommes qui ont donné leur vie pour leur pays avant de rendre un hommage particulier à un Locmiquélicain, Jean-François Le Levé (1882-1945). Ici, tout le monde connaît ce nom. Il a sa rue à Locmiquélic. C'est un syndicaliste qui a milité toute sa vie pour la défense des travailleurs. Engagé dans la Résistance, il fut déporté  et mourut d'épuisement à son retour de captivité le 20 juin 1945 ...

La cérémonie s'est terminée sur une minute de silence ...

Pour suivre la cérémonie, cliquez sur le lien ci-dessous :

Message du Président de la République :

Ce 8 mai ne ressemble pas à un 8 mai. Il n’a pas le goût d’un jour de fête. 

Aujourd’hui, nous ne pouvons pas nous rassembler en nombre devant les monuments de nos villes, sur les places de nos villages, pour nous souvenir ensemble de notre histoire. 
Malgré tout, la Nation se retrouve par la pensée et les mille liens que notre mémoire commune tisse entre chacun de nous, cette étoffe des peuples, que nous agitons en ce jour dans un hommage silencieux. 

C’est dans l’intimité de nos foyers, en pavoisant nos balcons et nos fenêtres, que nous convoquons cette année le souvenir glorieux de ceux qui ont risqué leur vie pour vaincre le fléau du nazisme et reconquérir notre liberté.  
C’était il y a 75 ans. 
Notre continent refermait grâce à eux le chapitre le plus sombre de son histoire : cinq années d’horreur, de douleur, de terreur. 

Pour notre pays, ce combat avait commencé dès septembre 1939.
Au printemps 1940, il y a 80 ans, la vague ennemie avait déferlé sur les frontières du Nord-Est et la digue de notre armée n’avait pas tenue. 
Nos soldats pourtant s’étaient illustrés à de nombreuses reprises. Ceux de Montcornet, d’Abbeville, de Gembloux ou de Stone, les hommes de Narvik, les cadets de Saumur, l’armée des Alpes avaient défendu avec vigueur notre territoire et les couleurs de notre pays. 
Ils sont « ceux de 40 ». Leur courage ne doit pas être oublié. 
Dans le crépuscule de cette « étrange défaite », ils allumèrent des flambeaux. Leur éclat était un acte de foi et, au cœur de l’effondrement, il laissait poindre la promesse du 8 mai 1945. 

Cette aube nouvelle fut ensuite conquise de haute lutte par le combat des armées françaises et des armées alliées, par les Français Libres qui jamais ne renoncèrent à se battre, par le dévouement et le sacrifice des Résistants de l’Intérieur, par chaque Française, chaque Français qui refusa l’abaissement de notre nation et le dévoiement de nos idéaux. 
La grande alliance de ces courages permit au Général DE GAULLE d’asseoir la France à la table des vainqueurs.
La dignité maintenue, l’adversité surmontée, la liberté reconquise, le bonheur retrouvé : nous les devons à tous ces combattants, à tous ces Résistants. 
A ces héros, la Nation exprime son indéfectible gratitude et sa reconnaissance éternelle.

Le 8 mai 1945, c’est une joie bouleversée qui s’empara des peuples. Les drapeaux ornaient les fenêtres mais tant d’hommes étaient morts, tant de vies étaient brisées, tant de villes étaient ruinées. A la liesse succéda la tristesse et la désolation. Avec le retour des Déportés, les peuples découvrirent bientôt la barbarie nazie dans toute son horreur…

Rien, plus jamais, ne fut comme avant.
La fragilité révélée de nos vies et de nos civilisations nous les rendit plus précieuses encore. Au bout de cette longue nuit qu’avait traversée le monde, il fallait que l’humanité relevât la tête. Elle venait de découvrir horrifiée qu’elle pouvait s’anéantir elle-même et il lui fallait désormais refaire le monde, de fond en comble, ou à tout le moins « empêcher que le monde ne se défasse », selon le mot de Camus. 
Ce fut l’heure, en France, de l’union nationale pour fonder « les beaux jours » annoncés par le Conseil National de la Résistance et bientôt retrouvés. 
L’heure, en Europe, de l’effort commun pour bâtir un continent pacifié et fraternel. 
L’heure, dans le monde, de construire les Nations unies et le multilatéralisme.  

Aujourd’hui, nous commémorons la Victoire de ce 8 mai 1945, bien sûr, mais aussi, mais surtout, la paix qui l’a suivie. 
C’est elle, la plus grande Victoire du 8 mai. Notre plus beau triomphe. 
Notre combat à tous, 75 ans plus tard.

Vive la République !
Vive la France !

Emmanuel Macron

Voir les commentaires

Rédigé par Marylis Costevec

Publié dans #vie locale, #histoire, #La guerre 39-45

Repost0

Publié le 16 Avril 2019

 Que sait-on du cimetière allemand 

  de Locmiquélic ? 

 

Beaucoup de gens ont connaissance de son existence passée mais ils sont aujourd'hui peu nombreux à savoir où il était précisément.

On vous dira qu'il était situé entre l'école publique et la côte de Normandèze. C'est vrai !

On vous dira qu'il se situait sur le terrain vague  sur lequel la municipalité projette de faire construire des logements sociaux. C'est faux !

 

On dispose de plans établis après guerre qui montrent très précisément son emplacement :

 

Archives départementales du Morbihan

 

Les photos aériennes réalisées par l'IGN en 1946 montrent 112 sépultures au fond de la parcelle (partie plus large) qui apparaît sur le plan ci-dessus. Les soldats de la Wehrmacht étaient donc enterrés en bordure de l'actuelle rue Jules Ferry qui n'était alors qu'un chemin de brouette et au Nord du terrain qui va être bientôt construit.

Les corps ont été exhumés en 1953 (la délibération du conseil municipal du 21 décembre mentionne le paiement des ouvriers chargés de ce travail).

Les dépouilles des soldats (Allemands et Russes Blancs), pour la plupart victimes des bombardements alliés de 1943 ont été transférées au cimetière régional de Pornichet (Loire-Atlantique) où étaient déjà regroupés celles de la poche de Saint-Nazaire.

Ce cimetière deviendra cimetière régional en 1955. Y sont aussi enterrés les soldats décédés dans les département de Vendée, des Deux-Sèvres et du Maine et Loire ainsi que ceux de Loire Atlantique, 5 000 corps au total, militaires pour la plupart mais aussi quelques victimes civiles.

Le cimetière militaire allemand de Pornichet (guerre 39-45)
(recherches : Joël Guillemoto, Lysiane Le Goff, Marylis Costevec)

Voir les commentaires

Rédigé par Marylis Costevec

Publié dans #Histoire Nationale., #lieux, #La guerre 39-45

Repost0

Publié le 15 Janvier 2017

La couverture du carnet de François Jégo

La couverture du carnet de François Jégo

C'est aux toutes premières heures du 15 janvier 1943 que commença le bombardement de Lorient par l'aviation anglo-américaine. Ce sont les quartiers de la Nouvelle-Ville et de Merville qui subirent les dégâts les plus importants lors de cette opération.

A Locmiquélic, ce fut l'émoi. Les habitants étaient aux premières loges pour assister à la chute des milliers de bombes incendiaires qui furent lâchées ce jour-là. Certaines atteignirent Locmiquélic où quelques maisons et les magasins de la société coopérative "La Persévérante" situés dans la rue des lavoirs prirent feu.

François Jégo a relaté ce qu'il a vécu dans un carnet que nous avons retranscrit dans notre N° 6 (décembre 2012) que vous pouvez feuilleter sur le site

leminahouet.free.fr.

Il raconte la journée du 15 janvier 1943, les dégâts qu'il a constatés et puis l'exode, la fuite vers des lieux plus sûrs et enfin le retour après l'armistice du 8 mai 1945.

Il est possible de se procurer nos publications

-  auprès du président de l'association (Rémy Ropert : 06 64 72 67 28),

- en laissant un message sur ce site (rubrique contact : nous vous recontacterons)

- commander les fascicules par courrier après avoir téléchargé le bon de commande ci-après :

Pour voir tous les sujets traités dans nos publications, cliquez sur le lien ci-dessous :

Voir les commentaires

Rédigé par Marylis Costevec

Publié dans #La guerre 39-45

Repost0