histoire

Publié le 29 Novembre 2022

Le 30 novembre 1919, les Français élisaient leurs nouveaux conseils municipaux d'après guerre.

A Locmiquélic, c'était un jour vraiment particulier : on élisait le tout premier conseil municipal, la commune venant tout juste d'être créée le 22 octobre par un décret du président Poincaré.

A notre grand regret, nous n'avons pas trouvé le procès verbal des élections. Nous ne savons donc pas combien d'électeurs se sont déplacés pour ce vote qui n'était que symbolique puisqu'il n'y avait qu'une seule liste* ! 

undefined
L'école de Locmiquélic au début du XXème siècle.

Nous supposons que le bureau de vote était installé à l'école des garçons comme pour le scrutin précédent (élections législatives du 16 novembre 1919)

Nous pouvons seulement vous donner le nom des membres du premier conseil municipal, dans l'ordre où ils apparaissent dans le procès-verbal de l'élection du maire et des adjoints qui eut lieu le 10 décembre suivant. Nous supposons que l'ordre tient compte du nombre de voix obtenues par chacun.

Nous ignorons l'âge et la profession de la plupart de ces hommes.

Qui sait ? un  de vos ancêtres en faisait peut-être partie et dans ce cas vous pourrez peut-être nous aider à mieux les connaître.

 

Voici les premiers élus :

(En gras, les anciens du conseil municipal de Riantec)

 

Jean-Louis DANIC, premier maître  en retraite, ancien conseiller municipal de la section

Georges SCOLAN

Albert GUYONVARCH

Joseph LUCAS

Joseph PERRONO, pilote

Onésime LUHO

Henri LE VEU, ouvrier au port

Pierre PADELLEC

Jean Marie RIO

Ludovic LUCAS

Joseph TREQUESSER

Julien RIO

Félix RIOCH

Paul GASSER

Joseph BOZEC

Jean Louis DREAN

Patern FRAPPER, second maître vétéran en retraite

Joseph GUENNEC, ouvrier au port

Amédée (?) JANNOT

Eugène ROPERT, ouvrier au port, ancien adjoint spécial

Maurice TONNERRE

Joseph JEHANNO

__________________

Jean Louis Danic, seul candidat, sera élu maire à l'unanimité (un bulletin blanc).

Il faudra deux tours pour choisir le premier adjoint : Patern Frapper.

Le second adjoint sera Jean-Louis Dréan.

___________________

Le jour de cette élection, les nouveaux élus et la population étaient bien loin de se douter que les élections allaient être invalidées le 22 décembre : on avait élu 2 conseillers de trop ! Après de nombreuses péripéties, le 12 février 1920, le préfet signa un arrêté autorisant 23 conseillers à siéger et le 23 février un nouvel arrêté déclare "bonnes et valables" les élections du 30 novembre 1919*.  On respirait !!

Il va cependant falloir élire un nouveau conseiller puis un nouveau maire car Jean-Louis Danic a maintenu sa démission et refusé de réintégrer le conseil municipal malgré les exhortations des autorités préfectorales. Le nouveau candidat, Jules Le Bourdiec sera aussi le nouveau maire. C'était le cousin germain de Jean-Louis Danic.

 

* une seule liste selon  L'AVENIR du MORBIHAN du  6 décembre 1919.
* Nous avons relaté ces débuts difficiles
dans notre publication consacrée à Jean-Louis Danic
(toujours disponible : nous contacter).

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Marylis Costevec

Publié dans #histoire, #Locmiquélic

Repost0

Publié le 10 Septembre 2022

Nos ancêtres ont eu les mots

121 ans plus tard, on a eu les images

Du grand spectacle !

  En 2022  


Le 10 septembre 2022, deux jours après la mort de sa mère Elizabeth II, après 70 ans de règne, Charles III a été officiellement proclamé roi au palais de Saint-James à Londres, lors d'une réunion du Conseil d'accession.

Sur vos écrans, vous avez pu suivre la proclamation publique sur le balcon, effectuée par David White, roi d’armes de l’ordre de la Jarretière, à 11h précises (heure locale), avant que le "God save the King" ne soit entonné.

pour revoir : lien en fin d'article

puis la proclamation par Timothy Duke, officier d'armes, devant le bâtiment du Royal exchange (bourse de la cité de Londres)

pour revoir :  lien en fin d'article

 

  En 1901  

Nous avons remonté le temps

pour retrouver une circonstance similaire :

C'était le 24 janvier 1901.  Edouard VII accédait au trône, 2 jours après le décès de sa mère, la reine Victoria (1819-1901). Elle avait régné du 20 juin 1837 au 22 janvier 1901 (soit 63 ans, 7 mois et 2 jours).

La presse Française de l'époque en a rendu largement compte...

 

source : BNF gallica

 

...et cet événement a aussi fait l'objet de nombreux articles et commentaires dans la presse locale.

Alors, pour vous permettre de comparer  et de vous faire une idée de la persistance des rites de la monarchie d'outre-Manche et des différences éventuelles, nous avons sélectionné quelques articles que nos ancêtres ont pu lire  :

Edouard VII est proclamé roi le 24 janvier 1901 : Compte-rendu de la cérémonie
La dépêche de Lorient, 25 janvier 1901

 

La procession se rend alors au Temple Bar*

où a lieu une seconde proclamation devant le Lord-maire :

* (monument marquant la séparation entre Londres et Westminster) :

 

Une cérémonie analogue a ensuite lieu au Royal Exchange en présence du Lord-Maire et des échevins revêtus de leurs robes de cérémonie.

Quand le nom d'Edouard VII a été prononcé, il a été salué de huit ovations successives puis la foule a chanté le "God save the king"

 

Etonnant, non ?
 
Les cérémonies du 10 septembre 2022 : un film d'époque ?
Qu'en pensez-vous ?

Voir les commentaires

Rédigé par Marylis Costevec

Publié dans #histoire

Repost0

Publié le 23 Janvier 2022

Aujourd'hui, nous vous proposons de suivre Belzébuth dans les rues de Lorient. Il se dit flâneur et nous promène  dans la ville en 1896, le lundi 20 janvier plus précisément, un grand jour pour les Lorientais de la classe 1895 puisque c'est le jour du "tirage au sort".
Lisons plutôt :

"Lorient semble s’animer, grâce à la douceur de la température ; les promeneurs sont nombreux et les flâneurs comme nous, ne désirent plus qu’une chose : voir reprendre les concerts si suivis, si appréciés du 62ème de ligne…

Le matin, sur la place Bisson, un dessinateur original tient en éveil aujourd’hui une foule de badauds qui attendent que le dessin s’achève et qui subissent son boniment sur les vertus d’un baume merveilleux pour la guérison des cors ! Plus loin, on vous recommande les crayons anti-migraine ; ici, une lorgnette magique qui vous révèle ce qui se passe derrière vous ; là, des violonistes et des chanteurs vous font entendre la Sérénade du Pavé* et les chansons en vogue…

 

L’après-midi, le tirage au sort ajoute encore à cette animation ; des groupes précédés de drapeaux parcourent toutes les rues ; les conscrits noient, les uns leur gaieté, les autres leur chagrin et arborent leurs numéros enluminés, en trinquant à la France, qu’ils vont servir…

Le soir, on voit s’illuminer le Cercle militaire : c’est la réception pour fêter la croix d’officier décernée au colonel et celle de chevalier accordée au médecin-major du 62ème. La musique y assiste (...)"

(Le Phare de Bretagne
22 janvier 1896)
LE TIRAGE AU SORT

C'est le système qui organise la conscription en France entre 1798 et 1905. Les appelés sont invités à tirer au sort un numéro. 

Pendant longtemps, tirer un bon numéro pouvait avantager ou même exempter du service.

Depuis 1889 jusque 1903, la durée du service est de 3 ans pour tous (réduit à un an, toutefois pour certains appelés en fonction de la situation familiale). Le numéro servira alors à déterminer l'arme d'affectation. Le système est abandonné en 1905.

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5848463d/f2.item.texteImage

 

Ce n'est que le samedi 25 janvier que les jeunes de Locmiquélic se rendront à Port-Louis pour le tirage au sort :
Nous vous en parlerons bientôt.

En attendant, nous vous invitons à écouter "La sérénade du Pavé" interprétée par Edith Piaf (lien après les paroles) :

 

Si je chante sous ta fenêtre
Ainsi qu'un galant troubadour
Et si je veux t'y voir paraître
Ce n'est pas, hélas, par amour
Que m'importe que tu sois belle
Duchesse, ou lorette aux yeux doux
Ou que tu laves la vaisselle
Pourvu que tu jettes deux sous
Sois bonne ô ma chère inconnue
Pour qui j'ai si souvent chanté
Ton offrande est la bienvenue
Fais–moi la charité
Sois bonne ô ma chère inconnue
Pour qui j'ai si souvent chanté
Devant moi, devant moi sois la bienvenue
 
L'amour, vois–tu, moi je m'en fiche
Ce n'est beau que dans les chansons
Si quelque jour je deviens riche
On m'aimera bien sans façons
J'aurais vite une châtelaine
Si j'avais au moins un château
Au lieu d'un vieux tricot de laine
Et des bottines prenant l'eau
Sois bonne ô ma chère inconnue
Pour qui j'ai si souvent chanté
Ton offrande est la bienvenue
Fais–moi la charité
 
Sois bonne ô ma chère inconnue
Pour qui j'ai si souvent chanté
Devant moi, devant moi sois la bienvenue
Mais ta fenêtre reste close
Et les deux sous ne tombent pas
J'attends cependant peu de chose
Jette–moi ce que tu voudras
Argent, pain sec ou vieilles hardes
Tout me fera plaisir de toi
Et je prierai Dieu qu'il te garde
Un peu mieux qu'il n'a fait pour moi
 
Sois bonne ô ma chère inconnue
Pour qui j'ai si souvent chanté
Ton offrande est la bienvenue
Fais–moi la charité
Sois bonne ô ma chère inconnue
Pour qui j'ai si souvent chanté
Devant moi, devant moi sois la bienvenue...

Voir les commentaires

Rédigé par Marylis Costevec

Publié dans #histoire, #lieux, #scènes de rues

Repost0

Publié le 3 Septembre 2021

Un port abandonné ?

Si on en croit Yvonnec qui écrit dans "la république du Morbihan" , le port de guerre de Lorient est bien désert en cette année 1901. Hormis le CAUDAN qui "oscille rêveusement au gré des vagues en face  de Penmané" et la visite éclair du DUGUAY-TROUIN à l'occasion du 14 juillet, on n'avait pas vu de gros bâtiments  entrer en rade depuis deux ans.

L'arrivée de la FRANCE, un évènement ?

Alors quand, à la fin du mois d'août, on apprend que le vieux paquebot FRANCE*( 120 m.,  1864) de la compagnie Transatlantique du Havre arrive à Lorient, cela fait tout drôle et on se presse pour le voir  "suivre les méandres du chenal" et s'amarrer en face des torpilleurs de la défense mobile.

 

Quelques privilégiés montent à bord et tentent d'interviewer "deux robustes nègres" ( des créoles embarqués comme chauffeurs) :

 

L'embarquement des troupes

Ce n'est pas un voyage transatlantique qui se prépare mais une manoeuvre militaire.

Le jeudi 29 septembre les troupiers du 62ème régiment de ligne au complet (1600 hommes) ainsi qu'un bataillon du 116ème montent à bord "émerveillés de se trouver sur un paquebot". Ils s'entassent sur la passerelle, l'avant, l'arrière "et jusque dans les confins de la carène"

A deux heures, la FRANCE "démarre lentement et part, majestueuse, aux accents de la Marseillaise jouée par la musique du régiment d'artillerie."

Un combat naval ?

Pas vraiment ! C'est un débarquement sur l'île D'Oléron et sur La Palice où des troupes s'apprêtent à les accueillir comme il se doit qui se prépare !

 

Les deux autres bâtiments sont l'ATLANTIQUE et le MEDOC. Le rembarquement pour Lorient et Brest était prévu le 8 septembre.

 

D'après "La république du Morbihan du 01 septembre 1901

et Le nouvelliste du 29 août 1901

* On ne trouve guère d'infos pour cette première FRANCE (lien ci-dessous). Un deuxième paquebot ainsi dénommé sera lancé en 1912 et le troisième dont on se souvient encore sera lancé en 1960 et  traversera l'Atlantique  à partir de 1962.

Voir les commentaires

Rédigé par Marylis Costevec

Publié dans #bateaux, #histoire

Repost0

Publié le 12 Août 2021

Un petit entrefilet publié dans L'AVENIR DE LA BRETAGNE le 13 aout 1899 nous permet d'imaginer le passage des troupes à pied de l'artillerie  de marine accompagnées de leur musique sur la route qui va des quatre chemins à Pen Mané.

(photo visible sur delcampe.net) :

https://delcampe-static.net/img_thumb/auction/000/194/440/329_001.jpg?v=0

Retour de manoeuvre :

" Un kilomètre à pied, ça use, ça use...".

On connaît la chanson mais il a fallu un certain temps pour que l'état major  réalise que pour revenir de Meucon, on marchait dix kilomètres de moins en passant par Auray, Belz et Pen Mané plutôt qu'en empruntant l'itinéraire habituel (Grandchamp, Landévant, Hennebont).

On imagine que les artilleurs du régiment ont apprécié. Certes il a fallu organiser la traversée de la rade depuis la cale de Pen Mané jusqu'à l'estacade : la direction des mouvements du port (D. P.) s'est chargée de l'opération.

Les batteries montées sont rentrées par la voie terrestre, bien entendu...

coll. Musée de Bretagne.

 

Dans la troupe, y a pas d'jambe de bois !

Heureusement ! Une petite carte écrite en 1905 nous donne le sentiment d'un soldat après l'arrivée de son régiment au camp (on ignore d'où il était parti : les régiments d'horizons divers se succédaient à Meucon) :

 

Meucon, le 31 août 1905 ;
Chers oncle et tante,
Nous sommes arrivés à Meucon jeudi dernier après une marche de 32 kilomètres sous un soleil brûlant. Heureusement que nous allons pouvoir nous remettre un peu avant de faire les manœuvres qui doivent commencer dimanche prochain. Nous couchons sous des tentes et quand arrive le matin, nous avons froid, les nuits étant très fraîches mais c’est encore préférable à la pluie. Enfin il ya encore 22 jours à mener cette vie-là (…) Élie

Musée de Bretagne

La vie au camp de Meucon :

C'est aussi par la presse qu'on peut entrevoir la vie au camp entre manoeuvres et concerts (Souvenez-vous, la musique du régiment étaient aussi de sortie !) :

 

 

"Le séjour au camp de Meucon des batteries d'artillerie aura été de vingt jours, vingt jours monotones pour le troupier perdu dans la brousse (sic) coupés agréablement cependant par les concerts quotidiens de la musique de l'arme. Comme l'année dernière l'orchestre à cordes du régiment s'est fait entendre à plusieurs reprises et a obtenu un vrai succès."

Nouvelliste du Morbihan (Le) du 11/08/1901

Le journaliste cite des morceaux qui nous semblent inattendus :

Au programme des fantaisies sur Faust, le Petit Duc. A signaler l'Andante et Polonaise de Dancla qui, exécuté avec un rare brio par notre compatriote M. Guiol a été frénétiquement applaudi.

Nouvelliste du Morbihan (Le) du 11/08/1901

Et le journaliste, très en verve, de conclure :

Et les jours s'écoulent ainsi au camp de Meucon : le matin le chant du canon et le soir le chant de la mélodie. Réalité brutale d'une part, rêve et poésie de l'autre. Tout s'enchaîne dans la vie du soldat.

Nouvelliste du Morbihan (Le) du 11/08/1901

Musée de Bretagne : Laurent-Nel Henri (1880 - 1960) (Photographe) ; Début 20e siècle ; Meucon. (Licence CC-BY-NC-ND)

 

Un retour différencié

 

Un article publié en août 1901 nous en dit plus sur le déplacement des troupes. Il semblerait bien que, cette année-là au moins, le retour par Pen Mané ait été abandonné :

Cette fois, les batteries du 1er régiment d'artillerie coloniale ont passé vingt jours aux "écoles à feu" à Meucon. Il leur faudra 3 jours pour rentrer à Lorient. Entre temps, elles caserneront un soir à Grandchamp et l'autre à Landévant.

Ce déplacement des troupes devait être quelque peu spectaculaire :

11 officiers, 57 sous officiers, 325 hommes, 98 chevaux, 37 mulets quitteront le camp de Meucon le 10 août pour rejoindre Lorient

Courrier des campagnes (Le) du 11/08/1901

Toujours en 1901, "les trois batteries montées ne rentreront pas avec le gros de la troupe". Elles effectueront un crochet par Pluvigner où elles feront la jonction avec le 62ème de ligne venant de Lorient pour quatre jours de manoeuvres supplémentaires : au programme une bataille simulée contre un ennemi représenté par le 116ème ligne et les batteries d'artillerie de Vannes (Nouvelliste du Morbihan (Le) du 11/08/1901).

 

Voilà quelques infos qui nous ramènent au temps pas si lointain où Lorient était une ville de garnison. 

Il n'est pas sûr que tout le monde en ait encore bien conscience !

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Marylis Costevec

Publié dans #histoire, #lieux

Repost0

Publié le 1 Mai 2021

Zoom sur les manifestations du monde ouvrier lorientais au début du siècle dernier à l'occasion du premier mai 1904.

Remarquer la présence en force des métallurgistes des forges d'Hennebont et des ouvriers de l'arsenal où étaient employés de nombreux habitants de Locmiquélic,.

A l'époque,  Locmiquélic et Lochrist étaient considérés comme des bastions "rouges" du pays de Lorient.

1er mai 1904 à Lorient :

Une fête réussie

(d’après Le Réveil du Morbihan du 22 avril et du 3 mai 1904)

 

« Des nouvellistes mal intentionnés aussi funestes qu’un choléra» avaient prédit  une journée de désordre :

Ce fut une  fête parfaite et très réussie qui commença dès le samedi 30 avril par un  grand banquet démocratique (par souscription : 3 francs) avant  le défilé et les animations du dimanche :

« La grandiose manifestation des travailleurs a été digne de citoyens conscients de leurs droites et de leurs devoirs. »

Le rassemblement s’est fait place Alsace-Lorraine et le défilé, parti à 10 heures a parcouru les rues de la ville derrière la musique du syndicat des musiciens.

CPA, domaine public

 

Les participants

Les syndicats des typographes, des corps réunis, des travailleurs réunis du Port De Lorient, les métallurgistes d’Hennebont avec leur magnifique bannière (…) ; le bâtiment d’Hennebont, les boîtiers de Larmor-Kernevel, les menuisiers-charpentiers, les couvreurs, les cordonniers, les boulangers, l’ameublement, les métallurgistes de Lorient, les irréguliers du travail et le bâtiment de Quimperlé

Le vin d’honneur

A l’issue du défilé un vin d’honneur ( par souscription : 0,50 franc) a été servi à la salle Dousdebès. Invité par les organisateurs, le citoyen Jean Latapie, délégué de la CGT y a fait une « vibrante allocution» et  a remis une bannière ornée du label de la Bourse du travail (bannière triangulaire sur la photo ci-dessous).

CPA - Domaine public

Un après-midi de réjouissances :

Le public est venu en nombre applaudir les  spectacles préparés par les sociétés de la ville  :

Les enfants de Lorient  (gymnastique) sur la place Alsace-Lorraine avec la participation de la musique des sapeurs-pompiers,

les matinée-concerts par les Amis des Arts et la Jeunesse Lorientaise dans les salles Larnicol et Jaffré

 

Un punch populaire

La journée est clôturée par un punch populaire (par souscription : 1 franc) qui a réuni tous les fédérés salle Larnicol.

La fanfare syndicale s’est fait entendre et le citoyen Latapie a pris à nouveau la parole pour conseiller aux confédérés de «rester unis afin de pouvoir faire aboutir les revendications du prolétariat».

En 2021, Les métallurgistes  du pays de Lorient sont à nouveau dans la rue pour défendre leur outil de travail :

voir lien ci-dessous :

Voir les commentaires

Rédigé par Marylis Costevec

Publié dans #fêtes calendaires, #histoire

Repost0

Publié le 7 Novembre 2020

En 1920, c'est dans le Nouvelliste du Morbihan que les Minahouets et les Morbihannais découvrent le nom du nouveau président des Etats-Unis : Warren Gamaliel Harding. :

 

"M. Harding va remplacer

M. Wilson comme

Président de la République

 

« Mardi 2 novembre a eu lieu l’élection des délégués chargés de nommer pour quatre ans le Président de la République qui doit remplacer M. Wilson à la Maison-Blanche.

source : BNF, gallica

 

Celui-ci avait été élu deux fois et ne se représentait pas : on sait que sans qu’aucun article n’ait été introduit dans la loi électorale des Etats-Unis, il est admis qu’aucun président ne se représente trois fois aux suffrages de ses concitoyens, en hommage à la mémoire de Washington qui ne voulut pas remplir les fonctions de président au-delà de huit ans.

Deux candidats étaient en présence : M. Harding, sénateur de l’Ohio, choisi par la convention républicaine de Chicago le 12 juin  et M. Cox, gouverneur de l’Ohio, choisi par la convention démocrate de San Francisco le 8 juillet.

Les deux candidats étaient l’un et l’autre peu connus avant leur désignation. Leur prestige personnel n’entrait donc pas en jeu et ce sont véritablement leurs deux partis qui se sont affrontés en eux.

Leurs programmes n’étaient pas d’ailleurs nettement opposés. Au point de vue extérieur. Harding se déclara, il est vrai opposé à la Ligue des Nations, qu défendit M. Cox. Mais celui-ci mettait des réserves au pacte et M. Harding annonçait qu’il est partisan d’une association internationale pour assurer la paix.

Au point de vue intérieur, M. Harding incline vers des idées d’autorité et de conservation sociale, tandis que M. Cox passe pour avoir, en matière de législation ouvrière, des idées plus hardies.

En ce qui touche la France, les deux candidats ont formellement exprimé la sympathie et l’admiration qu’ils éprouvent pour elle.

 

Mercredi matin, un télégramme de New-York nous apprenait que le parti républicain l’avait emporté aux élections des délégués.

C’est donc M. Harding qui sera président de la République des Etats-Unis. »

Le 5 novembre, les lecteurs ont eu des précisions sur la carrière politique du nouveau président de la République.

Ils apprennent aussi que :

« M. Harding est un journaliste  (..) Ancien propriétaire de journaux, il s’est toujours intéressé à la presse. Orateur de talent, il a à plusieurs reprises contribué à assurer l’élection de ses amis au Sénat  (…)

M. Harding est un homme vigoureux, grand, de belle apparence et de manières distinguées. Il est rasé et porte les cheveux coupés court. On s’accorde à lui trouver un  profil de romain. »

Hé oui, il y a rarement des photos dans le Nouvelliste !

Pour avoir une idée de l'aspect de Warren G. Harding, il fallait être abonné au petit journal  dont nous avons tiré toutes les illustrations de notre article ! Le petit journal décrit de manière détaillée le processus électoral américain et offre à ses lecteurs un portrait plus précis du nouvel élu ( lien ci-dessous)

source BNF gallica

 

Ce jeune président (55 ans)  n'exercera ses fonctions que deux ans. Ce sera un mandat marqué par de nombreux scandales qui s'achèvera par le décès de Harding le 2 août 1923, officiellement d'une pneumonie mais des rumeurs et des témoignages laissent penser qu'il aurait pu être empoisonné.

Le vice-président Calvin Coolidge lui succèdera.

Voir les commentaires

Rédigé par Marylis Costevec

Publié dans #histoire

Repost0

Publié le 19 Juillet 2020

Minaoued ou minahouet ?

 

Le minaouet, mot breton et le minahouet, mot français ont déjà fait couler beaucoup d’encre, suscité bien des débats et des discussions à Locmiquélic. Il faut dire que depuis très longtemps, les Locmiquélicains sont appelés les Minaouets (en gros jusqu’à la seconde guerre mondiale). Après, on a adopté le mot français : les Locmiquélicains sont devenus les Minahouets! Hé oui, tout évolue !

Il faut bien le dire, ces deux mots (le breton et le français) ont servi à nommer tellement d’objets que les habitants de Locmiquélic ne savent pas vraiment celui qui a servi à les « grailler » ! Enfin si, il y en a plein qui le savent. Le problème c’est qu’ils ne sont pas tous d’accord !

Un outil ? Quel outil ?

Les membres du Comité d’Histoire se sont penchés sur la question au début de ce siècle. Ils se sont aperçus que d’éminents spécialistes de l’histoire locale s’étaient déjà beaucoup interrogés un peu avant 1950. Différents témoignages avaient été alors répertoriés mais déjà à l’époque, on n’avait pas résolu le problème.

Le mystère restait entier et les tenants du minaouet breton (que l’on traduit par alène ou poinçon), s’opposaient à ceux qui croyaient mordicus qu’il s’agissait du minahouet, c’est-à-dire de la mailloche à fourrer les cordages (le seul outil qui porte encore ce nom). Et puis, il y avait ceux qui avaient entendu dire qu’il s’agissait d’un outil de calfat. C’était l’hypothèse la plus fréquente, ce qui ne veut pas dire que c’était la bonne ! Aujourd’hui, on pense souvent au maillet mais il faut avouer que le dit maillet ne ressemble pas beaucoup à l’outil évoqué alors par le chanoine Joachim Guillemoto. Fils d’un ouvrier du port, né à Pen Mané en 1908,  il décrivait, lui, « un instrument à manche tranchant [utilisé par les charpentiers et les calfats] ». Il s'agirait donc plutôt du fer à calfater (appelé aussi pataras mais pas minahouet), l'espèce de ciseau avec lequel on insérait l'étoupe dans les espaces entre les planches du bordé. C'est cet outil que certains autochtones appellent encore  minahouet. Nous vous en reparlerons !

 

Les images sont extraites de "C'était hier..."N° 5

 

Et si c'était un bateau ?

Et puis, on a totalement oublié l’hypothèse émise par Yves Le Diberder (1887-1959) qui s’est intéressé aux traditions populaires du Vannetais et qui enquêtait à Port-Louis entre 1913 et 1916.

En 1947, il affirmait :

 « J’ai entendu dire avant l’autre guerre que [le mot minaouet] s’appliquait aux pêcheurs de Locmiquélic, en raison de la forme aigüe de leurs nouvelles chaloupes sardinières (…) le haut de l’avant dépassait sensiblement la ligne de flottaison.

(…) »

 

Aujourd’hui, plus personne ne se souvient de bateaux appelés minaouets ! Léon Lucas, né en 1908 disait bien avoir commencé sa carrière sur des canots minahouets mais cela ne prouvait pas grand-chose !

Et puis EUREKA ! C’est dans la presse ancienne que nous avons trouvé la preuve que des bateaux avaient bien été ainsi appelés.

En effet, en consultant le supplément littéraire du journal Le Figaro du 6 août 1922 trouvé sur le site de la BNF, nous découvrons l’extrait d’une lettre envoyée du Port-Louis  par le peintre Paul Signac :

« Je peins ici des thoniers, des « minaouets » et l’eau verte des coureaux ; je dessine des poissons et des crustacés (…) ».

 

undefined
Le phare de Groix (Paul Signac, 1925) wikimédia, licence Creative Commons CC0

 

Nous considérons maintenant d’un autre œil le témoignage de Marcel Ménard (1951-2016), linguiste et journaliste qui, s’appuyant sur les relevés de Jean-Pierre Calloch, disait qu’à Groix, on appelait ainsi les pêcheurs côtiers et les bateaux sardiniers.

Gacht ! Nous voilà bien avancés ! Les pêcheurs étaient-ils ainsi nommés à cause de leurs bateaux ? ou les bateaux s’appelaient-ils ainsi parce qu’ils appartenaient aux Minaouets ?

Va savoir !!!

 

Pour tout savoir ou presque, sur le mot, les objets, le surnom, et leur histoire, procurez-vous le N° 5 (1911) de la revue « C’était hier… ». (rubrique contact ou messenger ou bon de commande ci-dessous)

Voir les commentaires

Rédigé par Marylis Costevec

Publié dans #patrimoine, #histoire, #Minahouets ?, #bateaux

Repost0

Publié le 3 Juillet 2020

 

L'élection du maire

Le vendredi 3 juillet 2020, Philippe Berthault a été élu maire de Locmiquélic avec 20 voix contre 5 à Nathalie Le Magueresse qui s'était portée candidate "par respect pour toutes les personnes qui ont voté pour la liste Locmiquélic Avenir, en témoignage de sa fidélité à LOCMIQUELIC (...) et de de sa vigilance à la mise en œuvre du programme de Monsieur Berthault et du positionnement dans sa gouvernance de Locmiquelic citoyenne pour les 6 ans à venir". 2 élus (Locmiquélic Citoyenne ?)  ont voté blanc.

Il a été ensuite procédé à l'élection des adjoints, que Monsieur Berthault a précisé avoir choisis pour leurs compétences.

Leurs délégations ont été attribuées lors du conseil municipal du 15 juillet

Les élus surlignés en bleu sont issus de la liste Berthaut du 1er tour

Les élus surlignés en jaune sont issus de la liste Prigent du 1ertour

:

1er adjoint, Stéphane Dréano, cadre supérieur de santé infirmier, 39 ans, chargé des affaires générale, sociales et solidaires ;

2ème adjoint, Sylvie Izaguirre, retraitée des affaires maritimes, 56 ans, chargée de l'environnement et du développement durable.

3ème adjoint, Didier Tanguy, officier à la retraite, 55 ans, chargé des finances, de la relance économique et des affaires portuaires.

4ème adjoint, Anne-Marie Corlay, retraitée enseignante, 62 ans, chargée de la culture et de la communication.

5ème adjoint, Éric Paturel, chef d’entreprise dans l’immobilier, 56 ans, chargé de l'urbanisme et du patrimoine.

6ème adjoint, Jacqueline Le Terrien, retraitée de la fonction publique, 66 ans, chargée du personnel, de l'enfance et de la jeunesse.

7ème adjoint, Jean-Claude Guidal, électromécanicien, 57 ans, chargé du sport.

8ème adjoint, Marie-Gabrielle Ribette. juriste, 59 ans, chargée des affaires scolaires et de la petite enfance.

 

Pour rappel photos des candidats de la liste de Philippe Berthault  avec un cercle jaune autour des adjoints.

Les autres élus de la majorité :
  1. Christian Cazeaux, 62 ans, retraité agent de maîtrise CTRL
  2. Jean-Yves Le Glouahec, 69 ans, retraité de la fonction publique, conseiller sortan
  3. Béatrice Du Chaffaut, 67 ans, infirmière libérale à la retraite 
  4. Annie Blaizot, 62 ans, retraitée chauffeur transport en commun 
  5.  Anne Le Lausque, 53 ans, infirmière hygiéniste 
  6. André Ruyet, 66 ans, retraité responsable technique 
  7.  Marie-José Le Quer, 57 ans, retraitée agent de la poste 
  8. Ronan Borgnic, 40 ans, sapeur-pompier professionnel 
  9. Danielle Toulemont, 72 ans, retraitée commerciale 
  10. Didier Le Magueresse, 67 ans, retraité DCNS 
  11. Nadine Queré, 68 ans, retraitée 

 

Les élus de la minorité :

Locmiquélic Avenir :

1 . Nathalie Le Magueresse, maire sortante

2 . Patrice Jéhanno, cuisinier, 47 ans, adjoint sortant ;

3 . Hélène Nio, secrétaire comptable OGEC, 47 ans, adjointe sortante   ;

4 . Benjamin Batard, sapeur-pompier professionnel, 41 ans ;

5 . Guylaine Le Kernec, sans activité professionnelle, 55 ans ;

 

Locmiquélic Citoyenne :

1 - Cécile Deprez, né(e) en 1973, Conseillère à l'emploi,

2 - Franck Gaubert, né en 1972, Professeur spécialisé des écoles

 

Cet article sera complété à partir des informations qui nous parviendront.

La presse en parle :

Le Télégramme (3 juillet 2020) :

Ouest-France (5 juillet 2020):

Locmiquélic. Philippe Berthault et ses adjoints prennent leurs fonctions

Le premier conseil municipal de la mandature s’est déroulé vendredi 3 juilllet 2020, à Locmiquélic (Morbihan). À l’ordre du jour, l’élection du maire et des adjoints. Philippe Berthault a été élu maire.

Devant : Marie-Gabrielle Ribette, Jacqueline Le Terrien, Philippe Berthault, Anne-Marie Corlay et Stéphane Dréano. Derrière : Didier Tanguy, Éric Pautrel, Sylvie Izaguirre et Jean-Claude Guidal.
Devant : Marie-Gabrielle Ribette, Jacqueline Le Terrien, Philippe Berthault, Anne-Marie Corlay et Stéphane Dréano. Derrière : Didier Tanguy, Éric Pautrel, Sylvie Izaguirre et Jean-Claude Guidal. | OUEST-FRANCE

Le public était plus nombreux qu’à l’accoutumée, vendredi 3 juillet 2020, à l’Artimon, pour le premier conseil d’après les élections. Deux têtes de listes se sont présentées pour l’élection du maire, Philippe Berthault, qui a remporté le second tour des élections avec sa liste « Avec et pour Locmiquélic 2020 », mais également Nathalie Le Magueresse, qui a pris la parole pour expliquer son choix.

 

« Ce soir, par respect pour toutes les personnes qui ont voté pour la liste Locmiquélic Avenir, que j’ai eu le plaisir de mener, et en témoignage de ma fidélité à Locmiquélic, je serai candidate à la fonction de maire. Je souhaite également que cette démarche soit le témoignage de ma vigilance pour les 6 ans à venir. » C’est sans surprise que Philippe Berthault a remporté le vote avec les 20 voix de son équipe. Nathalie Le Magueresse a eu cinq voix et deux votes blancs.

 

Élection des adjoints

Si leur fonction ne sera établie que lors du prochain conseil municipal, le 15 juillet 2020, à 19 h 30, l’unique liste qui s’est présentée a été élue (20 voix sur 27). Du 1er à la 8e adjointe ont ainsi été élus : Stéphane Dréano, Sylvie Izaguirre, Didier Tanguy, Anne-Marie Corlay, Éric Pautrel, Jacqueline Le Terrien, Jean-Claude Guidal et Marie-Gabrielle Ribette.

 

En clôture de conseil, Philippe Berthault a tenu à renouveler ses remerciements aux habitants et souligné que contrairement à ce qui a pu être dit, sa liste est sans étiquette : « Je voudrais également remercier l’ancien conseil municipal pour le travail accompli lors de ces six dernières années. Nous n’avons pas toujours été d’accord avec ce qui a été fait, mais comme je l’ai dit lors de mes réunions publiques de campagne : ce qui est fait est fait et ne sera pas défait. » Il indique également rester à disposition et à l’écoute des habitants. « Nous nous battrons bec et ongle pour que notre commune ne devienne pas la cité-dortoir de Lorient, mais au contraire une cité où il fait bon vivre. »

Voir les commentaires

Rédigé par Marylis Costevec

Publié dans #vie locale, #histoire

Repost0

Publié le 28 Juin 2020

La liste

"AVEC et POUR LOCMIQUELIC "

conduite par Ph. Berthault

l'a emporté avec 41,19 % des voix !

 

Une belle participation des Minahouets à la hauteur de leur intérêt pour la ville :
59,67 % ( 41,6 % en moyenne nationale)

Résultats du 2d tour

 

    % inscrits % votants
Inscrits 3325    
abstentions 1341 40,33  
votants 1984 59,67  
blancs 30 0,9 1,51
nuls 11 0,33 0,55
exprimés 1943 58,44 97,83

 

  voix % inscrits % exprimés
Avec et pour Locmiquélic (Philippe Berthault) 812 24,12 41,79
Locmiquélic avenir (Nathalie Le Magueresse) 727 21,86 37,42
Locmiquélic citoyenne (Cécile Deprez) 404 12,15 20,79

 

Les résultats par bureaux :

Le bureau 1 correspond au secteur de Pen Mané, Ty Douar, Kerderff traditionnellement ancré à gauche.

Le bureau 2 correspond au vieux village de Locmiquélic  (grande rue, Talhouant, Rollo, Gelin), Les Bruyères, Le Loch .... traditionnellement plutôt de droite ...

Le bureau 3 correspond à l'est de la commune  : rue Henri sellier, rue de l'église, Blum, Le Bourdiec, Kersabiec  ... traditionnellement à droite aussi ! ,...

Le découpage électoral de la commune effectué en 1989 est toujours en vigueur mais l'urbanisation s'est intensifiée.

 

  bureau 1  bureau 2 bureau 3
Avec et pour Locmiquélic (Philippe Berthault) 265 (37,22 %) 251 (40,55%) 296 (48,37 %)
Locmiquélic avenir (Nathalie Le Magueresse) 306 (42,98 %) 228 (36,83 %) 193 (31,54 %)
Locmiquélic citoyenne (Cécile Deprez) 141 (19,80 %) 140 (22,62 %) 123 (20,10 %)
Les élus :
liste AVEC et POUR LOCMIQUELIC
1. M. Philippe BERTHAULT  
2. Mme Sylvie IZAGUIRRE  
3. M. Stéphane DRÉANO  
4. Mme Jacqueline LE TERRIEN  
5. M. Eric PATUREL  
6. Mme Marie-Gabrielle RIBETTE  
7. M. Christian CAZEAUX  
8. Mme Anne-Marie CORLAY  
9. M. Jean-Yves LE GLOUAHEC  
10. Mme Béatrice DU CHAFFAUT  
11. M. Didier TANGUY  
12. Mme Annie BLAIZOT  
13. M. Jean-Claude GUIDAL  
14. Mme Anne LE LAUSQUE  
15. M. André RUYET  
16. Mme Marie-José LE QUER  
17. M. Ronan BORGNIC  
18. Mme Danielle TOULEMONT  
19. M. Didier LE MAGUERESSE  
20. Mme Nadine QUERRÉ
Liste LOCMIQUELIC AVENIR
1. Mme Nathalie LE MAGUERESSE  
2. M. Patrice JEHANNO  
3. Mme Hélène NIO  
4. M. Benjamin BATARD  
5. Mme Guylaine LE KERNEC
Liste LOCMIQUELIC CITOYENNE
1. Mme Cécile DEPREZ  
2. M. Franck GAUBERT

 

source : préfecture du Morbihan.

La presse en parle :

Ouest-France (28 juin 2020)

« Je remercie tous ceux qui nous font confiance. Je tiens à dire que nous travaillerons avec tout le monde, au sein du conseil municipal. Nous sommes contents, et un peu surpris, quand même. »

Philippe Berthault avec sa liste Avec et Pour Locmiquélic a gagné ces élections municipales de 2020, après une campagne « que je n’aurais pas crue si difficile humainement. Nous sommes là pour le bien de la commune. » Philippe Berthault y tient : « Nous ferons tout pour que Locmiquélic reste une commune à part entière et non une cité dortoir de Lorient. »

À l’annonce des résultats, salle Artimon. | OUEST-FRANCE

Avec et Pour Locmiquélic a réuni 41,79 % des voix. Une victoire facilitée sans doute par le fait que la liste menée par Marylène Prigent (21,33 % au premier tour) a fusionné avec celle de Philippe Berthault.

 

« Ils ont fait gagner la droite »

Nathalie Le Magueresse, la maire sortante, a réuni avec sa liste Locmiquélic Avenir, 37,42 % des voix. Une défaite qu’elle attribue pour sa part à la liste Locmiquélic Citoyenne.

 

En se maintenant, « ce sont eux qui ont fait gagner la droite à Locmiquélic. » Saluant la victoire de Philippe Berthault, Nathalie Le Magueresse s’est dit « triste et déçue. Mais pas effondrée. Nous siégerons dans l’opposition. »

 

« Une minorité constructive »

La liste Locmiquélic Citoyenne se dit aussi gagnante de ces élections municipales. Elle a séduit 20,79 % des électeurs. « Nous ne serons pas dans l’opposition, nous serons une minorité constructive. Nous continuerons à travailler collectivement à faire des propositions. » Le collectif, créé voici neuf mois, estime avoir fait bouger les lignes. « Nous avons gagné ce soir, c’est une belle première étape, et nous continuerons à nous faire le reflet de ce que les habitants attendent. » Le collectif pourrait créer une association et annonce déjà une convention citoyenne en septembre prochain.

 

Enfin, la démocratie a aussi gagné à Locmiquélic. La participation a été de 59,67 %.

Le télégramme (28 juin 2020)

Voir les commentaires

Rédigé par Marylis Costevec

Publié dans #vie locale, #histoire

Repost0