Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Marylis Costevec

Pendant l'ouverture du Camp Artistique éphémère au parc de Pen Mané, il a été convenu entre les organisateurs de ce camp et Soazig le Hénanff, guide conférencière de la zone portuaire, que celle ci animerait 3 visites commentées sur des sites proposés.

Le fort de Pen Mané était le dernier concerné*.

Le 17 septembre 2022, Soazig Le Hénanff, guide-conférencière, emmène une dizaine de personnes découvrir le fort de Pen-Mané à l'occasion des JEP 2022 (Journées du patrimoine)
La montée au fort (photo Joël Guillemoto)

La visite du 17 septembre 2022 débuta à 17 h pour un groupe de 10 personnes,

Soazig fit tout d'abord remarquer que le nom de fort est utilisé à tort : c'est plus exactement un retranchement ou corps de garde.

Elle expliqua ensuite comment après l'époque des châteaux forts, Louis XIV et son ministre Colbert cherchèrent à sécuriser de façon moderne les côtes françaises en général et bretonnes en particulier. Une visite de la région les convainquirent que c'était là au confluent des 2 rivières Scorff et Blavet, qu'il fallait renforcer la sécurité du territoire.

Le Fort de Pen Mané surplombe le confluent du Sorff et du Blavet (Maryl photos).

 

Au XVIIème siècle, la compagnie des Indes s'implanta brièvement au Port-Louis puis sur la pointe ouest d'une terre qui était sur la commune de Ploemeur. Le commerce de produits orientaux (étoffes, épices, porcelaines...) prospéra rapidement et fit des envieux, en particulier les Anglais.

La rade n'étant protégée que par la citadelle du Port Louis laissait à découvert les entrepôts de la compagnie des Indes.

Une attaque des Anglais échoua de justesse en 1746 quand ceux-ci débarquèrent au Pouldu et progressèrent jusqu'à l'emplacement des actuelles halles de Merville, non loin du lieu stratégique de la compagnie des Indes !

Soazig Le Hénanff rappelle aux visiteurs la naissance de Lorient et de la Compagnie des Indes, des sites qui justifieront l'édification du "fort" de Pen Mané.qui
maison de l'agglomération

Les autorités se rendirent alors compte que les incursions ennemies pouvaient venir de la mer de tous côtés, du Pouldu aux plages de Gâvres et Plouhinec. La protection qui s'imposait devait être dirigée vers le sud de façon à protéger les bâtiments de la compagnie et les bateaux qui mouillaient entre Pen Mané et la pointe du Faouédic (lieu actuel de la maison de l'agglomération).

Le retranchement fut érigé et occupé par une garnison de surveillance qui en cas de danger pouvaient faire appel aux nombreux gardes qui étaient casernés au Port-Louis.

Les projets de protection étaient importants mais malheureusement la compagnie fit faillite et ce retranchement resta en l'état.

Soazig s'est aussi attachée à décrire l'ouvrage et son fonctionnement.

Après cette grande partie concernant la naissance de la compagnie des Indes et les problèmes de sécurité qui se posèrent pendant le temps de son fonctionnement, Soazig exposa les différentes fonctions du lieu aux XIXème et XXème siècles.

Lorient étant devenu port militaire, le fort eut alors un rôle de protection de la rade et fut équipé d’armement lourd. Au début du XXème siècle, le fort est déclassé et une base TSF est mise en place avec 2 antennes radio

Elle fonctionna jusqu'à l'arrivée des Allemands pendant la guerre 39-45. Ils y mirent en service une base de démagnétisation destinée à protéger leurs sous-marins des nombreuses mines larguées aux abords de nos côtes.

Le bunker qui recevait le matériel qui commandait le système de démagnétisation.

 

Des années 1950 à 1985, le site resta à l'abandon et devint un lieu privilégié de jeu et de rencontre pour la jeunesse de Pen Mané.

Ce n'est qu'au début des années 80 que la municipalité décida de réhabiliter l'espace avec l'aide des chantiers nature et d'en faire un lieu qui nous fait revivre la grande histoire de la rade.

Dominique enregistre les propos de Soazig Le Hénanff pour radio-balises.

Texte : Rémy Ropert

Photos : Joël Guillemoto

* Pour voir le compte-rendu des deux autres visites du cycle, cliquer sur les liens ci-dessous

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article