"L'amour est un levier qui soulève le monde, (...) " par Philoména Georgeault-Jouan

Publié le par Marylis Costevec

Il y avait bien longtemps que nous vous avions proposé de poèmes écrits par notre figure locale : Philoména Georgeault-Jouan qui enseigna à Locmiquélic de 1881 à 1919. L'étude de ses écrits nous  apprend qu'elle lisait beaucoup de poésie. Elle cite volontiers Lamartine et Chateaubriand, admire Brizeux et fait souvent référence à des poètes de son époque qui ont été, comme elle, quelque peu oubliés. -

Le poème que vous allez lire a été écrit en réaction à l'un de ceux écrit par Georges Gillet (1855-1932) qui fut très prolifique et était sans doute assez connu ... en son temps !

 

CHOISIS TES FLEURS

 

A M. Georges Gillet en réponse à sa pièce Tristesse

 

« Et je n’espère plus qu’en la paix du tombeau »,

As-tu dit, pauvre frère, en secouant la tête.

« L’amour n’est qu’un désir qui hante le cerveau,

L’amitié c’est un leurre … » Oh ! malheureux, arrête !...

 

L’amour est un levier qui soulève le monde,

L’amitié, le doux baume adoucissant tout mal ;

Et, pour chasser de toi la tristesse profonde,

Rêve, chéris, espère et poursuis l’Idéal.

 

Aime !... mais sais choisir les fleurs dans ton parterre ;

Pour flatter l’odorat, ne prends pas le pavot :

Cueille plutôt le lis, la rose printanière :

Aspire leur parfum, tu verras ce qu’il vaut.

 

Eh bien ! ces fleurs, ami, ce sont des cœurs de femmes

Purs, modestes et grands, se laissant ignorer ;

Et, Georges, ces cœurs-là sont reliés à des âmes

Si belles ! qu’à genoux tu dois les adorer …

Ph. Georgeault-Jouan

A méditer ... pour la Saint Valentin qu'on ne fêtait pas ici en 1890, année où fut publié ce texte.

 

Publié dans poésie, femmes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article