Publié le 31 Mai 2022

Le SEA CLOUD SPIRIT...

SEA CLOUD SPIRIT est un voilier de croisière ... tout neuf ! Le trois-mâts mesure 135 mètres (hors tout) et bat pavillon maltais.

Baptisé le 3 septembre 2021 à Palma de Majorque, c'est de Civitavecchia (Italie) qu'il était parti le 14 septembre 2021 pour son voyage inaugural.

... en escale à Lorient

Et le dimanche 29 mai 2022, à 7 heures, il s'est amarré à Lorient pour le plaisir des yeux des riverains et des photographes (parti de Bilbao, il s'était déjà arrêté dans les ports de La Rochelle et Belle-île).

A bord 80 passagers britanniques, allemands, suisses, américains ... fortunés encadrés par 55 personnes* qui ont pu découvrir notre belle région.

Il a largué les amarres vers 16 heures et mis le cap sur Saint-Malo où il est arrivé ce matin (31 mai).

* le bateau peut accueillir jusqu'à 136 passagers et 85 membres d'équipage.

 

Prochaines escales : à Cherbourg, Le Havre et Caen.

 

Comme toujours, notre ami Alain Lanoë était là et il nous a autorisés à publier ses photos prises depuis Port-Louis (un grand merci !) :

(diaporama 6 photos à déguster sans modération) :

 

SEA CLOUD SPIRIT en rade de Lorient
SEA CLOUD SPIRIT en rade de Lorient
SEA CLOUD SPIRIT en rade de Lorient
SEA CLOUD SPIRIT en rade de Lorient
SEA CLOUD SPIRIT en rade de Lorient
SEA CLOUD SPIRIT en rade de Lorient

SEA CLOUD SPIRIT en rade de Lorient

Voir les commentaires

Rédigé par Marylis Costevec

Publié dans #bateaux

Repost0

Publié le 23 Mai 2022

Revoir l'Affiche

 

Comment ça s'est passé ?

 

Organiser et mener une visite guidée du cimetière sur le thème « Mémoires de guerre » était un peu risqué .. . mais nous avons osé et ce dimanche 22 mai, par un temps plus estival que printanier, c’est un groupe limité à 20 personnes que nous avons emmené dans les allées du "park an Dorze"* comme nos ancêtres appelaient ce lieu. Nous leur avons raconté des histoires :  des histoires pour sourire et des histoires émouvantes, des histoires pour se souvenir aussi.

* on disait aussi en Français "Le champ à Le Dorze", puisque c'est Le Dorze, cultivateur à Kerderff qui avait cédé une partie de son terrain.

 

 

La création du cimetière :

un événement-clé dans l'histoire de la commune

 

C’est devant la tombe d’Eugène Ropert (adjoint spécial de la section de Locmiquélic entre 1912et 1919) que nous avons fait le récit de  la création du cimetière décidée à la toute fin du XIXème siècle, un récit émaillé d’anecdotes qui ont rappelé la relation compliquée entre les représentants des Culs-Salés (surnom des Riantécois) et des Minahouets de l’époque ainsi qu’entre les Républicains et les Cléricaux.

 

Une pause devant une des plus anciennes tombes avec clôture en fer forgé (à l'état d'abandon : patrimoine à conserver ?) Photo Alain Coviaux
 

Mémoires de guerre :

focus sur la seconde guerre mondiale

Nous avons ensuite accompagnés les participants sur les sépultures de personnalités qui ont eu un rôle particulier pendant la seconde guerre mondiale.

Devant la tombe d'Alexandre Pahun, qu s'occupa du ravitaillement  en 1944-45, une Belle-Iloise s'est souvenue qu'on avait chargé un bateau avec les produits de l'île à destination de Locmiquélic. (photo Alain Coviaux)
 

Les visiteurs ont découvert ou se sont remémoré des histoires singulières d’exode, de résistance, de dévouement, des destins liés à cette période compliquée de l’histoire nationale :

Marie-Jeanne et Maurice Philippe (exode et résistance), Emile et Aline Thépaut (résistance et déportation), Joseph Le Tréquesser (résistance, fusillé de la citadelle), Adolphe Gabellec (résistant), Basilio et Eugénie Bottecchia (victimes civiles des bombardements de 43), Maurice Le Golvan (résistant), Louis Babin (soldat), Roger Trémaré (instituteur, soldat prisonnier de guerre), Marguerite Le Bot (institutrice , école repliée à Séréac)

Nolwenn nous parle de l'engagement de ses grands-parents, au maquis de Guénin, des conditions  de la réclusion de sa grand-mère (Aline Thépaut) au fort de Penthièvre ainsi que de la déportation de son grand-père, Emile Thépaut au Struthof, puis à Buckenval et à Dachau.
 

Un moment de réflexion : Qu'est-ce qui fait que l'on devient Résistant plutôt que bourrreau ? (photos : les flâneurs)

 

C'est ainsi, par l'histoire des Minahouets, que nous aimons entrer  et vous faire entrer dans l'Histoire de la France et du monde.

 

 Les Flâneurs, compagnons en poésie ont ponctué le parcours en lisant des textes de Victor Hugo (Le cimetière de ***), Robert Desnos (Le cimetière), Falmarès (Le réfugié poétique), Apollinaire (Désir)  René Guy Cadou (Les fusillés de Châteaubriand), Fred Massardier (Gentioux).

 

La visite s’est achevée devant le monument aux morts et ses symboles

en écoutant les vers de Charlotte Delbo, rescapée des camps d’Auschwitz et Ravensbruck :

 

 « Faites quelque chose

Apprenez un pas, une danse

Apprenez à marcher et à rire

parce que ce serait trop bête

à la fin

que tous soient morts

et que vous viviez

sans rien faire de votre vie. »

 

photo Les Flâneurs

 Faites quelque chose et ne les oubliez pas ...

Merci à Annick, à Babeth, à Paule et à Patricia

pour leur choix de textes et leurs lectures !

Merci à Nolwenn pour son témoignage

et merci à tous les participants.

 

Merci à Alain Coviaux pour l'article publié dans le télégramme :

 

Voir les commentaires

Rédigé par Marylis Costevec

Repost0

Publié le 21 Mai 2022

Rédigé par Jean Lévy

Repost2

Publié le 20 Mai 2022

"On était jeunes, on était amoureux" disait-elle.

Ils se sont aimés. Ils se sont mariés le 14 avril 1941 à Locmiquélic. Elle était réfugiée. Il était Minahouet et habitait "les trois couleurs" (Quel symbole !)

Marie-Jeanne nous a quittés il y a 3 ans. Elle nous avait confié ses mémoires et nous les évoquerons ce dimanche 22 mai lors de l'événement que nous avons programmé dans le cadre du "printemps des cimetières" dont le thème est cette année

"Mémoires de guerre au cimetière"

En achevant la préparation de cette animation, après nous être intéressés à l'histoire de Marie-Jeanne et Maurice, à celle  d'Emile et Aline, de Joseph, d'Adolphe, de Marguerite, de Louis, de Roger ... ces hommes et ces femmes qui se sont battus à leur façon pendant la seconde guerre mondiale ... nous retenons

une formidable leçon de vie et d'espoir.

"Le Comité d'Histoire" et "les Flâneurs, compagnons en poésie" vous attendent

 dimanche 22 mai 2022 à 16 h. N'oubliez pas de réserver :

06 77 40 89 33

Voir les commentaires

Rédigé par Marylis Costevec

Publié dans #La guerre 39-45, #Personnages

Repost0

Publié le 17 Mai 2022

"L'Homme Intègre" pour ses collègues, "La Pipe" pour ses élèves, son nom de naissance parle aux passagers du bateau-bus de Pen-Mané et à beaucoup de Minahouets nés pendant la seconde guerre mondiale et avant.

Né en 1906 à Lorient, il a vécu à Locmiquélic de 1929 à 1952 avec une longue interruption entre 1939 et 1945.

Nous vous raconterons son histoire (nous la tenons de sa fille avec laquelle nous avons longuement correspondu), l'histoire des prisonniers de guerre et quelques autres, des destins qui nous permettront d'évoquer la seconde guerre mondiale, une période bien compliquée.

Les FLÂNEURS, compagnons en poésie nous offriront quelques intermèdes poétiques.

Rendez-vous le dimanche 22 mai 2022 à 16 h sur le parking près du cimetière.

Réservation 06 77 40 89 33

 

Voir les commentaires

Rédigé par Marylis Costevec

Publié dans #La guerre 39-45, #Personnages

Repost0

Publié le 11 Mai 2022

En mai 1994, une plaque commémorant la mort du soldat Louis Babin est apposée sur le mur d'une ferme des Ardennes belges.

Né à Kervignac en 1911, il était venu habiter à Locmiquélic (Talhouet).

Nous vous raconterons son histoire et quelques autres lors de la visite du cimetière que notre association organise dans le cadre du printemps des cimetières le 22 mai prochain.

La manifestation nationale mettra en évidence les mémoires de guerre et à Locmiquélic, nous mettrons plus particulièrement l'accent sur les événements de la seconde guerre mondiale en nous penchant sur les sépultures de personnes connues ou oubliées (résistants, victimes civiles, prisonniers  de guerre, déportés, simples citoyens...)

Organisation CHL avec la participation des FLÂNEURS, compagnons en poésie.

La mémoire d'un soldat de Locmiquélic honorée en Belgique

Pour avoir une idée de contexte de la disparition de Louis Babin, nous vous invitons à lire ou relire le roman de Pierre Lemaître :

"miroir de nos peines"

et plus particulièrement les pages qui racontent la fuite de l'armée française devant les troupes allemandes dans les Ardennes.

Voir les commentaires

Rédigé par Marylis Costevec

Repost0

Publié le 8 Mai 2022

Nous commémorons aujourd'hui, 8  mai 2022, le 77ème anniversaire de la reddition de l'Allemagne nazie et la libération de la poche de Lorient.

Le 22 mai prochain, le Comité d'Histoire racontera quelques épisodes impliquant des Minahouets dans le cadre de l'événement national :

"Mémoires de guerre au cimetière"

avec la participation de nos amis

  Les Flâneurs, compagnons en poésie

Rendez-vous à 16 heures sur le parking rue du général   Moller

(Jauge limitée pour respecter le lieu,

réservation :  06 77 40 89 33)

 

Voir les commentaires

Rédigé par Marylis Costevec

Publié dans #Histoire Nationale., #La guerre 39-45, #La Grande guerre

Repost0

Publié le 30 Avril 2022

Mise à jour 2022
 
La branche de « mai »

 

Renaissance

d'une jolie tradition

Dans le cadre du festival Beltan

(https://www.facebook.com/lefestivalquituelhiver/)

que le mai soit fait !

Samedi 30 avril 2022, Locmiquelic : promenade musicale à partir de 17h depuis le jardin du rade 'n Rol, grande rue et  dépose des branches d'aubépine aux maisons.

Photo Joël Guillemoto (30 avril 2022)

Même à Locmiquélic où on a à cœur de faire vivre les traditions, il est une coutume qui nous venait de la nuit des temps dont on était en train de perdre jusqu’au souvenir en l’espace d’une génération.

Et voilà qu"une prise de conscience généralisée est en passe de la faire renaître un peu partout sous un mode festif et un peu différent.  Ici et là, les associations organisent des randonnées contées  et/ou musicales et parcourent les sentiers et les villages.

En 2021, à Locmiquélic, quelques habitants qui ne connaissaient pas la coutume ont été quelque peu surpris, les autres ont été ravis :

En effet, dès 2020, l'équipe du festival Beltan, désolée d'avoir dû annuler son événement habituel, a décidé de renouer avec la tradition et de venir, en chantant, accrocher des branches d'aubépine aux portails des Minahouets.

En 2022, Le festival a pu être à nouveau organisé et la pose de la branche de mai fait partie du programme.

 

 

Un peu d'histoire

Il n’y a pas si longtemps, la veille du 1er mai, on cueillait ici une branche d’aubépine juste fleurie et on l’accrochait au volet ou à la gouttière pour protéger l’habitation et ses habitants. Ailleurs, il s’agissait d’une branche de hêtre aux feuilles fraîchement écloses, parfois du bouleau ou du genêt.

Ce rituel pratiqué dans le Morbihan, le long des vallées du Scorff et du Blavet jusqu’au-delà de Pontivy et jusqu’autour du golfe du Morbihan marquait la fin de la saison sombre (kala-gouianv) et le début de la saison claire (kala-mae), les deux saisons du calendrier celtique. On célébrait ainsi le renouveau de la nature.

Pour éloigner le mauvais sort, dans un passé plus lointain, le « mai » était aussi, semble-t-il, apposé sur les étables, les poulaillers, les granges et les entrées de champs … Des pratiques semblables existeraient également en Irlande et en Cornouailles britanniques.

Superstitions, direz-vous. Certes, mais après tout, pas plus que la tradition du muguet qui fait l’objet de publicité parce qu’il y a des intérêts commerciaux à la clé.

Alors désormais, pourquoi ne cueilleriez-vous pas quelques rameaux pour les placer sur votre maison et celles de vos voisins, histoire de rappeler les pratiques d’autrefois. Une belle attention qui ne coûte rien !*

 

 

Pour en savoir plus sur cette tradition inscrite au « patrimoine culturel immatériel de la France » :

*Une lectrice nous signale que ce rituel est toujours pratiqué autour de Bubry et de Melrand. Merci Pascale

Voir les commentaires

Rédigé par Marylis Costevec

Publié dans #fêtes calendaires, #traditions

Repost0

Publié le 30 Avril 2022

Nous discutions tranquillement à Talhouant (Sainte-Catherine) après une violente averse lorsque nous avons remarqué une intense activité devant le local du club de plongée :

Un groupe de jeunes s'affairaient avant de se lancer à l'eau pour leur deuxième leçon.

Nous les avons longuement observés et écouté les consignes des moniteurs... et saisi notre appareil photo ! :

ACTE I  : saut droit avec tuba

2ème leçon de plongée à Sainte-Catherine

 

Un pas en avant...

... et plouf !

Tout va bien !

Quelques longueurs...

 

ACTE II : saut droit avec bouteilles

Comment ajuster

la ceinture de plomb

Comment se servir des bouteilles...

déplacement ...en canard !

 

Derniers ajustements...

Regarder droit devant !

Plouf !

Tous à l'eau !

une petite statue de la Liberté a été dressée sur le port de locmiquélic pour rappeler que l'Isère, le bateau qui transporta l'oeuvre de Bartoldi à New-York repose près du môle de Sainte-Catherine.
Encore quelques séances avant d'aller explorer l'épave de l'Isère, l'Isère, ce bateau qui transporta la statue de la liberté et qui repose là tout près du môle...

Cela vous tente ?

Crédit photos : Marylis Costevec

 

Voir les commentaires

Rédigé par Marylis Costevec

Repost0

Publié le 25 Avril 2022

 

Organisée par le Comité d’Histoire, cette rencontre a été suivie par une cinquantaine de personnes.

Les unes étaient ravies de se rappeler l’ambiance de ce lieu autrefois très actif autour de la pêche, des ateliers de réparations, du chantier naval Querrien, des transports maritimes. Les autres, nouvellement arrivées dans la commune, très curieuses de découvrir un quartier identifié par ce nom breton dont l’origine a été expliquée par Benoît, membre du « Klub Douar Santel ».

Les participants pouvaient aussi consulter les anciens plans de Locmiquélic où Talhouant n’était qu’une pointe déserte, ainsi que de nombreuses photos témoignant de l’activité de ce petit port (bateaux de pêche amarrés à quai et vedettes jaunes présentes à tout moment sur la rade).

Après avoir été attentifs aux informations données par le Comité » , les participants ont constitué des petits groupes afin de laisser libre cours à leurs souvenirs.

Nous avons eu la surprise de rencontrer des petits enfants d’anciens Minahouets venus de Lorient, Ploemeur, Quiberon… nous révélant ce que Talhouant représente pour eux …

Texte : Rémy Ropert

photos : Joël Guillemoto

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Marylis Costevec

Repost0