Publié le 15 Mars 2022

Il est loin le temps où les corsaires ramenaient leurs prises à Port-Louis et Lorient.

La présence de L'ETOILE DU ROY à Keroman (mars 2022) est l'occasion de rappeler cette période de notre histoire.

  L'ETOILE DU ROY 

Etoile du Roy est la réplique d’une frégate Corsaire britannique du XVIIIème siècle, le HMS BLANFORD, un trois-mâts carré de 46 mètres. Il était armé de 20 canons et accueillait 236 hommes d’équipage à son bord.
 
L'Etoile du Roy en escale technique à Lorient Keroman (17 mars 2022)

 

Construit en 1996 en Turquie pour les besoins du cinéma, l'ETOILE DU ROY fut alors baptisé GRAND TURK

Depuis 2010, il appartient à "ETOILE MARINE croisières" qui l'a rebaptisé. Des réceptions y sont organisées et le bateau sert aussi régulièrement de cadre pour le cinéma.

Le 7 mars 2022, il quitte Saint-Malo son port d'attache et s'arrête à Lorient pour une escale technique d'une semaine avant de rallier la Méditerranée pour le tournage d'un film.

A sec sur le chantier de Keroman le 17 mars 2022 (Photo D. SCHMITT)

Après une semaine passée sur le slipway de Kéroman, il a repris contact avec l'eau de mer le 18 mars et à quitté la rade le 19 mars au matin. Le 26 mars, il arrive à Cadix.

l'Etoile du Roy, navire corsaire, à Lorient-Kéroman le 9 mars 2022

 

Cette présence à Lorient de la réplique d'un corsaire britannique est pour nous l'occasion de rappeler le temps où l'Anglais était l'ennemi et où nos corsaires arrivaient en rade avec des bateaux marchands ou les frégates ennemies qu'ils avaient capturées.

 

LORIENT, port corsaire ? 

Un corsaire n'est pas un pirate !

Le pirate (ou le forban) est un hors-la-loi qui écume les mers, arraisonne des bateaux marchands (de préférence) et les pille pour son propre compte.

Le corsaire pratique la guerre de course pour le compte des gouvernements. Le but est d'affaiblir l'économie des pays ennemis en s'attaquant aux bateaux de commerce.  C'est une activité légale (nuance !).

Corsaires
en rade de Lorient ?

Si les armateurs port-louisiens ou lorientais n'ont pas beaucoup armé à la course, la rade a tout de même accueilli de nombreux vaisseaux corsaires qui venaient y ramener leurs prises pendant les guerres du XVIIIème siècle :

 

- guerre de succession d'Autriche (1744-1748)

Seize corsaires y ramenèrent leurs 25 prises. Ils étaient armés à Grandville, Saint Malo, Nantes mais aussi Bayonne, Bordeaux et Saint-Sébastien.

On y a vu aussi des vaisseaux du roi (11 frégates pour 16 prises).

- guerre de sept ans (1756-1763)

22 prises effectuées par 11 vaisseaux armés dans les ports extérieurs (Saint-Malo majoritairement mais aussi Brest, Nantes, La Rochelle, Bordeaux) ont été ramenées en rade.

Par ailleurs, 16 frégates du roi ont dirigé leurs prises sur Port-Louis.

- guerre d'indépendance américaine (1778-1783)

C'est la période où l'activité a été la plus intense.

Les corsaires locaux ont été plus nombreux et plus efficaces mais la plupart des prises y ont cependant  été amenées par des vaisseaux armés à Dunkerque, Granville, Le Havre, Saint Malo et Morlaix. On a aussi vu des bateaux armés à Boston, Philadelphie et Baltimore. Les frégates du roi et celles de l'armée américaine y ont aussi joué un grand rôle

Pendant ce confit, les vaisseaux français ont escorté 96 prises et les vaisseaux américains 26.

 

MERCi à l'ETOILE du ROY

de nous rappeler ces pages de notre histoire

L'Etoile du Roy à Kéroman le 9 mars 2022
L'Etoile du Roy sous voiles, le 30 mai 2019 à Baden (semaine du golfe)

 

Sources :

P. Thomas-Lacroix,

https://www.shabretagne.com/document/article/2563/La-guerre-de-course-dans-les-ports-des-amirautes-de-Vannes-et-de-Lorient-1744-1783

Voir les commentaires

Rédigé par Marylis Costevec

Repost0

Publié le 13 Mars 2022

L'éphémère...

un thème qui parle aux passionnés d'histoire que nous sommes, nous qui tentons de retrouver, de conserver l'histoire de notre petit coin de terre et de la resituer dans l'histoire du monde.

Tout passe, tout s'efface... un poème de Philoména-Georgeault-Jouan pour le printemps des poètes.

L'éphémère, une question que l'on trouve aussi au coeur de l'oeuvre de Philoména Georgeault-Jouan.

En cette édition, nous vous proposons ce poème tiré du recueil "rêves, sourires, larmes" publié en 1890 que vous pouvez vous procurer en contactant le Comité d'Histoire de Locmiquélic.

L’IMMORTELLE

 

Immortelle,

Fleur si belle !

Que ma main cueillit pour elle :

Deviens, ainsi que notre amour,

Plus durable de jour en jour.

Immortelle,

Fleur si belle !

 

A l’automne,

Sœur mignonne,

Toi seule, dans ma couronne,

Conservera cette fraîcheur

Qui ramène un sourire au cœur,

A l’automne,

Sœur mignonne

 

Quand la glace

Se prélasse,

Baise la rose et la casse,

De l’hiver tu nargues l’affront ;

Tu as la quiétude au front,

Quand la glace

Se prélasse

 

Oui, tout passe,

Tout s’efface ;

Floréal franchit l’espace.

Dans les prés naissent mille fleurs

Qui m’embaument de leurs senteurs.

Oui, tout passe

Tout s’efface.

 

Immortelle,

Fleur si belle !

Que ma main cueillit pour elle,

Toi seule, à jamais et toujours,

Seras mes premières amours,

Immortelle,

Fleur si belle !

 

Nous vous proposons aussi de relire un poème d'Adolphine Bonnet que Madame Georgeault faisait apprendre à ses élèves, nos ancêtres .

Une page de "L'écrin scolaire"petite anthologie éditée par Philoména Georgeault-Jouan en 1897.

Mais qui était Adolphine Bonnet qui inspira beaucoup Philoména Georgeault-Jouan ?

Pour le savoir, cliquez sur le lien ci-dessous :

Lire la suite

Rédigé par Marylis Costevec

Repost0

Publié le 6 Mars 2022

En feuilletant la presse locale de 1922, nous découvrons dans les Nouvelles de Lorient, du Morbihan, de Bretagne et de l'Ouest  du 26/02/1922 cet article qui laisse songeuse et songeur :

 

Le chroniqueur de l'époque n'imaginait sans doute pas qu'il faudrait attendre 1979, donc beaucoup, beaucoup de lundis, pour que cela se réalise !

source BNF gallica
Par Renate Schmid — https://opc.mfo.de/detail?photo_id=7800, CC BY-SA 2.0 de, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=11209318
Yvonne Choquet-Bruhat en 2006

La première femme élue à l'Académie des Sciences (fondée par Colbert en 1666) ne fut pas Marie Curie mais la mathématicienne Yvonne Choquet-Bruhat (née en 1923).

(En 2019, elles étaient 31 sur 271)

 

photo Renate Schmid — https://opc.mfo.de/detail?photo_id=7800, CC BY-SA 2.0 de, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=11209318

 

Et elle sera suivie par l'écrivaine Marguerite Yourcenar (1903-1987) qui sera élue en 1980 à l'Académie Française (fondée en 1635)

A ce jour, 10 ont été élues, 6 y siègent actuellement (sur 40 membres).

 

 

 

Marguerite Yourcenar en 1982 par Bernhard De Grendel — Travail personnel, CC BY-SA 4.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=54862090

 

https://www.academie-sciences.fr/fr/Seances-publiques/5-a-7-femmes-de-sciences-oubliees.htm

lhttps://www.academie-francaise.fr/les-immortels/les-quarante-aujourdhui?genre=2&trier_par=election_asc

 

Le saviez- vous ?

Il y a 5 académies sous la coupole de l'institut de France

féminisme : "Sur la route immortelle", patience et longueur de temps ...
Photo de elijahdhiett sur Unsplash

Pour en savoir plus,

cliquez sur le lien ci-dessous :

 

Voir les commentaires

Rédigé par Marylis Costevec

Publié dans #femmes

Repost0

Publié le 2 Mars 2022

POLA ARIAKE à Kergroise Port de De commerce de Lorient, le 2 mars 2022. Il décharge du tournesol ukrainien.
POLA ARIAKE vu de PenMané

Ceux qui suivent un tantinet notre blog savent bien que le port de Kergroise accueille régulièrement des cargos chargés de céréales venues d'Ukraine.

Actuellement, c'est POLA ARIAKE (180 mètres, pavillon panaméen) qui vient de se délester de 25145 tonnes de tourteaux de tournesol  qu'il avait chargées à NIKA TERA , un port ukrainien. Il s'est amarré à Lorient le 27 février après 13 jours de voyage.  Son départ était prévu le 3 mars.
POLA ARIAKE vu de Sainte-Catherine

Nous apprenons dans Ouest-France paru ce 3 mars que le cargo qui appartient à la compagnie ministérielle russe des transports a été consigné à quai.

L'équipage (une vingtaine de marins ukrainiens et russes) peut circuler librement. Le cargo déchargé devrait être "déhalé" en amont pour laisser place aux navires attendus. On n'a sans doute pas fini de le voir.

Affaire à suivre...

OIOIO

Le mercredi 2 mars, KARLA C, un cargo de 106 mètres, battant pavillon portugais a largué les amarres et se dirige vers Bordeaux.

Il a déchargé 6210 tonnes de ciment.

KARLA C (à Kergroise le 2 mars 2022

 

A noter, une visite plus inhabituelle

Le JOSEPH ROTY II, un navire usine en escale technique.

Immatriculé à Saint Malo, le JOSEPH ROTY II (91 mètres) embarque une cinquantaine de marins. Il pêche le merlan bleu qu'il transforme à bord en pâte à surimi. Sa dernière campagne a duré une quarantaine de jours.

 

Joseph Roty II, navire usine de la Compagnie des pêches de Saint Malo en escale tehnique à Lorient le 2 mars 2022..

Joseph Roty II a appareillé le 4 mars en fin de matinée après 3 jours à quai

cap à l'Ouest vers les zones de pêche

une autre histoire à suivre ...

 https://www.ouest-france.fr/bretagne/saint-malo-35400/saint-malo-le-joseph-roty-ii-a-mis-le-cap-sur-le-golfe-de-gascogne-bc526af4-7475-11ec-a548-b13536dd6bba

Voir les commentaires

Rédigé par Marylis Costevec

Publié dans #bateaux, #commerce

Repost0

Publié le 1 Mars 2022

Après les réjouissances du Mardi-Gras où autrefois tout était permis ou presque, s'ouvre pour les catholiques une longue période d'abstinence qui commence le Mercredi des Cendres pour se terminer le dimanche de Pâques. 

Statuette en faïence blanche, réalisée par l'atelier Graindorge à Dinan d'après une sculpture d'Auguste(collection Musée de Bretagne) Nayel
Saint Jean Baptiste,

Ces 47 jours qui rappellent le jeûne de Saint-Jean Baptiste dans le désert s'appelle le carême.

S'il fut une période où le jeûne était de rigueur, les paroissiens se sont progressivement affranchis de l'obligation qui leur était faite.

En 1922, le chroniqueur H. Lautard remarque que, si autrefois le carême était pratiqué "même par les gens les moins scrupuleux",  il n'est pas sûr que les Chrétiens soient disposés à se priver après les années de guerre.

Il écrit alors dans l'Ouest Républicain du 5 mars 1922 :

" Aujourd'hui nous en prenons à notre aise. Nous ne refusons pas d'aller au Ciel mais nous voulons y aller en pantoufles. Et le carême est réduit à bien peu de choses."

Le Saint Jean Baptiste d'Auguste Nayel (1845-1909) réalisé en faïence par la faïencerie Graindorge à Dinan  (licence CC0, coll. Musée de Bretagne)

 

Le règlement prescrit par l'évêque de Vannes est publié dans le même journal :

Le règlement du carême en 1922

On a vraiment le sentiment que pour bien des gens du petit peuple, donc de Locmiquélic, cela ne va guère changer des habitudes... Pour certains, c'était carême toute l'année !

Ce que ne manque pas de remarquer l'humoriste qui dessine pour le supplément illustré du dimanche du PETIT JOURNAL :

source : BNF gallica

 

Voir les commentaires

Rédigé par Marylis Costevec

Publié dans #fêtes calendaires, #traditions

Repost0

Publié le 1 Mars 2022

Les belles images de Piwizy Armor prises lors de la régate d'entraînement du CNML (Club Nautique des Minahouets de Locmiquélic) le 27 février 2022

...........................................................................................................................

Voir les commentaires

Rédigé par Marylis Costevec

Repost0

Publié le 23 Février 2022

Le 25 février 2021, Locmiquélic apprenait le décès de Blanche HENRIO (née LE BIHAN). Elle avait 96 ans.

Et chacun de se souvenir et de lui rendre hommage :

« une femme formidable, dynamique, gentille, qui aimait partager, toujours au service des gens…

-  une femme qui m’a beaucoup appris … 

- une Grande Dame...»

On s’est rappelé l’avoir croisée à la bibliothèque municipale, aux bals costumés des écoles … On l’a revue accompagnant les promenades scolaires et  dans le car qui menait les enfants aux cours de natation qu'elle avait organisés à la piscine d’Auray.

 

On s'est souvenu de sa présence au centre culturel qu’elle a contribué à créer et où elle fut animatrice. Les ateliers de travaux manuels qui y fonctionnaient sous sa houlette depuis 1973 (au sein du Comité de coordination des oeuvres scolaires et post-scolaires des écoles publiques) furent intégrés au PLL (Patronage Laïque) en 1990 : la section ART et TRADITION qui fonctionne toujours était née.

Elle est élue au conseil municipal en 1959 et, en 1965 elle sera la première femme à occuper un poste d’adjointe à Locmiquélic, celui des affaires sociales.

une séance de travail du conseil municipal

 

Elle travailla à la création du premier foyer logement du canton devenu un Ehpad, établissement où elle décida de terminer sa vie, une vie bien remplie.

 

Le 2 décembre 2021, le conseil municipal décidait d’honorer sa mémoire en donnant son nom à l’une des rues du petit lotissement qui sera construit en face de l’école publique.

Une décision saluée par tous et en particulier par le Comité d'Histoire qui ne manquait pas de faire appel à ses témoignages (Son mari, Roger Henrio en a été un des membres fondateurs).

Merci  Blanche.

Voir les commentaires

Rédigé par Marylis Costevec

Publié dans #Personnages, #femmes

Repost0

Publié le 14 Février 2022

Une visite inopinée de ce beau trois-mâts nous offre l'occasion de parler de ce nom emblématique qui parle particulièrement aux habitants de Locmiquélic.

LE FRANÇAIS

Construit au Danemark en 1948, il naviguait autrefois sous le nom de Kaskelot.

En 2018, son nouveau propriétaire (Frédéric Lescure) l'a baptisé LE FRANÇAIS, en hommage au bateau de Jean-Baptiste Charcot. C'est sur ce trois-mâts de 32 mètres qu'en 1904 l'explorateur navigua jusqu'en Antarctique (une expédition de 9 mois). Le bateau qui avait bien failli s'appeler "POURQUOI PAS ?" comme les précédents navires du navigateur (un nom plus célèbre) fut vendu à la fin du voyage.

Sur LE FRANÇAIS de l'époque, parmi les 19 membres de l'équipage, il y avait un jeune matelot qui a laissé des souvenirs à Locmiquélic et qui y est enterré, un matelot qui a suivi les traces de son capitaine et mené (en 1908), avec son frère Henri, une expédition dans les mers australes qui lui permit d'explorer et de cartographier les Îles Kerguelen :

Raymond Rallier du Baty (1881-1978).

 

Par Georges Clerc-Rampal — Clerc-Rampal, G. (1913) Mer : la Mer Dans la Nature, la Mer et l'Homme, Paris : Librairie Larousse, p. 16, Domaine public, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=43141105

 

LE FRANÇAIS d'aujourd'hui

Le Français à Lorient Kéroman le 13 février 2022.

LE FRANÇAIS d'aujourd'hui (47 mètres) s'inscrit dans la lignée du commandant Charcot et s'est donné comme mission de faire connaître, aimer, respecter les pôles et sensibiliser sur le réchauffement climatique.

Il est très présent dans les ports et sur les côtes françaises et européennes où il mène une activité pédagogique en accueillant à bord des visiteurs grand public et des élèves.

Il projette des expéditions scientifiques  (tous les deux ans ) en région polaire pour effectuer "des campagnes de mesure (...) en partenariat avec les instituts de recherche".

https://lefrancaistemoindespoles.fr/

grimper dans la mâture, sous la pluie (13 février 2022 à Lorient-Kéroman)

 

L'escale technique

A partir du 17 février, il a été procédé au démâtage du navire qui a été sorti de l'eau le 21 février.

Bientôt un bateau tout beau !

 

Pour en savoir plus sur l'histoire du bateau amarré aujourd'hui (13 février 2022) à Lorient-Kéroman, cliquez sur le lien ci-dessous. Vous découvrirez les photos et pourrez lire l'article écrit lors de son passage à Lorient en juillet 2021.

Voir les commentaires

Rédigé par Marylis Costevec

Publié dans #patrimoine, #bateaux, #histoire maritime, #vieux gréements

Repost0

Publié le 12 Février 2022

Hier,

Bien sûr, ce n'est plus comme avant, du temps où les ménagères se retrouvaient dans la rue des lavoirs avec leurs cabas et paniers.

On y trouvait tout. On achetait aussi bien les torchons ou le dernier ustensile-miracle du camelot (toujours très entouré) que la pièce de tissu qu'on apporterait chez la couturière qui vous confectionnerait une robe à vos mesures. On emportait les légumes ou le pâté, le steak de cheval ou les petits biscuits surmontés d'un tortillon de sucre rose, jaune ou vert, les chaussettes et les bas,  les casquettes et les bérets basques, les caleçons et les gilets molletonnés bien chauds et les corsets roses à lacets, et puis la blouse, forcément, l'indispensable blouse qui protégeait les vêtements...

il y avait aussi la boutique à 100 francs où vous trouviez les aiguilles et les boutons, les piles ou les peignes, les pinces et les barrettes, les briquets et les cordes à sauter, les pousse-pousse et les billes, les boules et les balles...

(...)

Aujourd'hui

C'est juste un petit marché dans la grande rue, un petit marché alimentaire apprécié surtout des retraité.e.s qui s'offrent un brin de causette avec les commerçants et les connaissances en remplissant leur panier.

Ce vendredi 11 février, il faisait un peu frisquet avec un ciel bien dégagé, de quoi nous inciter à acheter les charentaises pour réchauffer nos petons en rentrant (fallait en profiter, la marchande n'est pas toujours là !)

On trouvait aussi tout ce qu'il faut pour les repas du week-end : le fromage et la charcuterie, les légumes de saison qui n'avaient pas traversé les océans, du chou de Lorient, des carottes, des patates et des oignons (à nous le friko kaol)...

...les huîtres de la rivière d'Etel (Tiens ! Une nouvelle tête mais les mêmes huîtres qu'avant!).

Il fallait un peu patienter pour emporter les crêpes, la tradition du vendredi...

Un p'tit tour au marché ? C'est le vendredi matin à Locmiquélic !
Un p'tit tour au marché ? C'est le vendredi matin à Locmiquélic !

 

Et comment résister aux odeurs exotiques qui se répandent autour de l'étal de Fordice Juvenal Bama, le traiteur congolais (Congo Brazzaville !) qui fait voyager les papilles en vous proposant poulet yassa ou au curry, mafé, tajine, couscous, acras et de délicieux mini-chaussons aux pommes sucrés-salés ?...

 

Le marchand de fruits avait pris des vacances alors pour le dessert, les gourmands se sont offert une part du gâteau breton aux myrtilles proposé par ... le charcutier !

C'est sympa le marché ! Prenez un peu de temps et ... VENEZ !!!

Voir les commentaires

Rédigé par Marylis Costevec

Publié dans #vie locale, #à boire et à manger, #lieux, #scènes de rues, #commerce

Repost0

Publié le 10 Février 2022

Nous reprenons notre petite chronique alimentée par les recherches de Benead et Brewal qui nous plongent dans une époque où les Minahouets utilisaient des mots et des expressions bretonnes de manière spontanée et très courante !

Aujourd'hui, nous avons choisi des mots doux à glisser au creux de l'oreille : c'est de saison !

Vous retrouverez aussi leur étymologie (d'après le dictionnaire d'Albert Deshayes)

 

Les petits mots doux
Franck Nohain (BNF gallica)

 

Kaille

« Kailh », orthographe actuelle en breton.

Signifie « vaurien », « canaille ». Il est affectif quand il désigne un enfant ou un adolescent.

Exemple : «Venez ici, kailh ! »

« Ah çuiçi avait des yeux kaille » (des yeux malicieux)

 

étymologie : Du français (fin XVe siècle)

 

Koko

«Ko(ant)-Ko(ant) », orthographe actuelle en breton.

Du mot breton « Koant », qui signifie «jolie, gentil, mignon ».

Exemples : « T'étais venu ko ? » (t’étais venu mon mignon/mignonne)

« Ca va ko ? »

« Il est koko » (il est mignon, gentil)

 

étymologie : De l’ancien français cointe (XIe siècle)

 

Me « loch »

« Ma lost », orthographe actuelle en breton.

Ce mot pourrait venir de « ma queue » mais en breton c'est une expression affective que l'on dit aux enfants, quelqu'un de mignon, quelqu'un de « koko ».

Ma limace ? Nom de poisson ? (Voir article de 1922 ci-dessous)

Exemple : « Viens ici me loch »

 

Me logodèn

« Ma logodenn », orthographe actuelle en breton.

Terme affectif, utilisé avec les enfants, comme « Me loch ». Cette expression veut dire « ma souris » en français.

étymologie : Ma logodenn : Ma + Logod + -enn

Ma : vieux breton : ma ; cornouaillais : ma ; gaulois : mon ; du celtique *mon-

Logod : vieux breton : Locot ; cornouaillais : logos ; gallois : llygod, vieille irlandais : luch ; gaulois : lucot- ; du celtique *luc-oto-

-enn : marque du singulatif. Procède du vieux breton : -in au masculin et -en féminin.

 

Me logoden bin doul

« Ma logodenn-benn-doull », orthographe actuelle en breton.

Terme affectif, utilisé avec les enfants qui signifie « Ma chauve-souris ».

étymologie :

Ma logodenn-benn-doull : Ma + Logod + -enn + Penn + Toull

Ma : vieux breton : ma ; cornouaillais : ma ; gaulois : mon ; du celtique *mon-

Logod : vieux breton : Locot ; cornouaillais : logos ; gallois : llygod, vieille irlandais : luch ; gaulois : lucot- ; du celtique *luc-oto-

-enn : marque du singulatif. Procède du vieux breton : -in au masculin et -en féminin

Penn : Cornouaillais : penn ; Gallois : pen ; Irlandais et Gaélique : ceann ; gaulois : penno-, du celtique kwenno-

Toull : Cornouaillais : toll ; Gallois : twll ; Irlandais et Gaélique : toll ; du celtique : tuc-slo-

à propos de " me loch "

On a manifestement des doutes sur sa signification ! mais qui a connaît encore ce poisson qui était pêché autrefois dans la région ?

(Nouvelliste du Morbihan (Le) du 17/02/1922)

 

Liens vers les chapitres précédents :

Voir les commentaires

Rédigé par Marylis Costevec

Publié dans #patrimoine

Repost0