Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Voyage virtuel ... sur un cargo !

Publié le par Marylis Costevec

Nous vous proposons aujourd'hui de commencer à suivre SCCE HE MEI, ce cargo vraquier de 229 mètres immatriculé à Hong Kong qui vient de quitter le port de commerce de Lorient ce 11 juin à 21 heures 34.

Pourquoi celui-là ? Sans doute en souvenir des bateaux de la Compagnie des Indes sur lesquels ont navigué nos ancêtres et qui partaient pour de longs mois en mer pour rapporter à Lorient des marchandises exotiques.

Nous avons une pensée particulière pour les marins chinois qui, durant 6 jours, ont vu nos côtes du pont de leur bateau sans avoir le droit d'en descendre en raison du COVID 19.

CSSE HE MEI à Kergroise, le 10 juin 2020 (Maruyl photos)

 

Combien de temps en mer ? Combien d'escales à bord ? Nous n'en saurons rien mais nous vous rappelons qu'actuellement il y a en mer quelques 150 000 marins de toutes nationalités qui se morfondent. Ils sont confinés sur leurs bateaux qui continuent à approvisionner les ports et certains ne savent pas quand ils pourront débarquer ( voir lien ci-dessous).

cf : https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/coronavirus-l-appel-a-l-aide-des-marins-confines-en-mer-et-interdits-de-debarquer_3995491.html

CSSE HE MEI était arrivé à Lorient le 5 juin pour décharger 30 000 tonnes de tourteaux de soja chargés à Paranagua (Brésil).

 

6 jours durant, ils ont eu les quais du port de commerce de Kergroise et Locmiquélic, dans leur champ de vision.

Voyage virtuel ... sur un cargo !
Voyage virtuel ... sur un cargo !
Voyage virtuel ... sur un cargo !

 

Le 11 juin 2020, CSSE HE MEI a largué les amarres et a quitté la rade,  assisté des remorqueurs du port (Bretagne et Scorff) et suivi par le bateau-pilote.

SCCE HE MEI quitte la rade de Lorient le 11 juin 2020.

 

Il est attendu à Tarragone, port espagnol de la Méditerranée (Sud de la Catalogne).

Il avance à la vitesse régulière de 12,50 noeuds (23,15 km-heure).

Le 12 juin vers 23 heures, il était au large de LA COROGNE (Espagne)

Le 13 juin à 22 h 30, il passe au large de LISBONNE (Portugal)

le 14 juin à 9 h, il se situe à hauteur de Sagres, à la pointe sud-Ouest du Portugal et se dirige vers le détroit de Gibraltar. Il file à un peu plus de 14 noeuds.

à 21 heures, il est à hauteur de Tanger et s'apprête à passer en Méditerranée.

Le détroit de Gibraltar :

Large de 14 kilomètres, c'est le seul passage maritime entre l'Océan Atlantique et la mer Méditerranée. Il est donc extrêmement fréquenté :

Plus de 100 000 bateaux le franchissent chaque année (plus de 300 par jour).

Par © Sémhur / Wikimedia Commons, Domaine public,

 

15 juin :

Il poursuit sa route en Méditerranée. A 9 h 30, il navigue au large d'Almeria (Sud de l'espagne). 17° sur le pont !

à Minuit, il pénètre dans la mer  des Baléares.

16 juin

 à 9 h 33, il s'est présenté à l'entrée du port de Tarragone où, il a été pris en charge par deux remorqueurs.  A 10 h 10, il était à quai dans un bassin déjà occupé par deux pétroliers.

à 11 heures, un cargo maltais de 187 mètres (ELISAR) en provenance du Maroc (SAFI) venait se ranger derrière lui.

Port de Tarragone : Bernard Gagnon / CC BY-SA (https://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0)

 

Tarragone :

Une ville avec des quartiers très anciens et des vestiges romains, des quartiers modernes aussi. Pas de visites pour les marins confinés à bord.

22 juin :

 21 heures 26 : SCCE HE MEI quitte Tarragone et fait route vers Gibraltar où il est attendu le 24 juin à 10 heures (7 jours et 6 nuits passés à Tarrago

24 juin :

C'est vers 11 heures 30 qu'il s'ancre dans la baie d'Algesiras (voir plus haut carte en relief) non loin de l'entrée du port de Gibraltar dans lequel il ne pénètrera pas..

Le port de GIBRALTAR :

Situé au pied du rocher du même nom qui culmine à 426 m., le port est en territoire britannique séparé de l'Espagne par une frontière de 1,2 km. Il ne fait plus partie de l'Union Européenne depuis janvier 2020 (brexit).

Adam Cli / CC BY-SA (https://creativecommons.org/licenses/by-sa/4.0)
Par Steve — Flickr: Gibraltar, CC BY-SA 2.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=22213859

 

Il a levé l'ancre ce même jour ( 24 juin) à 16 heures 48. Passage du détroit et Cap sur le Brésil ( Santarém) où il est attendu le 04 juillet au soir.

A la sortie du détroit de Gibraltar, il navigue parallèlement aux côtes marocaines. Le 25 juin à 14 heures, on le situe au large de Casablanca.

Le 26 juin à minuit, il passait entre Tenerife et la Grande Canarie.

Le 27 juin à 9 heures 30, les Canaries sont derrière SCCE HE MEI. A tribord, on voit encore les îles de La Gomera et d'El Hierro.

le 28 juin, il a franchi le tropique du cancer

Le 29 juin à 7 h, il navigue à hauteur du Nord de la Mauritanie mais s'écarte de plus en plus des côtes. Cap sur le Brésil, il file à 13,8 km/h. Il fait 23 ° sur le pont.

Le 30 juin, il était au milieu de l'Atlantique. Il semblerait qu'il ait alors arrêté d'émettre.

5 juillet dans l'embouchure de l'AMAZONE.

Il est arrivé dans la baie de Macapa où il s'est mis à l'ancre à 5 heures (heure locale),  Chez nous il était  9 heures. Ils ont traversé 4 fuseaux horaires et connu autant de journées de 25 heures.

Ils sont au niveau de l'équateur (latitude 0,06......, soit environ 6 km au nord de l'équateur). Il fait 26 °. La température montera jusqu'à 33 °

Macapa est une ville importante (environ 500 000 ha, agglomération de 621 000 ha).

Par Marquinho!!! (Marcus Paulo) — https://www.flickr.com/photos/marcus-paulo/3721330247/, CC BY-SA 2.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=12602473
Par Kmusser — Own work using Digital Chart of the World and GTOPO data., CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=4746516
Après quelques heures de pause, il repart et remonte le bras nord de l'Amazone.

le 5 juillet à 16 38 (19 h 38 chez nous) il a franchi l'équateur et navigue par - 0,73.......° de latitude suivi de près par JPO AQUARIUS (207 m, Portugal) qui fait route vers Manaus.

https://www.marinetraffic.com/en/ais/home/centerx:-51.7/centery:-0.7/zoom:10

Le 6 juillet en soirée, 14 jours et 3 heures après avoir quitté Tarragone, il est à SANTAREM sur le rio Tapajos

Il mouille juste avant le confluent avec l'Amazone : du pont du bateau, les marins ont vue sur la ligne de partage des eaux. Les eaux noires et les eaux claires des deux fleuves ne se mélangent pas.

Il serait bien étonnant que les marins de CSSC HE MEI aient le droit de quitter leur navire, compte tenu de la situation sanitaire du Brésil.

Nous nous contenterons des images sur le net :

Que va-t-il charger ?

Aucune certitude mais le port de Santarém a été créé tout spécialement pour l'exportation de graines de soja :

SANTAREM :

"Santarém, une ville historique de l´Amazonie brésilienne, qui a une localisation privilégié á la confluence des fleuves Tapajós et Amazone, et à l’extrémité Nord de la route BR-163, est sur le devant de la scène de toutes ces mutations récentes. C’est un centre urbain qui dirige un processus de changement régional défini par la reconversion et la spécialisation productive dans le milieu rural.

(...)

En avril 2003 a été inauguré à Santarem un port destiné à l’exportation de grains de soja.

(...)

Le port de Santarém permet de réduire significativement les distances et le temps de transport et donc le coût de transport du soja depuis les exploitations jusqu´aux quais où il est embarqué vers les ports étrangers.

Par rapport aux ports de Santos et Paranagua (respectivement dans les États de São Paulo et Paraná), Santarém est plus proche à la fois des centres producteurs (1.500 km en moins) et des pôles de consommation."

 

Source : Rubén Valbuena, Les dynamiques territoriales associées au soja et les changements fonctionnels en Amazonie. Le cas de la région de Santarém, Pará, Brésil,

 

https://journals.openedition.org/confins/5615

 

Depuis 2000, on assiste dans la région de Santarém à un extraordinaire processus d’expansion et de renforcement de la production de soja. Le tableau 5 montre l’aire plantée de riz et de soja pour la période 1998-2005 à Santarém et Belterra, où l’on constate la vertigineuse croissance de l’aire destinée à la culture de grains. Des cultures expérimentales ont été menées dans la région jusqu’en 2002 avec l’intention d’introduire les variétés les mieux adaptées aux caractéristiques édaphiques et climatiques de la région, avant de commencer la culture commerciale de soja.
(50 ha en 2000, 23 000 en 2005 .....)



Rubén Valbuena, Les dynamiques territoriales associées au soja et les changements fonctionnels en Amazonie. Le cas de la région de Santarém, Pará, Brésil,

Pour simplifier la lecture du carnet de voyage à la suite du cargo, nous ouvrirons une nouvelle page dès que le bateau quittera SANTAREM et nous mettrons ici un lien vers cette nouvelle page.
A bientôt !
Partager cet article
Repost0

Les Minahouets causent dans le poste : souvenirs des camps scolaires ...

Publié le par Marylis Costevec

Christophe Le Bolay recueille les souvenirs de quelques Minahouets qui ont vécu dans les camps scolaires de Béganne et de Séréac en Muzillac  entre 1943 et 1945.

L'émission a été diffusée les 22 et 24 mars sur radio balises (99.8FM)

Vous pouvez écouter l'enregistrement

en cliquant sur le lien ci-dessous :

 

 

Partager cet article
Repost0

La guerre des cierges a bien eu lieu !

Publié le par Marylis Costevec

Nous sommes en mai 1896.

Après quinze années de tergiversations, de projets, revus et corrigés, les écoles publiques de Riantec (celle du bourg et celle de Locmiquélic) vont enfin pouvoir accueillir les enfants d'âge scolaire (6 à 13 ans) dans de bonnes conditions. Tous les garçons y seront scolarisés et une partie seulement des filles puisque pendant ce temps, les soeurs de la Sagesse ont ouvert, à Laubrière, une école libre pour ces dernières.

Dire que la construction des écoles publiques est du goût de tout le monde serait exagéré. Nous sommes en Bretagne et les lois Jules Ferry passent mal auprès du clergé donnant lieu à peu près partout à toutes sortes de conflits : c'était la guerre scolaire, à Riantec comme ailleurs, guerre dont les journaux se font souvent l'écho ! 

En voici un épisode assez inattendu ! :

BNF : La première communion ; abbé_[...]Briault_Ludovic

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En ce mois de mai, à Riantec, tous les enfants qui ont l'âge requis font leur première communion. Ce jour-là, même les paroissiens les moins assidus assistent à l'office.

Monsieur le curé "crut l'occasion favorable pour dauber (sic) sur l'école laïque et pour engager les parents à ne pas envoyer leurs enfants dans les écoles sans Dieu"*, un prêche sans doute classique en ce temps-là mais qui provoqua une réaction que le prêtre n'attendait certainement pas !

Lisez plutôt :

"Le sermon ne fut pas du goût de tous les parents qui se retirèrent, emmenant les jeunes communiants - et ce qui est plus grave - emportant les cierges.
Monsieur le curé tient aux cierges.
Il fit demander aux parents de lui rapporter ces cierges, qui de temps immémorial passent des mains des communiants aux mains des curés.
Quelques parents finirent par céder ; d'autres regimbèrent.
Les récalcitrants  viennent d'être appelés par  M. le curé devant le juge de paix de Port-Louis.
L'affaire est curieuse.
(...)
Le curé a-t-il un droit absolu sur les cierges qui figurent entre les mains des enfants à la cérémonie de la première communion ?
(...)
M.  le juge de paix de Port-Louis -  à notre humble avis - doit débouter purement et simplement le curé de Riantec de sa demande.
Les cierges appartiennent en définitive à ceux qui les paient."

Le phare de Bretagne, 17 mai 1896*

Nous aurions aimé savoir quels étaient les récalcitrants, s'ils habitaient Locmiquélic (ce qui est bien possible !). Nous aurions aimé savoir plus précisément ce qui s'était passé, avoir l'avis du juge de paix et savoir si les parents libres penseurs avaient été condamnés ou relaxés. Hélas les minutes de la justice de paix pour 1896 sont en trop mauvais état et il n'est pas possible de les consulter. C'est bien dommage !

 

*(https://recherche.archives.morbihan.fr/ark:/15049/vta523d2adfe3daa/daogrp/0/layout:table/idsearch:RECH_84cac59e886f102b4a438f272201efed#id:827966221?gallery=true&brightness=100.00&contrast=100.00&center=2601.277,-3435.823&zoom=10&rotation=0.000)

Publié dans faits divers

Partager cet article
Repost0

à la Saint-Jean : légende autour du feu ...

Publié le par Marylis Costevec

Nous vous l'avons souvent dit : quand on s'intéresse au passé on n'a jamais fait le tour d'une question ! Nous découvrons sans arrêt des éléments qui précisent des études que nous avions cru boucler !

Aujourd'hui, c'est une vraie pépite que nous avons trouvée dans un journal de 1895 (Le phare de Bretagne, du 25 juin). Cet article nous raconte une légende qui nous était inconnue, une légende qu'on entendait chez nous, il y a bien longtemps  à propos des feux de la Saint-Jean, une légende qu'on aurait bien aimé intégrer à l'article que nous avons écrit dans le dernier numéro de "c'était hier ", la revue du Comité d'Histoire de Locmiquélic !

 

Découvrez-la !

 

En cette année 1895, en revenant du Kernével, le chroniqueur du « PHARE DE BRETAGNE », a vu s’élever les flammes des feux de la  Saint-Jean sur toutes les côtes de Riantec, de Locmiquélic, de Larmor et de Ploemeur.

A cette occasion, il rappelle cette légende que l’on racontait « dans les terres, où les vieilles mœurs se sont mieux conservées qu’ailleurs, grâce au génie particulier de la race (sic) » :

« La croyance est que les morts qui rôdent la nuit par les campagnes viennent se chauffer autour des cendres. Les morts ont toujours froid ; ils cherchent à se réchauffer, et l’on jette  à leur intention dans le feu des pierres qui conserveront leur chaleur une partie de la nuit. Les morts les disposent en rond, s’y asseyent et devisent tout une nuit, joyeusement, en oubliant leurs peines.

Quand le coq gris chante, ils se lèvent subitement et dispersent les pierres qui leur ont servi ; quand le coq rouge claironne à son tour, ils disparaissent en bénissant les membres de leur famille qui ont conservé leur souvenir, et leur témoignent une religieuse pitié. »

 

 

Et le chroniqueur de se désoler parce que (déjà ! ndlr) les traditions se perdent :

L’esprit n’y est plus. Ce sont les enfants qui, pour l’avoir entendu dire par les grands-pères, veulent à leur tour célébrer la fête. Les grandes personnes haussent les épaules et ricanent et le garde-champêtre survient […]

Déjà hors-la-loi, ces feux ?

NB : D'après Anatole le Bras, le coq blanc et le coq gris seraient des écervelés qui chantent à tort et à travers et n'annoncent pas le lever du jour. On ne peut se fier qu'au chant du coq rouge.

https://books.google.fr/books?id=ouEMCwAAQBAJ&pg=PT40&lpg=PT40&dq=le+coq+blanc,+le+coq+gris+et+le+coq+rouge+l%C3%A9gende&source=bl&ots=dZm_52rKRi&sig=ACfU3U06jdyNmqUp1T05ytXszSrEO8BJsg&hl=fr&sa=X&ved=2ahUKEwi1ktyns4zqAhVNrxoKHcYUDwsQ6AEwE3oECAcQAQ#v=onepage&q=le%20coq%20blanc%2C%20le%20coq%20gris%20et%20le%20coq%20rouge%20l%C3%A9gende&f=false

 

Partager cet article
Repost0

à Kergroise en juin 2020

Publié le par Marylis Costevec

2 juin

1 h 30, le pétrolier AKTORAS (184 mètres, pavillon des Iles Marschall) en provenance de Primorsk (Russie)  à quai depuis le 30 mai largue les amarres.

 

4 juin

10 heures : arrivée de SANDVIKEN (tanker, 130 m., pavillon français) en provennce de Donges avec 10 000 tonnes d'hydrocarbures.

SANDVIKEN à KLergroise (image d'archives)

 

5 juin

 

17 heures : arrivée de CSSE HE MEI (229 m, immatriculé à Hong-Kong), en provenance de Paranagua ( Brésil). Il va décharger 30 000 tonnes de soja.

 

CSSE HE MEI (Maryl photos)

 

18 h 13 : le pétrolier Sandviken quitte Lorient. Direction Montoir de Bretagne où il se met à l'ancre.

21 h 30 : arrivée de MARIETJE NORA  (136 m., pavillon néerlandais) chargé de 5325 tonnes de tourteaux de tournesol chargés en Russie (UST LUGA près de Léningrad). Départ  : 6 juin (22 h)

MARIETJE NORA (photo R. M.)

 

22 h 40  ;  ANZORAS (100 m, pavillon espagnol) accoste. Il arrive de Wintham (au sud d'ANVERS en Belgique). Il va charger 4000 tonnes de pneus broyés qu'il emportera à Agadir (Maroc). Départ (8 juin, 21 h)

ANZORAS (photo R. M.)

 

6 juin :

22 h : départ de MARIETJE NORA. Cap sur Setubal (Portugal)

8 juin :

21 heures  : départ d'ANZORAS pour Agadir.

11 juin :

21 h 34 : départ de CSSE HE MEI. Cap sur Tarragone (Catalogne espagnole) où il est attendu le 17 juin.

SCCE HE MEI quitte Lorient le 11 juin 2020 (photo R. M.)

 

12 juin :

9 h19 : arrivée de SKUTEVIKEN, pétrolier français (130 m) en provenance de La Pallice. Il va livrer 4446 tonnes d'hydrocarbures

13 juin

13 h 20 : SKUTEVIKEN largue les amarres. Cap sur Montoir de Bretagne où il se met à l'ancre à 21 h 30

15 juin

00 h 12 ; arrivée d'ANDERMATT (Suisse, 155 m.) après 13 jours de voyage. Il vient d'Ukraine (Kherson) et va décharger 13 200 tonnes de tourteaux de tournesol.

ANDERMATT à Kergroise (mMaryl photos, 17 juin)

(En attente photo)

13 h 24 : ANDROMEDA, pétrolier grec de 182 mètres s'est amarré. Il est parti de Russie (Primorsk) le 7 juin avec 32898 tonnes d'hydrocarbures.

ANDROMEDA à Kergroise le 16 juin 2020 (Photo Joel Guillemoto)

 

23 heures, arrivée de SDS GREEN (Italie, 109 m) avec 7 000 tonnes de ciment.

SDS GREEN à Kergroise (17 juin 2020)

 

17 juin

14 h :  le tanker ANDROMEDA quitte le port. Cap sur Amsterdam.

15 h : Le tanker danois CAROLINE THERESA (101 m) entre au port. Il vient de Bordeaux avec 3065 tonnes d'EHMV (Esters Méthyliques d'Huiles Végétales) des biocarburants.

CAROLINE THERESA à Lorient le 17 juin 2020.

 

18 juin

2 h : départ de CAROLINE THERESA pour Brest

15 h 30 : arrivée de WILSON LUGA (82 m., pavillon des Barbades) avec 1073 tonnes de calcaire marin.

19 juin

11 h : SDS GREEN largue les amarres et va s'ancrer dans les courreaux.

16 h 30 : départ de WILSON LUGA  : Cap sur LE HAVRE

25 juin

5 h 36 : arrivée de JOHN FRIEDRICH K (89 m., Pays  Bas) qui a chargé1245 tonnes de kaolin. Une affaire rondement menée puisqu'il est reparti très vite : dès15 h 29 pour Aveiro (Nord du Portugal).

 

7 heures 21 : arrivée de OSTBENSE (126 m, Antiga Barbuda) avec 2262 tonnes de tubes et de tuyaux destinés à la distribution du gaz.

 

Ostbense à Lorient le 26 juin 2020.
Ostbense à Lorient le 26 juin 2020.

Ostbense à Lorient le 26 juin 2020.

26 juin :

15 heures : arrivée du pétrolier SANDVIKEN ( 130 m, France) en provenance de Donges avec 4950 tonnes d'hydrocarbures.

SANDVIKEN à Lorient le 26 juin 2020.

 

23 h 40 : arrivée de MAREMKA (cargo belge de 82 mètres) qui apporte 958 tonnes de phosphates. Il vient de Huelva (Espagne).

Maremka à Kergroise le 28 juin 2020

23 h 40 : arrivée de MAREMKA (cargo belge de 82 mètres) qui apporte 958 tonnes de phosphates. Il vient de Huelva (Espagne).

27 juin :

9 h 10 : départ de Sanviken sous la pluie.

10 h 23 : arrivée du tanker ORALYNN (103m. immatriculé à Gibraltar). Il vient de Rouen et livre 2021 tonnes d'EHMV .

21 h : ORALYNN s'en va. Cap sur la Rochelle.

28 juin

10 h30 : arrivée de TAHA (95 m., pavillon maltais) en provenance de Setubal (Portugal). Il va charger 3350 tonnes de pneus broyés qu'il emportera à Samsun port turc de la mer Noire. 

TAHA à Lorient-Kergroise le 28 juin 2020.

30 juin

16 h 30 , départ de Taha pour SAMSUN (Turquie)

A suivre ..... 

 

Publié dans vie locale

Partager cet article
Repost0

Municipales à Locmiquélic : 3 listes déposées pour le second tour.

Publié le par Marylis Costevec

Les cartes sont rebattues pour le second tour des Municipales qui devraient se tenir le 28 juin si la situation sanitaire reste maîtrisée.

Ce sont trois listes qui ont été déposées en préfecture.

En effet, nous apprenons que 9 colistiers de  Marylène Prigent (21,33 % au premier tour) ont rejoint  Philippe Berthault liste 'AVEC et POUR LOCMIQUELIC 2020" (25,18% des voix) avec 4 personnes qui devraient obtenir un poste d'adjoint en cas de victoire.

Marylène Prigent qui avait annoncé se maintenir après vote unanime de sa liste ne repart pas.

Composition de la nouvelle liste :

(en jaune, membres issus de la liste de Marylène Prigent)

 

  1. Philippe Berthault, 61 ans, retraité de la gendarmerie, conseiller sortant 
  2. Sylvie Izaguire, 56 ans, retraitée des Affaires maritimes 
  3. Stéphane Dréano, 39 ans, cadre supérieur de santé infirmier 
  4. Jacqueline Le Terrien, 66 ans, retraitée de la fonction publique, conseillère sortante 
  5.  Eric Paturel, 56 ans, chef d’entreprise dans l’immobilier, conseiller sortant 
  6. Marie-Gabrielle Ribette, 59 ans, juriste, conseillère sortante 
  7. Christian Cazeaux, 62 ans, retraité agent de maîtrise CTRL 
  8. Anne-Marie Corlay, 62 ans, retraitée de l’enseignement 
  9. Jean-Yves Le Glouahec, 69 ans, retraité de la fonction publique, conseiller sortan
  10. Béatrice Du Chaffaut, 67 ans, infirmière libérale à la retraite 
  11. Didier Tanguy, 55 ans, officier à la retraite 
  12. Annie Blaizot, 62 ans, retraitée chauffeur transport en commun 
  13. Jean-Claude Guidal, 57 ans, électrotechnicien 
  14.  Anne Le Lausque, 53 ans, infirmière hygiéniste 
  15. André Ruyet, 66 ans, retraité responsable technique 
  16.  Marie-José Le Quer, 57 ans, retraitée agent de la poste 
  17. Ronan Borgnic, 40 ans, sapeur-pompier professionnel 
  18. Danielle Toulemont, 72 ans, retraitée commerciale 
  19. Didier Le Magueresse, 67 ans, retraité DCNS 
  20. Nadine Queré, 68 ans, retraitée 
  21. Marc Chaty, 61 ans, officier retraité de la gendarmerie 
  22. Maryannick Zago, 66 ans, retraitée des collectivités territoriales 
  23. Thierry Flahat, 57 ans, retraité patron pêcheur 
  24. Anaïs Simon, 21 ans, agent des services hospitaliers 
  25. Guillaume Le Borgne, 32 ans, paysagiste élagueur 
  26. Frédérique Tréhin, 47 ans, auxiliaire de vie à domicile
  27. Johan Moller, 39 ans, technicien de maintenance informatique.

Nathalie LE MAGUERESSE, maire sortante, maintient la liste présentée en mars. Elle avait obtenu 29,72% des voix.

LOCMIQUELIC AVENIR

En jaune, les élues sortants

Nathalie Le Magueresse, maire sortante

Patrice Jéhanno, cuisinier, 47 ans, adjoint sortant ;

Hélène Nio, secrétaire comptable OGEC, 47 ans, adjointe sortante   ;

Benjamin Batard, sapeur-pompier professionnel, 41 ans ;

Guylaine Le Kernec, sans activité professionnelle, 55 ans ;

Didier Yver, président école de musique SONAM, 58 ans.

Marie-Pierre Herbaux, retraitée, 70 ans, adjointe sortante  ;

André Le Garzic, retraité cadre bancaire, 72 ans ;

Émilie Hivert-Collas, professeur des écoles, 38 ans ;

Steven Kerdudo, consultant en développement d’entreprise, 34 ans, conseiller sortant   ;

Christelle Ruault, responsable Pôle Marée, 49 ans ;

Alain Houlou, professeur d’université, 72 ans ;

Yveline Chantelou, retraitée infographiste, 72 ans ;

Erwann Le Chevalier, enseignant IUT, 45 ans ;

Séverine Schamber, formatrice coordinatrice pour adultes, 50 ans ;

Pascal Pistien, agent administratif, 47 ans ;

Nathalie Meledo-Zemia, directrice de Scop, 49 ans ;

Marc Geourjon, enseignant, 56 ans, adjoint sortant ;

Hélène Bariou, assistante commerciale, 39 ans ;

André Le Bihan, cariste, 59 ans ;

Marylène Bonnet, retraitée auditeur qualité, 69 ans ;

Alain Hego, retraité ingénieur, 75 ans ;

Maria Besson, professeure certifiée de mathématiques, 53 ans ;

Mathieu Refregier, responsable technique sportif, 50 ans, conseiller sortant   ;

Sonia Hémon, artisan sellier, 50 ans, adjointe sortante   ;

Bernard Le Marec, retraité de DCNS, 67 ans ;

Marie-Lise Le Breton, retraitée banque, 71 ans, conseillère sortante   ;

 

La liste LOCMIQUELIC CITOYENNE

reste aussi en lice. Elle avait obtenu 23,76 % des voix.

LOCMIQUELIC CITOYENNE :

En jaune, les élues sortantes
En bleu, les candidats désignés
pour être élus communautaires : 

 

1 - Cécile Deprez, né(e) en 1973, Conseillère à l'emploi,

candidate aux élections des communautés de communes.

2 - Franck Gaubert, né en 1972, Professeur spécialisé des écoles

         candidat aux élections des communautés de communes.

3 - Claire Simon Le Mézo, née en 1975, Attachée territoriale,

4 - Olivier Pédron, né en 1951, Retraité cadre du spectacle

5 - Marie-Laure Lamy, née en 1976, Directrice d'association

6 - Max Schaffer, né en 1984, Directeur d'association

7 - Lucie Montier, née en 1985, Responsable administrative et financière

8 - Michel Broutin, né en 1950, Retraité cadre d'association

9 - Annette Massot, née en 1950, Retraitée de l'éducation nationale

10 - François Nicolle, né en 1953, Retraité proviseur

11 - Astrid Kerjean-Dujardin, née en 1953, Profession Retraitée secrétaire

12 - Charles Robert, né en 1977, Concepteur de maisons en bois

13 - Florence Pays, née en 1959, Aide-soignante

14 - Corentin Le Roy, né en 1989, Chargé de production

15 - Stéphanie Merlo, née en 1977, Chargée de communication

16 - Gérard Kerjean, né en 1950, Directeur d'hôpital honoraire

17 - Sylvie Lemonnier, née en 1975, Ingénieur d'études

18 - Raphaël Baldos, né en 1973, Journaliste

19 - Isabelle Marchand, née en 1965, Éducatrice spécialisée

20 - Aurélien Bruchec, né en 1982, Enseignant

21 - Marisabel Sanchez, née en 1971, Enseignante certifiée en espagnol

22 - Michel Gaudin, né en 1961, Dessinateur indépendant

23 - Priscille Goguet, née en 1984, Professeur des écoles

24 - Claude Courtet; né en 1968, Gérant de société

25 - Gwenn Le Potier, née en 1978, Contractuelle fonction publique territoriale,

26 - Jean-Pierre Bonert, né en 1955, Retraité de la fonction publique d'Etat

27 - Sylvie Journaux, née en 1959, Retraitée conseillère d'éducation

28 - Maxime Peytavin, né en 1980, Professeur des écoles

29 - Sophia Nabti, née en 1983, Responsable de structure touristique

 

Nous rappelons que la participation avait été de 56,83 % (44,64 % en moyenne pour l'ensemble du territoire).  

 

Pour des infos plus précises, cliquez sur les liens vers les sites des candidats :

Publié dans vie locale, histoire

Partager cet article
Repost0

La cave des gourmands : un an déjà !

Publié le par Marylis Costevec

La cave des gourmands : un an déjà !

Il y a tout juste un an, Emilie et Matej ouvraient LA CAVE DES GOURMANDS, à Locmiquélic, au bord de la route qui relie Port-Louis à Hennebont. une adresse que les Minahouets connaissent bien !  C'était le bar de Mamm Kounifl, "le bistrot de pays et le temple local de la musique "bretonne mais pas que", où Maryka vous servait comme l'avaient fait autrefois, sa mère, sa grand-mère et son arrière grand-mère. 

C'est une nouvelle continuité familiale qui s'installe dans les lieux. Les parents d'Emilie tiennent le Jardin Gourmand de l'autre côté de la rade.

Plus de concerts mais, vous l'avez deviné, à  LA CAVE DES GOURMANDS,  on peut acheter du vin, y manger ou bien les deux. Selon Chris (Tripadvisor, 28 juin 2019), c'est " l'adresse idéale pour les Amateurs de Vins qui veulent partager autour d'un plat simple et Nickel ... ".

Après plus de deux mois d'interruption forcée, les restaurateurs ont décidé de proposer la vente à emporter. Depuis le 1er mai, les amateurs ont donc pu déguster à leur domicile les produits-phares préparés par Matej :  généreux hamburgers avec la sauce maison, fish and chips (poisson frais et sauce tartare accompagnées de frites dorées à point), la goulash et le dessert réclamé par les habitués (le délicieux tiramisu).

Emilie nous explique comment elle envisage d'installer les convives en toute sécurité.

Emilie nous parle de cette drôle de période où ils ont dû fermer l'établissement, une parenthèse qu'ils ont mis à profit pour prendre soin d'eux et préparer l'avenir de leur établissement : tester de nouveaux plats et sélectionner quelques bonnes bouteilles !

Tout sourires et pleins d'enthousiasme, ils vous attendent dès le vendredi 5 juin avec l'intention de fêter dignement le premier anniversaire de la maison. Du mercredi soir au dimanche, vous pourrez vous installer en salle ou en terrasse. Les mesures de rigueur seront mises en place pour votre sécurité,

La vente à emporter continue : du vin, bien sûr mais aussi un choix de plats élargi.

N'oubliez pas de réserver !!! Les tables seront bien espacées alors forcément, il y en aura moins !

www.lacavedesgourmands.fr ou par téléphone : 09 51 12 91 06

 

Plus d'infos (horaires et menus) :
Partager cet article
Repost0

La capture d'un essaim d'abeilles à Kerderff...

Publié le par Marylis Costevec

A Kerderff, au tout début du mois de mai, Marie, Joël et leurs voisins ont assisté en direct à la capture d'un essaim qui s'était fixé sur un arbre de leur jardin. Ils nous ont raconté l'histoire et nous ont autorisés à publier leurs photos.

L'occasion d'en savoir plus sur les abeilles, l'essaimage et la cueillette d'un essaim :

L'essaimage

La place dans la ruche vient à manquer ? Les abeilles ont la solution, la colonie se divise en deux :

 - Une partie reste dans la ruche, avec le couvain naissant, un tiers des ouvrières et une nouvelle reine prête à éclore. (Le couvain est l'ensemble des nymphes, des larves et des oeufs protégés par les ouvrières)

Dès son éclosion, la jeune reine restée dans l'ancienne ruche, remplace celle qui est partie et le couvain une fois développé prend la place laissée vacante par les autres abeilles.

- L'autre partie forme un essaim et,  conduit par la vieille reine, s'en va à la recherche d'un nouvel habitat. Le bruit est impressionnant (un bruit d'hélicoptère !). Il se pose généralement sur une branche d'arbre et attend que les éclaireuses trouvent un abri favorable.

NB : Chaque partie comprend  la même proportion d’abeilles du même âge (nourricières, déblayeuses, productrices de cire, de gelée royale, butineuses). Il peut y avoir jusqu'à 35 000 abeilles dans un essaim !

Avant de partir, les butineuses remplissent leur jabot de miel pour s'alimenter en attendant l'installation dans le nouveau logis.

La capture de l'essaim :

 

C'est le moment où les apiculteurs interviennent pour "cueillir" les abeilles !

Joël et Marie ont fait appel à un expert de leur connaissance. Il est arrivé avec une  ruche qu'il a installée sous l'essaim après en avoir enlevé quelques cadres et le couvercle. Les abeilles sont attirées par l'odeur de cire, de miel et surtout de propolis.

Le cueilleur est muni d'un bâton (une perche) et d'un enfumoir.

Un léger voile de fumée prévient les abeilles de son intervention.

Il donne quelques petits coups de perche pour secouer la branche et faire tomber l'essaim sur la ruche ouverte.

 

Dès que la reine est dans la ruche, toutes les abeilles suivent.

 Il ne reste plus qu'à refermer la ruche. Les abeilles vont battre le rappel à l'entrée.

L'opération a tout de même pris deux bonnes heures.

Le lendemain, l'apiculteur est revenu chercher la ruche, durant la nuit (le délai permet de ne pas laisser d'abeilles sur place et de limiter les risques de désertion).

D'où venait cet essaim ?

Nous apprenons que l'essaim ne se pose pas très loin de la ruche d'où il est parti. On peut suppuser qu'il provenait d'une des ruches municipales installées récemment.

 LES ABEILLES bienvenues à LOCMIQUELIC

Le label APICITÉ
photo G. Aubry

Locmiquélic a reçu le label APICITÉ en décembre 2018. Seules 4 communes du Morbihan avaient alors obtenu cette distinction qui récompense les villes et les collectivités qui aiment, protègent et défendent les abeilles et les pollinisateurs sauvages. Locmiquélic interdit l'usage des pesticides dans les jardins publics. Il a été planté des essences mellifères et les espèces sauvages sont protégées.

La première ruche

La première ruche a été installée sur le domaine communal en décembre 2019 par Gilles Lanio, apiculteur à Kervignac et président départemental et national de l’Union Nationale des Apiculteurs de France (Unaf) après la signature d'une convention avec la mairie de Locmiquélic.

coll. N. Le Magueresse.

Il y a aujourd'hui 8 ruches sur la commune et plusieurs dizaines de milliers d'abeilles sont au travail dans les jardins et les espaces naturels à Locmiquélic et ses alentours.

 

Pollinisation assurée. C'est tout bon pour la biodiversité dont elles sont un maillon essentiel !

Et bientôt du bon miel ! Hummm !!!

Publié dans vie locale, flore et faune

Partager cet article
Repost0

Kergroise en mai (2020)...

Publié le par Marylis Costevec

Vous êtes chez vous, Vos déplacements sont limités.

Contrairement à ce que certains s'imaginent, l'activité du port de commerce n'est pas vraiment ralentie. Cependant, à ce jour, on constate l'annulation des escales des bateaux de croisière qui devaient nous rendre visite.

Les bateaux sillonnent les mers et apportent à Lorient, les uns des carburants, les autres des aliments du bétail.

Nous allons nous efforcer de vous tenir au courant des mouvements des bateaux comme nous l'avons fait en avril (lien en fin d'article).

Vue sur Kergroise depuis Locmiquélic (photo d'archives)

 

2 mai

Le pétrolier ELANDRA BALTIC (183 m., pavillon des Iles Marshall) arrivé le 30 avril a quitté les quais vers 2 heures ce matin et est allé se mettre à l'ancre dans les courreaux : la manoeuvre  lui a pris une demi-heure.

UNISPIRIT (132 m., Antigua Barbuda) a aussi largué les amarres ce jour à 12 h 20. Cap à l'ouest.

On a pu voir arriver HERMAS  (90 m., pavillon chypriote) qui vient du port norvégien de MO I RANA avec 4300 tonnes de calcaire marin

3 mai

Captainj. Neofotistos à Kergroise (04 mai 2020) coll. part.

Captain J Neofotistos, (229 m., pavillon du Libéria) est arrivé à 14 h 50 après une escale en Espagne ( Tarragone). Il transporte des tourteaux de soja brésilien chargés à Paranagua et va en décharger 31 144 tonnes.

4 mai

21 h 17 : arrivée du tanker SKUTEVIKEN (130 mètres, français), qui vient de Brest avec 5700 tonnes d'Hydrocarbures.

SKUTEVIKEN, pétrolier français à quai à Kergroise (archives Maryl photos))

5 mai

10 h : départ de SKUTEVIKEN qui a rejoint Montoir de Bretagne où il s'est ancré à 18 h 37.

à 13 h 14, c'est HERMAS qui s'en allait vers Santander (Espagne).

Et Elandra Baltic ? Il se dirige vers l'Irlande (Bantry).

Et Unispirit ?  Lui fait cap sur la Lithuanie  (Klaipeda)

8 mai

La silhouette bien connue du sablier ANDRE L, ( 85 mètres immatriculé à La Rochelle) s'est amarré à Kergroise vers 5 h. Il va effectuer une série de rotations entamées le 7 mai entre le lieu d'extraction situé au large de Noirmoutier et Le Rohu.

André L., sablier passe devant Kergroise, en rade de Lorient (archives Maryl photos)

Les Minahouets vont donc le voir passer très souvent jusqu'au 15 mai Mais ils y sont habitués !

9 mai

19 heures : départ de CAPTAINJ NEOFOTISTOS, avec l'assistance des remorqueurs du port Il était à quai depuis le  3 mai.    Cap sur UST-LUGA en Russie

Notre ami Bob était là au bon moment ! :

demi-tour en rade : départ de CAPTAIN J NEOFOTISTOS

20 heures : arrivée de FREZYA S (120 m., pavillon de PANAMA) qui attendait dans les courreaux depuis 16 h 45. Il apporte 6 300 tonnes de tourteaux de tournesol chargés à Nikolaïev (UKRAINE) d'où il est parti le 24 avril.

FREZYA S à Lorient (11 mai 2020)

 

12 mai

16 h : départ de FREZYA S. Cap sur les Pays-Bas (Vlissingen)

 

15 mai

arrivée du pétrolier ATRIA, un peu avant minuit.

Un gros tanker (183 m, immatriculé à Marseille). Il arrive de Ventspil (Lettonie) avec près de 33 000 tonnes de gazole. Il passera le week-end à Lorient.

départ le 18 mai  à 3 h 30. Cap sur Primorsk en Russie qu'il rejoindra le 23 mai (près de 6 jours en mer).

 

21 mai

15 heures, arrivée de SIDER RODI, un petit cargo portugais de 108 mètres qui apporte du ciment. Il avait quitté le port andalou de Carboneras le 16 mai.

SIDER RODI à Lorient-Kergroise ( 25 mai 2020)
A noter, la présence régulière à quai de  "COMBATTANT"  qui est un chaland porteur de déblais qui s'en va régulièrement vider sa cargaison de vases au Nord-Ouest de Groix.

23 mai

LADY MARY à Lorient-Kergroise le 25 mai 2020

Le petit cargo LADY MARY (88 mètres, immatriculé à Antigua Barbuda) a accosté à 21 heures 37. Il arrive de Rotterdam avec un chargement de drèches de maïs (2500 tonnes)

25 mai

Marée basse --- Kergroise vu de Pen Mané (25 mai 2020)

 

SIDER RODI  a largué les amarres à 16 heures 22 . Il vogue vers la Corogne (Espagne).

LADY MARY a alors remonté la rade sur une courte distance. LADY MARY, après avoir déchargé des drèches de maïs,  va charger 3000 tonnes de kaolin pour l'exportation.

C'est assez inhabituel ! La plupart des bateaux déchargent leur marchandise et quittent Lorient sur lest.

26 mai

14 h 32 : arrivée du pétrolier SKUTEVIKEN (130 mètres, français) en provenance de Donges, avec 13 800 tonnes d'hydrocarbures.

27 mai

19 heures : départ de SKUTEVIKEN pour La Rochelle.

LADY MARY toujours à quai.

28 mai

12 h 20  départ de LADY MARY : Cap sur la Méditerranée (Castellon en Espagne)

 

29 et 30 mai :

Rotation de ANDRE L, sablier, de Montoir au Rohu (Lanester) avec une pause à Kergroise en passant par la zone d'extraction au large de Noirmoutier.

ANDRE L au Rohu (29 mai au soir)

 

Et les rotations de COMBATTANT qui drague les vases du grand quai de Kergroise. Il va les larguer sur le site situé au Nord-Ouest de Groix.

COMBATTANT sort de la rade au soleil couchant (30 mai)

 

30 mai

22 h 47 : arrivée du pétrolier AKTORAS (184 mètres, pavillon des Iles Marschall) en provenance de Primorsk (Russie) d'où il est parti le 16 mai.

AKTORAS à Lorient Kergroise le 31 mai 2020

 

31 mai

Combattant : journée de repos !

 

Publié dans vie locale

Partager cet article
Repost0

23 mai : retour à l'église autorisé.

Publié le par Marylis Costevec

Le 18 mai 2020, le conseil d'état a demandé au gouvernement de remplacer l'interdiction générale et absolue des cérémonies religieuses dans les lieux de culte par « des mesures strictement proportionnées aux risques sanitaires », telles qu'elles sont appliquées dans d'autres lieux depuis le 11 mai.

Un décret du 22 mai a autorisé l'accueil du public dans les églises, les mosquées et les synagogues à compter du 23 mars. Les participants devaient toutefois se soumettre à de strictes mesures sanitaires.

C'est le samedi 23 mai à 18 heures 30 que les paroissiens de Locmiquélic ont eu la possibilité de se rassembler à nouveau dans l'église Saint-Michel.

Ils ont dû porter le masque et se désinfecter les mains avant de pénétrer dans le sanctuaire. Un banc sur deux était utilisable pour permettre le respect de la distanciation physique. Une jauge de fréquentation maximale devait être aussi mise en place.

Pour voir l'ensemble des contraintes imposées :

https://eglise.catholique.fr/wp-content/uploads/sites/2/2020/05/Lignes-directrices-concernant-la-lutte-contre-la-pandemie-de-COVID-pour-la-reprise-des-cultes.pdf

Les autres offices seront célébrés le mercredi 27 mai (18 h 30), le samedi 30  (18 h 30), le dimanche 31 mai (10 h 30). Les confessions seront assurées à Port-Louis le samedi 30 mai après la messe (de 9 h 30 à 10 h 30)

photo Evelyne Le Formal (jour du Seigneur en Belgique 24 mai 2020)

 

Les paroissiens qui craignent la contamination ont toujours la possiblité de suivre les offices à la télévision ou en ligne en suivant le lien proposé par le site de la paroisse :

http://www.paroissesportlouislocmiquelic.fr/

https://directs.chemin-neuf.fr/

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 > >>